Secrets, déni et familles dépendantes

26 octobre, 2020
Les familles dépendantes se caractérisent par le fait qu'elles encouragent des comportements et des mécanismes visant à cacher ou à nier leurs problèmes essentiels, notamment en ayant recours aux secrets ou au déni. Les familles de ce type sont très destructrices et souvent profondément malheureuses.

Selon le professeur Marcus Caldas de l’université de Deusto, les secrets et le déni alimentent le comportement de dépendance dans les familles. Pourquoi parle-t-on de familles dépendantes et non d’individus dépendants ?

Selon cet expert, une personne dépendante est le fruit de son environnement, environnement qu’il affecte dans le même temps, d’une manière ou d’une autre. Un environnement participe alors à la dépendance, consciemment ou inconsciemment.

Selon Caldas, la famille fonctionne comme un système dans lequel l’action ou l’inaction de chacun des membres a des répercussions sur les autres. De même, dans les familles dépendantes, la structure globale influence de manière décisive les individus qui en font partie.

Très souvent, les familles dépendantes font du secret et du déni deux outils pour surmonter l’alcoolisme ou la toxicomanie d’un ou de plusieurs de ses membres. Cette approche est inadéquate et finit souvent par produire l’effet inverse, c’est-à-dire par renforcer la dépendance.

“La famille d’une personne dépendante est gravement affectée pendant tout le processus de développement de la dépendance, car ce processus génère des conflits et des émotions particulières chez chacun de ses membres.”

-Adela Shwatz-

Les secrets alimentent la dépendance.

Les familles dépendantes

Les familles dépendantes sont celles dans lesquelles il existe des modèles de comportement et des attitudes qui favorisent la dépendance compulsive. Il est courant que leurs membres considèrent de nombreux comportements comme n’étant pas “normaux”, et qu’ils décident d’ignorer cette réalité et de garder la situation telle quelle.

Certaines caractéristiques sont régulièrement présentes dans les familles qui créent une dépendance, comme par exemple :

  • Impulsivité et manque de contrôle. Il est fréquent qu’ils agissent en fonction de l’émotion du moment, généralement la colère. Des stimuli minimes provoquent des réactions disproportionnées.
  • Il n’y a pas de limites au désir. Dans les familles dépendantes, il y a une prédominance d’individus qui veulent à tout prix faire selon leur volonté. Ils considèrent les limites comme négatives en soi. Ils ne savent pas non plus comment fixer des limites pour les autres.
  • Nécessité d’une satisfaction immédiate. Le plus souvent, il y a une faible tolérance à la frustration. Cela se manifeste par une énorme difficulté à reporter la gratification. Ils veulent ce qu’ils veulent et ils le veulent maintenant.
  • Comportement marqué par la labilité. Dans les familles dépendantes, il est très difficile de mener à bien les plans et les projets. Les individus laissent des projets, des amours, des amis, etc. à moitié réalisés.
  • Une insatisfaction permanente. Ils ne sont pas faciles à satisfaire. Ils veulent quelque chose et, s’ils l’obtiennent, cela ne semble plus avoir de valeur.
  • Ils ne peuvent tolérer de perdre. La perte, quelle qu’elle soit, devient une catastrophe de grande ampleur. Ils forcent même des situations pour ne pas accepter qu’ils ont perdu quelque chose.

Secrets et déni

Deux des ressources fréquentes dans les familles dépendantes sont le secret et le déni dans différents domaines de la vie. Il est très fréquent, par exemple, que si le parent est dépendant, cela devienne un sujet tabou. Personne ne doit en être informé et il ne faut pas en parler. C’est juste “arrivé” et c’est tout.

Il est également fréquent que les membres de la famille aient leurs propres comportements secrets, comme cacher des bouteilles, avoir des relations clandestines ou développer des comportements dont personne dans la famille n’est au courant.

De plus, des désirs secrets associés à la destruction de la famille, au départ ou à la dissimulation de comportements sexuellement abusifs sont incubés. Les secrets deviennent si secrets qu’ils finissent par devenir de véritables dénégations.

C’est comme se mentir à soi-même et croire que ce qui est faux est vrai. Le comportement simulé devient habituel et le comportement qui n’est pas “normal” est “normalisé”.

Le déni alimente la dépendance.

Le chaos psychologique

Tout cela génère un sentiment plus ou moins constant de chaos dans les émotions, les pensées et les comportements. Ce qui est important est réduit au silence et ce qui est peu important est crié. Le désespoir et la détresse se transforment souvent en un désir de contrôle excessif. Tout ce qui est authentique devient une source de honte et de dissimulation.

Habituellement, les secret et le déni concernent la personne la plus ouvertement dépendante. Cette dernière exprime l’idée qu’elle ne fait pas ce qu’elle fait réellement, ou que les conséquences de ce qu’elle fait n’ont pas une grande importance. S’il y a des enfants, leur monde émotionnel “disparaît” à cet égard.

Les addictions sont des phénomènes complexes. Elles ne se réduisent pas à la consommation d’une substance ou à la répétition compulsive d’un comportement.

Le plus problématique dans les familles dépendantes n’est pas ces manifestations, mais le mode de vie et les modèles de comportement qu’elles encouragent. Dans le cadre du secret et du déni, elles sont condamnées à s’enfoncer de plus en plus dans leur problème.

Bonfiglio, J. I., Rodríguez Espínola, S. S., & Salvia, A. (2015). Aumento del tráfico de drogas en los barrios, problemas de adicciones severas en las familias y poblaciones en riesgo.