Magical girl : la fille du feu qui meurt de soif

Magical Girl est l'histoire d'un homme désespéré qui fait chanter une femme souffrant de troubles psychologiques pour acheter une robe pour sa fille, qui souffre de leucémie et est en phase terminale.
Magical girl : la fille du feu qui meurt de soif

Dernière mise à jour : 23 janvier, 2022

Magical Girl est un film sur les sentiments ignorés qui se transforment en douleur et en violence lorsqu’on ne s’en occupe pas. C’est l’histoire de deux femmes, une adulte et une fillette, qui se battent pour leur santé mentale et physique en utilisant la seule chose qui dépend d’elles : leur imagination.

C’est un film avec une mise en scène très soignée. Plans d’austérité qui contrastent avec les symboles des dérives cachées. Magical Girl tourne autour de ce qui ne se discute pas, de ce qui ne se dit pas. En grande partie, cela est obtenu grâce aux interprétations de ses protagonistes.

Barbara Lennie apparaît comme une femme protégée et incomprise. Lucía Pollán joue une fillette qui préfère vivre le reste de sa vie dans des histoires d’animé. Luis Bermejo joue un père qui aime sa fille, mais ne peut pas écouter sa douleur ou accepter la réalité. Enfin, José Sacristán est la gentillesse, mais perverti par la confusion du dévouement absolu aux autres.

Magical Girl est un véritable plaisir pour les lecteurs d’émotions.

Magical girl : les filles du feu qu’on laisse mourir de soif

Dans l’une des images les plus choquantes du film, Barbara (Barbara Lennie) se blesse après ce qu’elle interprète comme un abandon par son mari. En fond sonore nous distinguons la chanson “La Niña de fuego “, de Manolo Caracol. Une allégorie de ce qui lui arrive.

Barbara montre un comportement inquiétant. Elle est médicamentée par obligation par son mari psychiatre. Plus qu’une épouse, il semble disposer d’un fétiche pour expérimenter et fantasmer.

Barbara ne revendique pas suffisamment l’affection, mais ce n’est pas une raison pour ne pas la lui donner. Elle pourrait se dire qu’elle souffre de trouble de la personnalité limite. Elle ne traite pas la douleur, elle la noie simplement dans l’automutilation. Tout le monde semble être fasciné par elle. Barbarra est pleine de feu et, en même temps, morte de soif.

De l’autre côté, on retrouve la fillette Alicia, interprétée par l’actrice Lucía Pollán. Dans les yeux d’Alicia, nous percevons la clarté de la vie, le désir d’en boire chaque gorgée. Alicia s’éteint en raison de sa maladie. Les terribles douleurs qu’elle éprouve l’affecte gravement pendant des heures. Quand Alice ne souffre pas, elle vit beaucoup plus intensément que les autres personnes ayant une santé de fer.

Alicia veut que son père l’écoute. Elle veut qu’il ose la regarder en acceptant que le temps qu’ils leur reste à partager est limité et précieux. Alice a besoin de temps, d’affection, de petites aventures. Elle demande à son imagination l’impossible et à la vie la seule chose dont elle a besoin : son père.

Cependant, il ne supporte pas tant de douleur et se réfugie dans les fantasmes de sa fille pour être un bon père. Un fantasme qui laissera sa petite fille assoiffée d’amour.

Magical Girl : une histoire qui cache de nombreux épisodes

Le film commence par une scène dans laquelle un instituteur (José Sacristán) parle de l’intemporalité et de l’indépendance de certaines vérités mathématiques.

Certains élèves rient. Soudain, le professeur interrompt son discours et fait se tenir une fille devant la classe. Dans ses mains se trouve une note. Le professeur lui demande de la lire. Puis il exige qu’elle la lui remette, mais quelque chose de drôle se produit. La fille plia à nouveau le billet et ferma sa main. Lorsqu’elle l’ouvre à nouveau, la note a disparu.

Ainsi commence Magical Girl, du scénariste et réalisateur Carlos Vermut qui créa un langage cinématographique emprunt de questions tacites et de réponses inattendues, de situations compromettantes et d’horribles tentatives de résolution. Un monde de chambres spartiates, où les compositions sont propres, mais les mains des personnes qui y vivent sont sales.

Magical Girl : le drame qui unit plusieurs personnes solitaires

L’histoire proprement dite commence avec Luis (Luis Bermejo), un professeur de littérature au chômage, qui vend des livres au poids pour joindre les deux bouts. Luis est au chômage et s’occupe de sa fille de douze ans, atteinte de leucémie.

Lorsque Luis rentre de sa vente chez le libraire, il trouve sa fille inconsciente sur le sol de sa chambre. A l’hôpital, il reçoit des nouvelles du médecin qui le rendent nerveux. Du coup, les demandes transgressives de sa fille, comme essayer une cigarette ou boire un gin tonic, ne font pas l’objet de débats ou d’interrogations, mais des souhaits facilement exaucés.

Alors, quand il trouve son journal de souhaits et découvre qu’elle convoite une robe très chère conçue à partir de son anime préféré, il décide de l’acquérir. Le problème : la robe vaut 6 000 euros.

Le désir de contribuer au bonheur de sa fille conduira Luis du mauvais côté de la loi, croisant le chemin de l’énigmatique Barbara. Une femme tendue, perturbée et mentalement déséquilibrée. Luis en profite pour la faire chanter.

Une onde de choc d’autodestruction, de passion et de douleur

Chaque action du film est une ondulation qui se propage de manière imprévisible et tragique. Un père s’efforce de donner à sa fille malade des témoignages d’amour qui, d’une manière ou d’une autre, lui porteront chance. Une femme, sans la motivation ou la confiance nécessaire pour être seule, a du mal à trouver un moyen de faire disparaître son problème.

Plus tard, le professeur Damien entrera en scène, également dépendant du bonheur de quelqu’un d’autre, et entamera une spirale descendante de réactions extrêmes qui n’auraient jamais pu être prédites au départ.

Les personnes qui peuvent susciter une réponse émotionnelle de la part de ceux qui les entourent, qu’il s’agisse d’amour ou de peur, ont le pouvoir de diriger leurs actions. Une personne n’a le contrôle de sa propre vie que lorsqu’elle a le plein contrôle de la vie de ceux qui l’entourent. Ce concept est déchirant à considérer et Magical Girl en fait la leçon de cœur noir qu’il entreprit d’inculquer dans cette histoire.

Magical Girl vous maintien sur vos gardes jusqu’à la fin, alors qu’il vous entraîne alternativement haletant sous le choc et riant d’incertitude et d’incrédulité horrifiées. Que vous l’aimiez ou le détestiez, c’est un film qui restera dans votre esprit, vous mettant au défi d’essayer de l’oublier.

Cela pourrait vous  intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Homecoming: un thriller psychologique sur les émotions et la mémoire
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Homecoming: un thriller psychologique sur les émotions et la mémoire

Homecoming est une toute nouvelle série dans laquelle nous retrouvons Julia Roberts dans le rôle d'une psychologue.