5 caractéristiques des bonnes personnes

Les bonnes personnes ne naissent pas ainsi, elles se fonts. Leurs piliers sont l'humilité, la bienveillance et la sincérité, entre autres. Découvrez leurs principaux traits ci-après.
5 caractéristiques des bonnes personnes

Dernière mise à jour : 23 février, 2022

Les bonnes personnes ne naissent pas ainsi, elles se font. Être une bonne personne n’est pas impossible. Pour l’être, vous devez vouloir être bon et faire un effort pour prendre des décisions conformes à ce désir. Peu importe où nous en sommes dans notre vie, nous pouvons toujours prendre la décision de changer et d’être une bonne personne.

Dans cet article, nous passerons en revue 5 traits qui caractérisent les bonnes personnes. Il est nécessaire de préciser que ce ne sont pas les seules caractéristiques, mais ce sont les plus remarquables. Être bon comprend un ensemble de comportements, de valeurs et d’attitudes qui s’affichent à travers différentes situations.

5 caractéristiques des bonnes personnes

Quels sont les traits des bonnes personnes ? Dans une enquête interculturelle, menée par Smith et al. (2007), des prototypes de ce que les gens considèrent comme une “bonne personne” ont été collectés. Ces chercheurs découvrirent que la bienveillance, la conformité et le traditionalisme étaient les traits les plus souvent attribués aux bonnes personnes.

Bonnes personnes

1. Bienveillance

Une bonne personne se caractérise par la recherche du bien-être des personnes avec lesquelles elle est en contact. Son intention est de préserver et de renforcer le bien-être des personnes avec lesquelles elle est en contact (Smith et al., 2007). La personne bienveillante est capable de sortir de la bulle de soi pour penser aux autres, à leur bien-être, à leur qualité de vie et à leurs besoins.

La bienveillance est importante non seulement pour nos relations interpersonnelles quotidiennes, mais aussi pour la société en général. La disposition humaine à être bienveillante est essentielle à notre nature et constitue le fondement de la vie en société ( Pinedo, 2018). Donc, si nous voulons être de bonnes personnes, nous devons commencer à cultiver la bienveillance dans notre vie quotidienne.

2. Conformité

Lorsque nous disons que les bonnes personnes se conforment, nous ne voulons pas dire qu’elles sont conformistes ou qu’elles se conforment simplement aux opinions du groupe. Lorsque nous parlons de conformité, nous nous référons à la capacité qu’elles ont de modérer leurs actions, leurs inclinations et leurs impulsions afin de ne pas offenser ou blesser les autres ou de violer les attentes ou les normes sociales (Schwartz, 1992).

La modération de l’homme bon se manifeste dans ses actes et dans son rapport aux plaisirs. L’homme modéré n’est pas modéré dans tous les appétits, mais en ce qui concerne les objets des sens du goût et du toucher (Giraldo, 2015). La modération amène les individus à éviter les extrêmes et à maintenir un équilibre dans leurs actions.

3. Le traditionalisme

Schwartz et al. (2000) définit le traditionalisme comme le respect, l’engagement et l’acceptation des coutumes et des idées proposées par la tradition culturelle. Les bonnes personnes ont un profond respect pour les coutumes culturelles sous lesquelles elles ont grandi. Leur attachement à leur culture les amène à toujours rechercher le meilleur pour celle-ci.

Nous savons que les bonnes personnes respectent la tradition. Mais qu’est-ce que la tradition ? Au fond, c’est une construction sociale qui change temporairement d’une génération à l’autre. La tradition varie au sein de chaque culture, dans le temps et selon les groupes sociaux ; et entre différentes cultures (Arévalo, 2004). La bonne personne sait comprendre ces changements, les accepte et s’y engage à la recherche du meilleur.

bonnes personnes

4. Sincérité

Les bonnes personnes se caractérisent par leur sincérité. Bien qu’elles ne soient pas seulement sincères, elles sont très empathiques lorsqu’elles disent la vérité. Il y a beaucoup de personnes sincères, mais d’une manière grossière et blessante. Les bonnes personnes ne sont pas indifférentes aux sentiments qu’elles suscitent en disant la vérité. Par conséquent, elles font très attention à ne pas offenser ou blesser en disant la vérité.

La personne sincère exprime avec une vérité absolue et une assurance ce qu’elle ressent et ce qu’elle est. La sincérité est une valeur importante pour les bonnes personnes car, grâce à elle, elles peuvent avoir de meilleures relations dans la communauté, dans le respect des autres et d’elles-mêmes.

5. Humilité

Les bonnes personnes sont humbles. Elles ne se sentent jamais supérieures aux autres et ne les méprisent pas. Elles reconnaissent que chacun a ses propres projets et objectifs, par conséquent, respectent le succès des autres et ne s’y opposent pas. L’humilité de ces personnes les amène à être simples. Elles apprécient les petites choses de la vie et la compagnie de leurs proches. Les bonnes personnes apprécient que dans la simplicité de la vie se trouvent le bonheur et la tranquillité.

En conclusion, les bonnes personnes sont une intégration de vertus qui les aident à cultiver une vie précieuse, non seulement pour elles-mêmes, mais pour les autres. Être bon ne signifie pas seulement cesser de faire le mal ou éviter d’y tomber, être bon est une volonté d’agir activement dans la vie, en cherchant toujours à favoriser son développement à tous les niveaux.

Cela pourrait vous intéresser…

This might interest you...
Les bonnes personnes ne changent pas car elles pensent avec le coeur
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les bonnes personnes ne changent pas car elles pensent avec le coeur

De mauvaises choses arrivent également aux bonnes personnes. Car le destin est arbitraire, le monde aveugle et l'égoïsme une valeur bien trop prése...



  • Arévalo, J. M. (2004). La tradición, el patrimonio y la identidad. Revista de estudios extremeños60(3), 925-956.
  • Caballo, V. E. (1983). Asertividad: definiciones y dimensiones. Estudios de psicología4(13), 51-62.
  • Giraldo, L. F. G. (2015). La virtud aristotélica como camino de excelencia humana y las acciones para alcanzarla. Discusiones filosóficas16(27), 127-146.
  • Pinedo, I. (2018). De la benevolencia a la ciudadanía compasiva: la recuperación de conceptos claves para el cultivo de la democracia. Límite (Arica)13(41), 29-45.
  • Smith, K. D., Smith, S. T. y Christopher, J. C. (2007). What defines the good person? Cross-cultural comparisons of experts’ models with lay prototypes. Journal of Cross-Cultural Psychology38(3), 333-360.
  • Schwartz, S. H., Sagiv, L., & Boehnke, K. (2000). Worries and values. Journal of personality68(2), 309-346.
  • Schwartz, S. H. (1992). Universals in the content and structure of values: Theoretical advances and empirical tests in 20 countries. In Advances in experimental social psychology(Vol. 25, pp. 1-65). Academic Press