Qu’est-ce qui tourmente l’homme le plus heureux du monde ?

13 janvier 2018 dans Autres 248 Partagés
l'homme le plus heureux

Matthieu Ricard est un moine bouddhiste tibétain impliqué dans l’étude et le développement des effets de l’entraînement mental sur le cerveau dans les universités de Madison-Wisconsin, Princeton et Berkeley. Des scientifiques de l’Université du Wisconsin (USA) ont déclaré que Matthieu est l’homme le plus heureux du monde (ou du moins le plus heureux de tous ceux qui ont participé à l’étude), après avoir analysé l’activité de son cerveau pendant une étude de 12 ans, laquelle prenait en compte certains facteurs importants tels que la méditation ou la compassion.

Ils étudièrent dans cette recherche le fonctionnement du cerveau à travers différentes techniques et outils, certains aussi modernes que  la résonance magnétique nucléaire (RMN). Ces procédures ont permis d’enregistrer un niveau élevé d’activité dans le cortex cérébral préfrontal gauche, lequel est associée à des émotions positives.

La répercussion des résultats de cette étude fut telle, publiée en 2004 par l’Académie Nationale des Sciences des États-Unis, qu’ils constituent la cinquième référence scientifique la plus consultée de l’histoire.

l'homme le plus heureux

La comparaison est l’assassin du bonheur

Selon l’homme le plus heureux du monde, le facteur clé qui semble tuer le bonheur est l’habitude de nous comparer  aux autres. Par ailleurs, le moine a également révélé qu’il n’est pas d’accord avec le “titre” qui lui a été accordé – “l’homme le plus heureux du monde”, puisqu’il le considère “absurde”.

Dès lors, les neurosciences ont révélé ce qui rend “malheureux” l’homme le plus heureux dans le monde : se comparer aux autres. Il pense que lorsque nous nous comparons aux autres, nous ne voyons qu’une partie de la vie de ces derniers. Généralement, en nous comparons nous nous concentrons seulement sur la partie empreinte de réussite ou qui est mise en valeur d’autres personnes, sans prendre en considération le fait qu’il existe une autre partie moins enviable.

Lorsque nous voyons quelqu’un qui obtenu du succès, nous avons tendance à penser que la personne a eu de la chance et qu’elle a trouvé la situation propice pour y parvenir. Nous assistons rarement au processus et aux sacrifices que cela implique :  nous ne voyons que le résultat. Nous ne voyons pas ce qui se passe en coulisses et nous n’assistons pas aux répétitions, nous n’apprécions que le spectacle. Et par conséquent, lorsque nous nous comparons avec ces personnes, nous nous retrouvons avec un sentiment d’infériorité qui génère de l’insatisfaction.

Selon une étude réalisée par Andrew Oswald, professeur d’économie et de sciences du comportement à l’Université de Warwick au Royaume-Uni, dans laquelle plus de 500 000 personnes réparties entre l’Amérique et l’Europe ont été évaluées, le bonheur vient avec les années. Dans la même ligne, la recherche a été développée de manière similaire à celle réalisée par le groupe de scientifiques de l’Université du Wisconsin qui découvrit l’homme le plus heureux du monde.

Alors que les jeunes adultes sont accompagnés d’optimisme et de joie, les choses se compliquent progressivement jusqu’à ressembler à de la détresse lorsque arrive la crise des 40 ans. Selon des études des instituts les plus sérieux du monde, comme l’America’s General Social Survey, alors que les plus malheureux ont entre 40 et 50 ans, les plus heureux sont ceux de 70 ans.

couple riant à vélo

En plus de la variable âge, la méditation quotidiennement contribue au bonheur, ou du moins ainsi le considère la science. Dans l’étude de la méditation et de compassion de l’Université du Wisconsin, il a été démontré que 20 minutes de méditation quotidienne suffisent à augmenter notre bien-être subjectif.

Les scanners de cette étude ont montré une très forte activité lors de la médiation dans le cortex préfrontal gauche du cerveau, par rapport à son homologue droit, ce qui lui permettrait de disposer d’une capacité de bonheur anormalement élevée et une propension réduite à la négativité.


A découvrir aussi