L'obsession de la justice : un autre visage de la victimisation

Qu'y a-t-il derrière l'obsession de la justice ? Qu'en est-il de ces personnes qui font d'elle le seul moteur de leur vie ? Dans cet article on vous le dit !
L'obsession de la justice : un autre visage de la victimisation

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 27 octobre, 2022

L’obsession de la justice, comme toute autre obsession, est plus une composante névrotique qu’une attitude raisonnable. Bien sûr, la plupart d’entre nous veulent que chaque être humain obtienne ce qu’il mérite. Cependant, lorsque quelqu’un se concentre trop sur cet objectif, cela peut devenir plus un problème qu’une vertu.

Dans certains cas, cette obsession de la justice n’est qu’une facette de plus de la victimisation. Cette dernière est une attitude caractérisée par l’idée irréaliste qu’une personne est constamment blessée ou maltraitée. Parfois, cette idée est également présente dans un groupe. Contrairement à une vraie victime, il s’agit dans ce cas d’une exagération ou d’une simulation des dommages subis.

L’obsession de la justice et la victimisation vont souvent de pair. C’est presque toujours une posture inconsciente. La personne qui adopte cette attitude refuse d’évaluer objectivement les situations et, au contraire, explique et argumente qu’elle est l’objet d’un dommage réel, que c’est la faute d’un facteur extérieur et que la solution serait de changer ce facteur, sans réellement prendre des mesures pour y parvenir.

« Rendez justice à quelqu’un et vous finirez par l’aimer. Mais si tu es injuste avec lui, tu finiras par le détester.

-John Ruskin-

amis qui se disputent

Métier : victime

La première chose qui frappe les personnes obsédées par la justice est le postulat qu’elles sont dans une position d’infériorité ou de vulnérabilité. Il ne s’agit pas d’un complexe d’infériorité en tant que tel, mais plutôt d’une conviction de base sur laquelle se construit le discours juste. C’est plus une construction mentale qu’existentielle.

Un élément important est que cette condition de vulnérabilité ou d’infériorité est généralement exagérée ou étendue à des aspects dans lesquels ce critère n’est pas applicable. Par exemple, quand quelqu’un n’a pas son propre véhicule et comprend qu’il est difficile d’arriver à l’heure pour ses engagements. Vous pouvez également étendre cette idée et aller jusqu’à prétendre que vous n’êtes pas assez productif à cause de cela.

La clé est dans le fait que cette conviction devient un élément surestimé et devient même la formule magique qui explique tous les problèmes ou mésaventures. La chose habituelle est que ce type de logique est présent non pas dans un, mais dans plusieurs aspects de la vie simultanément.

L’obsession de la justice

Lorsqu’une personne est envahie par ce type de mentalité, elle applique généralement le même schéma de pensée à différents domaines de sa vie. Il y a toujours quelque chose ou quelqu’un à blâmer pour votre malheur ou vos problèmes. Si vous n’avez pas de partenaire, c’est que les candidats potentiels ne savent pas vous valoriser. Si vos relations familiales sont difficiles, c’est en raison du manque total d’empathie de vos proches. Si vous n’obtenez pas d’emploi, c’est la responsabilité de ce satané système.

Tout cela constitue le terreau pour que l’obsession de la justice se forme et se nourrisse. Cela deviendrait une posture apparemment rebelle dans laquelle un changement chez les autres ou dans le monde en général est recherché ou exigé. Cela part du principe que si le reste est transformé, les problèmes qu’ils ont prendront fin.

En plus de ce qui précède, un argument est construit dans lequel ces facteurs problématiques dans l’environnement ne sont pas le résultat d’une erreur ou d’une lacune, mais le résultat d’une volonté de nuire. Si seulement l’entreprise vous donnait une voiture, elle ne se plaindrait pas de ses résultats. Ou si la famille avait un peu plus d’empathie avec lui, elle ne lui donnerait jamais de raison de se disputer. Mais non : l’entreprise est avare et la famille est égoïste. Il y aurait un long etcetera à donner comme exemple.

Garçon parlant à une fille

Un cercle vicieux et tragique

Les personnes obsédées par la justice ont tendance à devenir très injustes avec les autres, et même avec elles-mêmes. C’est justement l’un des pièges de la victimisation : nourrir l’idée que la position supposée d’infériorité ou de vulnérabilité justifie le droit de juger sévèrement les autres.

Ces justiciers de métier sont généralement de bonnes personnes qui se retrouvent piégées dans leur propre fiction psychologique. Ils se sentent vulnérables, mais peut-être pas pour les raisons qu’ils invoquent. Il est possible que leurs insécurités et le sentiment de frustration dû à leurs objectifs tronqués ou ratés leur jouent des tours.

C’est vrai que l’injustice existe, et elle est bien réelle. Il est vrai aussi que dans bien des cas elle est intolérable et c’est un devoir de la combattre. Cependant, il est toujours bon de revoir ces situations avec la tête froide.

Le fait de ne pas avoir certains avantages doit-il vraiment être traité comme un fait injuste, ou est-ce plutôt un prétexte ? Sérieusement, manquer de quelque chose ou faire face à certains problèmes est-il un handicap ou plutôt un défi qui pourrait inspirer des changements positifs ? Ceux qui sont obsédés par la justice devraient réfléchir à ces questions et y répondre en étant honnêtes avec eux-mêmes.

Cela pourrait vous intéresser ...
C’est ainsi que nos parents ont façonné notre personnalité
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
C’est ainsi que nos parents ont façonné notre personnalité

La façon dont nos parents ont façonné notre personnalité a beaucoup à voir avec leur comportement et leur façon de communiquer.



  • Arias, A. (2012). Teoría crítica y derechos humanos: hacia un concepto crítico de víctima. Nómadas: Critical Journal of Social and Juridical Sciences, (36), 31-60.
  • Javaloy, F. (1983). Psicología del fanatismo. Universitat de Barcelona.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.