La valeur de la curiosité

24, octobre 2015 dans Psychologie 3 Partagés

La vieillesse commence lorsque se perd la curiosité

José Saramago


A mesure que nous vieillissons, nous nous familiarisons avec la réalité qui nous entoure. Les expériences passées façonnent notre perception du monde et nous enseignent des leçons que nous gardons dans la plupart des domaines de notre vie.

Nous formulons des suppositions fondées sur ces expériences et ces leçons, parfois indistinctement. Lorsque nous sommes confrontés à une situation ou à un problème inconnu, notre esprit perçoit un endroit de confusion ou de conflit comme une brèche.

Pour résoudre cette divergence, notre esprit a naturellement tendance à remplir les espaces en blanc avec les informations obtenues à partir des choses que nous savons ( les expériences).

Ceci est une manière très commune de créer de faux détails dans des souvenirs qui par contre, en substance, étaient vrais.

Les supposés

Nous formulons des suppositions sur le comportement des autres personnes ou sur l’avenir, avec une étonnante facilité.

Comme nous l’avons dit auparavant, nous en avons besoin pour éliminer l’incertitude, qui pourrait être transformée en une véritable sensation peu commode.

Les supposés, en soi, ne sont pas mauvais, mais ils le deviennent lorsque la curiosité comme force motrice n’intervient pas quand ils sont crées.

C’est ce type de curiosité, par exemple, qui fait progresser la science. Toutes les branches scientifiques sont alimentées par la curiosité, par la recherche de réponses aux problèmes découlant de la réalité, ou tout simplement du jeu mental de la curiosité du savoir.

Ainsi, la curiosité stimule notre mécanisme créatif, elle lui impose un défi à relever et en même temps stimule notre système cognitif pour qu’il travaille à la recherche d’une réponse.

shutterstock_144901279-420x280

La personne qui a cessé d’être curieuse, a perdu la merveilleuse capacité à se surprendre

Le cas de la curiosité chez les enfants

La relation entre la créativité et la curiosité est symbiotique et nécessaire: sans une on ne peut pas avoir l’autre. Ce serait comme manger sans faim, boire sans soif ou embrasser sans amour.

Les enfants de moins de 6 ans, sont à un stade de leur vie où tout devient une question.

Cette situation est commune parce que leur esprit est comme une ardoise vierge. Ils ne possèdent aucune expérience précédente qu’ils peuvent assumer, mais ils ont un présent avec lequel ils doivent vivre.

Les enfants posent beaucoup de questions et apprennent plus vite parce qu’ils sont curieux. La curiosité est ce qui les maintient intéressés.

Le rôle de la curiosité dans la créativité

La créativité exige un esprit ouvert, quelqu’un qui ne soit pas satisfait avec les expériences recyclées, les théories et les suppositions.

Les progrès et les innovations dans notre histoire sont nés par le fait de défier ce que nous croyions savoir à un moment donné.

Nous avons questionné ces connaissances qui nous ont été données par héritage et que notre environnement donne comme préétablies, parfois à tort.

Par exemple, les peintres expérimentent avec les couleurs et les techniques en repoussant les limites de ce qui est déjà connu, grâce à la curiosité qui donne de la puissance à leur art.

Les idées nouvelles et créatives sont possibles parce que des personnes ont eu la curiosité d’expérimenter et de se poser des questions qui les ont conduits dans cette direction. La beauté de cela est que quand nous sommes curieux, nous avons moins peur.

Nous apprenons de nouvelles informations qui nous intriguent, c’est pourquoi nous voulons en savoir plus, sans avoir un besoin physiologique qui doit être satisfait, quelle que soit la peur de l’échec, du rejet ou de l’inconnu.

La curiosité est une soif qui doit être satisfaite, sans se soucier du prix.

A découvrir aussi