6 clés pour que quelqu'un s'ouvre à vous

18 mars, 2021
Pour que quelqu'un s'ouvre à nous, il est important d'établir une connexion avec cette personne. Mais comment procéder ? Quelles actions peuvent nous aider à y parvenir ? Nous vous en présentons six.

Peut-on réussir à faire en sorte que quelqu’un s’ouvre à nous ? Comment pouvons-nous y arriver ? Est-ce facile ou difficile ?

C’est ce que nous étudierons tout au long de cet article, au cours duquel nous réfléchirons à certaines des valeurs les plus importantes au moment d’établir une connexion avec les personnes. Car les relations interpersonnelles basées sur la confiance, par exemple, sont celles qui, très probablement, facilitent l’expression des sentiments.

Il n’existe pas de formule magique pour y parvenir et, par ailleurs, certaines personnes expriment beaucoup plus facilement ce qu’elles ressentent que d’autres. Néanmoins, de petites actions peuvent nous rapprocher de ce but. Poursuivez donc votre lecture si vous voulez les découvrir !

Être honnête avec les autres, les écouter de façon active et ne pas les juger sont quelques-uns des premiers pas qui peuvent nous aider à nous connecter aux personnes. Et cette connexion, unie au fait que l’autre se sentira à l’aise et en confiance, sera celle qui nous permettra de faire en sorte que les autres s’ouvrent à nous.

Quelles clés peuvent nous être utiles pour que quelqu’un s’ouvre ? Découvrez-en six dans la suite de cet article.

Couple ayant une conversation sérieuse.

Pour que quelqu’un s’ouvre à vous, soyez vous-même

L’authenticité appelle l’authenticité… Par conséquent, si vous voulez que quelqu’un s’ouvre, soyez vous-même, soyez authentique. Cela permettra à l’autre personne de l’être avec vous, de se montrer telle qu’elle est et d’exprimer ce qu’elle ressent.

Cela s’atteint avec du temps, du dévouement et de la constance ; mais il faut aussi savoir que certaines personnes ont plus de mal à s’ouvrir que d’autres. Néanmoins, pour voir ce que nous voulons voir chez les autres, le mieux est de projeter cela (dans ce cas, l’authenticité).

Pratiquez l’écoute active

L’écoute active a reçu de nombreuses définitions. Dans une étude d’Hernández et Lesmes (2018), les chercheuses la définissent comme une « forme de communication qui transmet des idées claires sans interrompre le récepteur ».

Quand nous écoutons activement quelqu’un, nous lui prêtons attention et nous cherchons à mieux le comprendre. Cela peut nous aider à ce que l’autre s’ouvre à nous.

En lien avec ce point, José Andrés Murillo, docteur en philosophie et auteur du livre Confianza Lúcida (2012) affirme qu’écouter les autres renforce la confiance qu’ils ont en nous. Et plus il y a de confiance, plus on a de chance de les voir exprimer ce qu’ils ressentent.

Ne jugez pas

Quand nous jugeons quelqu’un (et si cette personne le ressent de la sorte), les possibilités que cette personne s’ouvre à nous se réduisent drastiquement. Pourquoi ? Précisément parce que personne n’aime être jugé.

C’est comme quand nous allons chez le psychologue : l’objectif est de nous ouvrir au thérapeute et de lui dire ce qu’il a besoin de savoir pour pouvoir nous aider. Que se passe-t-il si nous nous sentons jugés par le professionnel ? Nous aurons beaucoup plus de mal à nous ouvrir à lui la prochaine fois.

« Avant de porter un jugement sur ma vie ou mon caractère, mettez mes chaussures, parcourez mon chemin. »

–Anonyme–

Faites preuve d’empathie

L’empathie est une qualité, une compétence qui nous permet de nous mettre à la place de l’autre. Elle nous permet en outre de sentir ce que cette personne ressent (ou, du moins, de nous rapprocher de ce sentiment). Il s’agit d’une valeur qui facilite la communication sociale et qui encourage une personne à se montrer telle qu’elle est.

Quand nous écoutons et traitons les autres avec empathie, ces personnes se sentent plus libres de s’exprimer parce qu’elles se sentent comprises et soutenues. Ainsi, si vous voulez que quelqu’un s’ouvre, écoutez-le avec votre cœur et mettez-vous à sa place.

Cherchez un sujet pour avoir un point de départ

Une autre des clés pour parvenir à ce que quelqu’un s’ouvre est de chercher un sujet pour entamer la discussion. Dans quel sens ? Chercher un sujet qui l’intéresse ou un thème dont il n’a pas trop de mal à parler. Nous devrons éviter les sujets délicats ou douloureux au début(surtout si nous ne connaissons pas trop cette personne).

À travers un premier contact, nous pouvons connaître progressivement la personne. Néanmoins, c’est comme tout : cela prend du temps. La meilleure façon de cultiver la confiance que d’autres déposent en nous est d’accorder du temps à cette personne et de commencer, en ce sens, par des sujets simples ou accessibles pour elle.

Prenez l’initiative pour que quelqu’un s’ouvre à vous

Cette idée clé peut vous être particulièrement utile si vous voyez que cette personne a du mal à s’ouvrir ou à s’exprimer : prendre l’initiative. Cela peut vous aider à briser la glace et à diriger l’interaction, c’est-à-dire à en prendre les rênes. Certaines personnes ont précisément besoin de cette initiative de l’autre pour s’ouvrir sur le plan émotionnel.

Ainsi, entamer vous-même la conversation ou établir le contact peut bien fonctionner. Et une fois le contact établi, vous pourrez proposer les sujets, poser des questions, etc. (mais jamais de façon invasive ou intimidante, faites cela avec tact et de manière progressive).

Deux femmes qui discutent.

Un exercice utile pour que quelqu’un s’ouvre à nous

Il n’est pas facile de réussir à ce qu’une personne s’ouvre. Pour y parvenir, nous devrons toujours agir en nous basant sur le respect et l’empathie, en nous mettant à la place de l’autre personne.

Parmi les idées commentées, nous vous avons aussi parlé de l’importance de ne pas juger les autres, car cela peut supposer un grand frein et empêcher l’autre de s’ouvrir à vous. Plus nous nous sentirons libres et moins jugés, moins nous aurons du mal à nous ouvrir aux autres, à partager, à communiquer, à nous exprimer…

Si vous voulez réellement que quelqu’un s’ouvre et si vous ne savez pas comment y arriver, faites un petit exercice. Posez-vous les questions suivantes : dans quel cadre vous sentiriez-vous à l’aise pour exprimer vos sentiments ? Dans quel type d’environnement ? Avec quel type de personnes ? Qu’attendriez-vous de l’autre pour le faire ?

  • Hernández-Calderón, K.A. y Lesmes-Silva, A.K. (2018). La escucha activa como elemento necesario para el diálogo. Active listening as a necessary element for dialogue. Convicciones, 9(1): 83-87.
  • Morgado, I. (2007). Emociones e inteligencia social: las claves para una alianza entre los sentimientos y la razón. Barcelona: Editorial Ariel.