Une fantastique histoire d'amour à Auschwitz

Personne ne croirait qu'il aurait été possible de vivre une histoire d'amour à Auschwitz, mais David Wisnia et Helen Spitzer prouvèrent le contraire. Au milieu de la mort, les deux se rencontrèrent et s'accrochèrent pour survivre.
Une fantastique histoire d'amour à Auschwitz

Dernière mise à jour : 27 juillet, 2022

Voici une fantastique histoire d’amour à Auschwitz qui n’a été révélée au monde que bien des années plus tard. En fait, chaque histoire d’amour a quelque chose de magique. Mais certaines, comme celle-ci, montrent que ce sentiment est vraiment capable de sauver l’être humain, même littéralement.

Les protagonistes de cette histoire d’amour à Auschwitz étaient un Polonais du nom de David Wisnia et une Hongroise du nom d’Helen Spitzer. Elle avait été la première à arriver au camp de concentration et venait de Slovaquie, où elle venait de terminer son diplôme universitaire. Nous étions en 1942 et son statut de juive faisait d’elle l’une des 2 000 femmes célibataires confinées.

L’état d’Helen était pitoyable. Au début, elle travailla à la démolition de quelques bâtiments mineurs. Bientôt, mal nourrie, elle contracta le typhus puis le paludisme, mais dut quand même travailler tous les jours. Pour couronner le tout, une vieille cheminée s’effondra sur elle et lui brisa le dos. Cela signifiait qu’elle ne pouvait plus exercer ce métier.

Ce qui est fait par amour est au-delà du bien et du mal.”

-Friedrich Nietzsche-

histoire d'amour à auschwitz

Helen Spitzer et la volonté de survivre

Les nazis notèrent qu’Helen était une femme instruite. Suite à l’accident , ils considérèrent qu’ils pourraient peut-être tirer le meilleur parti d’elle dans d’autres métiers. Après tout, c’était une fille avec un diplôme universitaire, elle parlait allemand et avait également de solides bases en graphisme. Grâce à cela et à un coup de chance, elle obtint un travail de bureau.

Au début, elle n’était chargé que de préparer la peinture rouge avec laquelle une ligne était tracée sur l’uniforme des femmes arrivant à Auschwitz. Plus tard, elle gagna la confiance des gardes et fut alors chargée d’enregistrer l’arrivée de chaque femme qui entrait dans le camp.

Plus tard, elle fut chargé d’organiser la paperasse nazie et de faire des rapports mensuels sur les travailleurs des camps de concentration. C’était une position privilégiée et grâce à cela, elle pouvait se laver fréquemment, en plus de porter des vêtements décents.

Même ainsi, Helen ne collabora jamais avec les nazis. En fait, elle profita de sa position pour égarer des condamnations à mort ou de misérables mutations.

David Wisnia et une surprise amoureuse

L’histoire de David Wisnia était différente. Il arrive à Auschwitz au début de 1943 et se voit confier la tâche de recueillir les corps des prisonniers morts électrocutés sur les clôtures du camp.

Bientôt, la nouvelle se répandit qu’il était un grand chanteur et les nazis s’intéressèrent à lui. Il fut alors forcé de chanter pour eux lors de leurs réunions privées.

Dans le même temps, il obtint une meilleure position dans le camp. Il devait désinfecter les vêtements des nouveaux arrivants dans un endroit que tout le monde connaissait comme « le Sauna ». C’est là qu’il vit Helen pour la première fois, une femme qui ne ressemblait à aucune autre juive du pays. Elle sentait bon et était toujours soignée.

Il était également clair qu’Helen se déplaçait partout comme un poisson dans l’eau et que les nazis lui faisaient confiance. David la voyait alors juste comme quelqu’un de loin. Cependant, un après-midi, elle passait par “le Sauna” et sans que David s’en rende compte, soudain, ils se retrouvèrent seuls. Ainsi commença cette histoire d’amour à Auschwitz.

histoire d'amour à auschwitz

L’histoire d’amour à Auschwitz

Lors de cette première rencontre, ils parlèrent. Cependant, ils s’arrangèrent pour se revoir une semaine plus tard. Le rendez-vous se ferait dans un petit espace entre deux crématoires. Tous deux s’y rendirent et Helen paya d’autres prisonniers avec de la nourriture pour leur faire savoir si quelqu’un venait. Cette rencontre se répéta encore et encore au cours des mois suivants. C’est ainsi que l’histoire d’amour à Auschwitz se consolida.

Bien qu’ils se parlaient peu et aient à peine eu le temps de s’aimer, tous deux promirent de se revoir à Varsovie après la guerre. Quelques mois plus tard, David fut transféré dans un autre camp, mais réussit à s’échapper.

Helen aussi, quelques semaines plus tard. Mais tandis que David trouva les soldats américains et les accompagna, Helen se rendit à Varsovie et l’attendit en vain.

Ils finirent tous deux par épouser d’autres personnes et mener une vie indépendante. David eut deux enfants et plusieurs petits-enfants, tandis qu’Helen n’en eut aucun. Finalement, ils se retrouvèrent par hasard aux États-Unis. Une amie commune essaya une fois de les réunir, mais elle refusa. David voulait la voir et de sorte qu’il insista pour la rencontrer.

Ils se retrouvèrent enfin 72 ans après leur séparation. Elle était au lit, malade et déjà veuve, et il chantait toujours. En fait, lors de la rencontre, David lui chanta une chanson en hongrois.

Il voulait aussi qu’elle lève un doute : peut-être que les nazis avaient un jour voulu le tuer et qu’elle était intervenue pour l’en empêcher ? Hélène sourit. Elle leva une main et montra ses doigts : « Cinq fois », répondit-elle.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
L’amour n’a pas besoin d’être parfait, mais vrai
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’amour n’a pas besoin d’être parfait, mais vrai

Le véritable amour est celui qui est connu pour ce qu'il offre et non pour ce qu'il exige. Celui qui fait sourire l'âme et ne se soumet pas.



  • Paci, F. (2017). Un amor en Auschwitz: una historia real. Aguilar.