Quelques conseils psychologiques pour faire face au coronavirus : des "vaccins" pour éviter la panique

23 mai, 2020
Les fausses informations, la panique et la méfiance sont nos pires ennemis face à l'épidémie du coronavirus. Dans ce contexte, nous devons suivre une série de conseils psychologiques pour faire face à cette situation. Découvrez ici quels sont ces conseils.
 

Le contexte que nous vivons actuellement nous montre qu’il n’y pas de virus plus dangereux que la peur. Cela est visible sur les réseaux sociaux : de nouvelles informations sur le coronavirus apparaissent presque toutes les secondes, suscitant ainsi des craintes et même la panique. Face à cette situation inquiétante, les bons conseils psychologiques sont les meilleurs vaccins pour faire face au coronavirus.

Certains organismes, comme l’organisme American Psychological Association (APA), nous informent qu’une autre infection s’est installée au sein de la population, une infection presque plus dangereuse que la maladie dont tout le monde parle en ce moment : l’angoisse que suscite le coronavirus.

La vente de masques de protection et de gels désinfectants est montée en flèche. Nombreux sont ceux qui prennent peur lorsque quelqu’un éternue près d’eux et qui ont même modifié leurs habitudes de vie. Nombreux sont aussi ceux qui, par exemple, y pensent à deux fois avant de monter à bord d’un avion.

Sommes-nous en train de pousser cette situation à sa limite ? Est-il exagéré d’éprouver de la peur dans ce contexte ? Non, ça ne l’est pas.

Éprouver de la crainte et de l’inquiétude face à la présence d’un nouveau virus est logique et compréhensible. Néanmoins, la peur doit nous alerter et non nous alarmer. Elle doit nous aider à réagir de manière raisonnable et logique et non nous pousser à céder à la panique et à adopter un comportement irrationnel. C’est en agissant de manière rationnelle que nous donnons le meilleur de nous-mêmes et c’est ainsi que nous devons surmonter tout problème.

 

Réagir de manière adéquate face aux circonstances que nous vivons actuellement exige de notre part de prendre en considération une série de conseils très concrets. Approfondissons le sujet.

Un test pour détecter le coronavirus

3 conseils psychologiques à suivre pour faire face au coronavirus

Certains disent que le COVID-19 est le dernier virus à sortir de la boîte de Pandore des virus. Il est possible que cela soit le cas. Néanmoins, dans cette boîte mythique créée par Héphaïstos sous l’ordre de Zeus, il y avait également l’espoir.

Nous ne devons pas oublier que nos systèmes sanitaires sont bien préparés à ce type de situations et que cela fait des décennies que nous affrontons de nombreuses maladies et épidémies comme celles du SARS ou du MERS.

Dans ce contexte, l’académicien Baruch Fischhoff, membre de l’American Psychological Association (APA) et spécialisé dans la perception du risque et dans les sciences comportementales, signale que ce type de situations exige le meilleur de nous-mêmes.

Selon ses propres termes : “Dans des situations de crise, les personnes doivent unir leurs forces, se soutenir mutuellement et agir avec courage. Si nous nous laissons emporter par la panique, nous nous privons de l’opportunité d’agir de manière coordonnée.” Voyons donc sans plus tarder quels sont les conseils psychologiques bons à suivre pour faire face au coronavirus.

 

1. La surinformation débouche sur une préoccupation excessive : régulons le temps que nous passons à nous informer sur le coronavirus

Certains images activent la peur en nous, mais il ne s’agit pas d’une peur quelconque. Nous faisons ici référence à cette crainte atavique provoquée par des termes comme “pandémie”, “infection” ou encore “virus”. De la même façon, les images qui montrent des médecins protégés de la tête aux pieds génèrent de la panique.

À tous ces stimuli, s’ajoute la surinformation à laquelle nous sommes soumis. Il est donc logique qu’une peur presque irrationnelle s’installe en nous. Nous sommes bombardés d’informations sur le sujet de manière continue : à la télévision, à la radio ou encore sur Internet, le terme “coronavirus” est omniprésent.

  • Notre conseil : contrôlez le temps que vous consacrez à ce sujet. Vous devez continuer à vivre en évitant d’être bombardé sur le sujet tout au long de vos journées. Renseignez-vous via des sources officielles et évitez la surcharge informationnelle. Face à la préoccupation excessive, l’idéal est de consacrer un temps pour pratiquer des activités qui vous plaisent, qui vous détendent, qui vous distraient.

2. La désinformation est le pire virus : il faut se vacciner contre les rumeurs

Les rumeurs constituent un autre point important en matière de conseils psychologiques pour faire face au coronavirus. Il n’y a pas de virus plus mortel que la désinformation. La désinformation suscite la panique de manière immédiate, en un seul clic.

Ces derniers jours, on a vu circulé des informations selon lesquelles l’eau salée aiderait à prévenir la contamination par le COVID-19. Nous avons également vu des images manipulées montrant des prétendus morts à Wuhan. Nous avons même entendu dire que Bill Gates détiendrait le brevet de ce type de coronavirus.

 

Par ailleurs, les théories conspiratrices selon lesquelles le nombre de morts est plus élevé que ce que les médias montrent ne manquent pas. Certains disent même que le virus a été libéré intentionnellement par les États-Unis vers la Russie en vue de déstabiliser l’économie.

  • Notre conseil : gardez à l’esprit la règle selon laquelle 40 % des informations que nous recevons sont fausses. Les vraies informations constituent un véritable vaccin dans ce type de situations. Nous devons faire preuve de prudence vis-à-vis de ce que nous lisons. Assurez-vous de trouver des sources fiables, comme l’est, sans aucun doute, l’Organisation mondiale de la santé.

3. Le calme est notre meilleur allié : en alerte oui mais pas alarmé

Face au virus de la panique, il est préférable de garder son calme. Face à la sensation de peur et à l’inquiétude, il est préférable d’être en alerte et non alarmé. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut tout simplement dire que nous, être humains, agissons bien mieux lorsque nous sommes dans un état de calme psychologique. Cela ne veut pas du tout dire que nous devons être indifférents aux informations.

Il est simplement question de rester attentifs à ce qui se passe sans éprouver cette peur irrationnelle qui nous pousse à adopter des comportements dénués de sens et qui n’aide donc pas à améliorer la situation.

  • Notre conseil : continuez de mener votre vie tout en respectant les mesures préventives. La routine est notre meilleure alliée. Il est également nécessaire de s’informer à un moment de la journée sur la situation et sur l’avancée de la maladie. Nous devons rester réceptifs et suivre les informations des spécialistes.
 
Une consultation médicale autour du coronavirus

En somme…

Pour conclure, nous sommes conscients que le COVID-19 nous oblige à suivre toutes les informations sur le sujet. Nous sommes face à un nouveau virus, une situation qui oblige les organismes sanitaires à analyser le comportement de ce virus à chaque instant.

De notre côté, il nous reste plus qu’à appliquer les mesures de sécurité et à respecter les indications des autorités officielles.

Gardons à l’esprit les mots de Baruch Fischhoff : toute crise se résout en agissant de manière conjointe et coordonnée sans céder à la panique. Suivons ce précieux conseil.