L’intelligence émotionnelle, se mettre dans la peau de l’autre

· 30 juillet 2015

Traditionnellement, l’intelligence émotionnelle a été liée à des capacités cognitives comme la mémoire et la résolution de problèmes dans la vie quotidienne.

Cependant, elle a également été associée à des aspects tels que l’empathie, la motivation, l’humeur … Ainsi, de nombreuses études ont été réalisées, à partir du domaine de la psychologie, afin de mieux connaître cette intelligence.

Les études réalisées vont toutes dans le même sens: les êtres humains sont non seulement constitués de cette intelligence émotionnelle, mais ils sont également conditionnés par elle d’une manière très importante, et leur niveau de bien-être est lié à cette intelligence.

John D. Mayer et Peter Salovey sont les premiers à avoir directement fait des recherches sur cette intelligence et ses répercussions.

En 1920, Thorndike a utilisé le terme d’intelligence sociale pour décrire la capacité de comprendre et de motiver les autres persones.

Tout comme lui, en 1940, David Wechsleren a décrit l’influence des facteurs non-intellectuels sur le comportement intelligent. Par ailleurs, il a fait valoir que nos modèles de l’intelligence ne seraient pas complets jusqu’à ce que nous ne puissions pas décrire adéquatement ces nouvelles capacités.

Ses études ont montré que, souvent, la performance intellectuelle d’une personne n’est pas le facteur qui est associé plus étroitement à son succès ou son échec.

Au cours des années 80, Mayer et Salovey ont continué leurs recherches et ont montré que les modèles traditionnels étaient insuffisants parce qu’ils ne considéraient pas les multiples compétences et les capacités de l’intelligence humaine.

C’est ainsi qu’ils ont inventé pour la première fois, le terme d' »intelligence émotionnelle« .

Plusieurs années plus tard, en 1995, Daniel Goleman a popularisé le concept à travers ses écrits journalistiques.

Après avoir diffusé ce terme dans la presse, il a publié le fameux livre « Emotional Intelligence« , dans lequel il réalise un résumé des recherches et des approches existantes, en ampliant la définition avec de nouvelles fonctionnalités et des qualités qui ont donné lieu à de nouveaux modèles.

Mais qu’est-ce que réellement l’intelligence émotionnelle? À quoi sert-elle? Est-ce l’une de nos capacités les plus importantes?

L’une de ses définitions est: La capacité à comprendre les émotions et à les équilibrer, de sorte que nous pouvons l’utiliser pour guider notre conduite et nos processus de pensée, afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Cependant, l’intelligence émotionnelle est une capacité beaucoup plus profonde qui nous permet de nous connecter avec les autres d’une manière particulière.

Je pense que ce genre d’intelligence prime sur les autres parce que, sans elle, les autre n’agiraient pas avec la même légèreté.

On dit que sentir est un art de plus. Cependant, tout le monde peut sentir. Toute personne peut se brûler et sentir de la douleur, de même que tout le monde peut être sensible à tout changement de température.

Mais se mettre dans la peau de l’autre? C’est une autre histoire.

Nous pouvons nous mettre dans la peau des autres, précisément grâce à l’intelligence émotionnelle, car elle nous permet d’identifier nos émotions et celles des autres.

Grâce à elle, nous sommes en mesure de nous mettre à la place des autres et de partager leurs joies ou leurs tristesses. Grâce à cette capacité innée de l’être humain, nous sommes en mesure de nous connecter avec la partie la plus intime d’un autre être humain.

Si dans le monde, cette intelligence émotionnelle était beaucoup plus exercée, les choses seraient probablement différentes.