Vous passez en revue vos soucis avant de vous endormir ? C'est le problème

Lorsque vous vous couchez le soir, tout ce que vous voulez, c'est vous reposer pendant huit heures d'affilée. Cependant, votre cerveau ne pense pas toujours la même chose et vous amène à passer en revue un à un (et sans en oublier aucun) tous vos soucis.
Vous passez en revue vos soucis avant de vous endormir ? C'est le problème
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 27 janvier, 2022

Si vous faites partie de ceux qui passent en revue leurs soucis avant de s’endormir, vous connaissez l’épuisement qui peut découler de cette habitude. Vous sautez d’élucubration en élucubration, comme ce curieux écureuil qui met peu de temps à changer de branche. Vous examinez chaque événement ou circonstance sans perdre de détail, tout en sachant qu’il serait préférable de mettre l’esprit sur off et le laissez reposer, et continuez pendant des heures…

Nous aimerions que ce soit facile. Nous adorerions pouvoir nous coucher et que notre agitation mentale s’arrête dès que nous posons la tête sur l’oreiller. Cependant, peu importe que la chambre et toute la maison soient dans un silence rigoureux. L’esprit est bavard, et fabrique indépendamment des inquiétudes lorsqu’il s’agit de baisser les stores.

Parfois, un inventaire succinct de tous les problèmes existentiels ne nous suffit pas. Il y a des jours où nous faisons même une compilation de tous nos moments les plus tristes, les plus pénibles ou les plus embarrassants. Presque sans s’en rendre compte, le climat émotionnel de notre oreiller devient plus défavorable, rendant ainsi difficile le sommeil à venir, le repos tant attendu…

Si vous connaissez cette situation, vous aimerez savoir qu’il s’agit d’un phénomène psychologique très courant et qu’il existe des stratégies pour le gérer.

“Quand je pense à mes défauts la nuit, je m’endors immédiatement.”

-Oscar Wilde-

en revue vos soucis

Pourquoi passer en revue vos soucis avant de s’endormir ?

Lorsque vous passez en revue vos soucis avant de vous endormir, comme le gérant faisant l’inventaire de son entrepôt, quelque chose de remarquable se produit. Vous pouvez choisir les pensées les plus gentilles, les plus confortables et les plus heureuses. Cependant, l’esprit est très sélectif en ce moment avec le matériel mental avec lequel il travaille.

L’origine de cet état n’est autre que l’anxiété. Ce sont généralement les personnes atteintes d’un trouble anxieux latent qui présentent le plus ces états d’inquiétude intense qui rendent difficile une bonne nuit de sommeil. De même, le fait que le cerveau souffre d’un pic d’anxiété juste au moment où nous allons nous coucher répond à un mécanisme évolutif très frappant. Nous l’analysons.

Évaluer les situations et les performances pour mieux survivre

Le cerveau humain du 21e siècle est le résultat de milliers d’années d’évolution. Ceci, qui peut sans doute être un avantage, présente certains défauts “d’usine” non encore résolus. Ces petites erreurs font référence à la façon dont nous continuons à traiter les défis quotidiens, grands ou insignifiants.

Nous ne sommes plus des chasseurs-cueilleurs, nous ne vivons plus dans des environnements sauvages pleins de risques, mais l’esprit réagit à peu près de la même manière : traiter en permanence les menaces. La nuit, avec le silence, est le moment idéal pour évaluer les situations et les performances et détecter toute alerte ou risque. Tout est sujet à analyse.

Lorsque vous passez en revue vos soucis avant de vous endormir, il ne faut pas longtemps à votre cerveau pour voir les drapeaux rouges dans les moindres aspects. Si vous pensez avoir agi de manière non adéquate au travail, votre cerveau évalue déjà que vous pouvez être licencié. Si vous pensez à ce dernier message auquel un ami n’a pas répondu, vous concluez rapidement qu’il vous fait du ghosting.

Le cerveau a une tendance presque instinctive à se concentrer sur les problèmes plutôt que sur les expériences positives. Il le fait en raison de sa tendance innée à évaluer les risques afin de développer des stratégies d’action et de pouvoir s’adapter et survivre dans un environnement toujours complexe.

Anxiété latente

Des études de recherche, comme celles menées par le Dr Luc Staner du laboratoire du sommeil de l’entreprise pharmaceutique FORENAP à Rouffach (France), mettent en évidence la relation entre les troubles anxieux et les troubles du sommeil. Des conditions telles que le trouble d’anxiété généralisée et le trouble de stress post-traumatique sont à l’origine de cette réalité.

Lorsque vous passez en revue vos soucis avant de dormir, vous tombez dans des cycles de pensée ruminante. Cependant, cette expérience ne vient pas seulement à la fin de la journée. Les idées obsédantes et autocritiques persistent de manière latente en permanence. Cependant, dans le calme de la nuit, ce dialogue interne monte le volume et a une plus grande présence.

D’autre part, il faut noter que les personnalités hautement perfectionnistes conduisent aussi souvent à ces labyrinthes nocturnes de souffrance.

Plus que les problèmes eux-mêmes, notre plus grand défi réside dans la façon dont nous traitons tout ce qui nous tient éveillés. Retourner ces réalités et renforcer une concentration négative et passive intensifie l’inconfort.

en revue vos soucis

Comment arrêter de trop réfléchir avant de s’endormir

Lorsque la dalle de l’inquiétude vous tombe dessus nuit après nuit alors que vous détendez votre tête sur l’oreiller , votre santé physique et mentale en souffre. Le manque de sommeil intensifie l’anxiété existante elle-même. Vous devez alors apporter des modifications. Cela implique de se concentrer sur deux domaines : prendre soin de votre hygiène de sommeil et gérer votre propre trouble de l’humeur.

En résumé, il conviendrait de partir d’une série de lignes directrices :

  • Apprendre des techniques de résolution de problèmes.
  • Consacrer une heure précise de la journée à résoudre ce qui nous cause de l’anxiété (programmation des soucis).
  • Introduire des techniques de respiration profonde et de relaxation au quotidien.
  • Suivre les mêmes routines pour vous coucher et vous lever.
  • Éviter les repas copieux et l’exercice physique avant de dormir.
  • Débrancher les appareils électroniques deux heures avant d’aller au lit. N’oubliez pas que les écrans agissent comme des stimulants et rendent difficile le repos la nuit.
  • Assurez-vous que le sommeil vous trouve l’esprit détendu dans un livre et non dans l’abîme de vos soucis.

En conclusion, il convient de noter qu’il n’est pas facile d’éduquer notre esprit pour réduire le volume d’inquiétude. Cependant, il est toujours temps d’établir d’autres routines et approches pour trouver le calme psychologique et éliminer l’état d’alarme constante.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Les cycles du sommeil : comprendre votre cerveau pour mieux dormir
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les cycles du sommeil : comprendre votre cerveau pour mieux dormir

Comprendre les cycles du sommeil est essentiel pour pouvoir les respecter et ainsi bien se reposer. Découvrons tout cela ensemble.



  • Cox RC, Olatunji BO. Sleep in the anxiety-related disorders: A meta-analysis of subjective and objective research. Sleep Med Rev. 2020 Jun;51:101282. doi: 10.1016/j.smrv.2020.101282. Epub 2020 Feb 11. PMID: 32109832.
  • Manber R, Carney C. Treatment Plans and Interventions for Insomnia: A Case Formulation Approach. Guilford Press; 2015.
  • Cox RC, Sterba SK, Cole DA, Upender RP, Olatunji BO. Time of day effects on the relationship between daily sleep and anxiety: An ecological momentary assessment approach. Behav Res Ther. 2018;111:44-51. doi:10.1016/j.brat.2018.09.008

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.