Qu'est-ce que le populisme ?

Dans le mouvement socialiste international, le terme "populisme" a commencé à être utilisé pour désigner un mouvement qui s'opposait aux classes supérieures mais qui, contrairement au marxisme, s'identifiait à la paysannerie et était nationaliste. Aujourd'hui, le terme a acquis des connotations très différentes.
 

Le terme « populisme », de plus en plus entendu dans la société, s’associe à la démagogie. Il s’applique sans distinction aux gouvernements, aux régimes politiques, aux formes d’État, aux personnalités ou aux politiques économiques.

C’est un terme que nous entendons constamment et toujours sur un ton péjoratif. Cependant, avant d’être un mot couramment utilisé dans les médias et les discussions politiques, c’était un terme académique avec différentes nuances.

Dans cet article, nous allons examiner l’origine et les perspectives du populisme. Nous étudierons également les principales caractéristiques du populisme latino-américain compte tenu de sa pertinence.

Le populisme et la politique

Perspectives d’un gouvernement populiste

Malgré les difficultés de parvenir à une conceptualisation systématique du terme, nous pouvons prendre en compte trois perspectives :

  • Le populisme comme idéologie : une idéologie qui sépare la société en deux groupes antagonistes. D’un côté, le peuple, pur et vrai. De l’autre, l’élite corrompue. Sous cette conception du populisme, on peut comprendre les raisons pour lesquelles le terme peut être utilisé pour définir des politiques aussi diverses
  • Le populisme comme style discursif : cette perspective soutient que le populisme est un style de discours. Une rhétorique qui voit la politique comme une éthique et une morale entre le peuple et l’oligarchie. Le langage utilisé par ceux qui prétendent parler au nom du peuple : « nous » (le peuple) et « ils » (l’élite)
  • Le populisme comme stratégie politique : c’est la perspective la plus courante. Le populisme désigne ici la mise en œuvre de certaines politiques économiques (par exemple, la redistribution des richesses ou la nationalisation des entreprises). De même, le populisme est aussi un mode d’organisation politique dans lequel un dirigeant exerce le pouvoir avec l’appui de ses partisans, généralement issus de secteurs marginalisés
 

Origine du terme

Comme nous l’avons dit, ce terme a eu un usage académique avant d’être commun ou populaire. Il a été utilisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle pour désigner une phase du développement du mouvement socialiste en Russie.

On a utilisé ce terme pour décrire la vague anti-intellectualiste. Dans cette idéologie, les militants socialistes devraient apprendre du peuple avant de pouvoir être leurs guides.

Quelques années plus tard, les marxistes russes ont commencé à utiliser ce terme dans un sens péjoratif. Il désignait alors les socialistes qui pensaient que les principaux sujets de la révolution étaient les paysans et que c’était à partir des communes rurales que la société socialiste de l’avenir devait être construite.

Ainsi, dans le mouvement socialiste international, on a commencé à parler de « populisme » pour désigner un mouvement qui s’opposait aux classes supérieures. Mais qui, contrairement au marxisme, s’identifiait à la paysannerie et était nationaliste.

D’autre part, et sans lien apparent avec le terme russe, il a commencé à être utilisé aux États-Unis pour désigner le Parti du peuple, de courte durée, qui était soutenu principalement par des agriculteurs pauvres ayant des idées anti-élitistes et progressistes. Ainsi, on voit que, dans les deux cas, le terme désigne un mouvement rural à tendance anti-intellectualiste.

Une personne votant

Cependant, dans les années 1960 et 1970, d’autres chercheurs ont repris le terme dans un sens différent, bien que lié. Ainsi, on l’a utilisé pour nommer un certain nombre de mouvements de réforme du Tiers Monde (Péronisme en Argentine, Varguisme au Brésil et Cardénisme au Mexique). Ici, la caractéristique distinctive était le type de leadership : personnel plutôt qu’institutionnel, unanimiste plutôt que pluraliste, et émotionnel plutôt que rationnel.

Ainsi, le monde universitaire est passé de l’utilisation du concept de « populisme » pour définir les mouvements paysans à son utilisation pour désigner un phénomène idéologique et politique large. Dans les années 1970, le populisme était déjà tout mouvement qui menaçait la démocratie, toujours avec une connotation négative.

Le populisme latino-américain

Le populisme latino-américain a toujours été reconnu pour son caractère inclusif. En particulier, trois éléments définissent cette caractéristique :

  • La souveraineté populaire : après les États-Unis et Haïti, l’Amérique latine est la première zone de décolonisation. L’idée d’une nation naît alors, construisant des communautés nationales là où il y avait autrefois des colonies dirigées par des élites blanches. Le populisme latino-américain s’est donc construit sur une idée originale de souveraineté populaire
  • La faiblesse de l’État : largement reconnu. Une faiblesse historique qui a rendu difficile la réalisation des promesses populistes et leur transformation en droits. Les cycles populistes se rassemblent sur la base de promesses de droits non tenues
  • La réaction populiste : les populismes latino-américains apparaissent comme une réaction aux limites des systèmes qui les ont précédés. Dans un contexte d’inégalité, d’instabilité et de volatilité politique. Ainsi, la promesse du populisme a une base matérielle et symbolique, prétendant donner la voix et le vote aux dépossédés
 

Nous avons vu comment le terme populisme a évolué, acquérant une connotation négative qu’il n’avait pas au départ.

Ainsi, de la reconnaissance de principe de l’ignorance et de la nécessité d’apprendre pour ceux qui ont l’intention de gouverner, on en est venu à désigner certains mouvements politiques qui cherchent à gagner la sympathie du peuple avec leurs propositions, indépendamment du fait que ce qu’ils proposent soit le meilleur pour le peuple.

 

  • Polikracia, https://polikracia.com/que-es-el-populismo/
  • Redalyc, https://www.redalyc.org/jatsRepo/584/58458909001/html/index.html
  • Scielo, http://ve.scielo.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1012-25082007000300005