L’eudémonisme et l’hédonisme : deux façons d’expérimenter le bonheur

· 3 mars 2018

Qu’est-ce que le bonheur ? Tout le monde en parle, nous le connaissons tous et en faisons l’expérience, mais il s’agit d’une notion difficile à définir. De nombreux philosophes et penseurs de toutes sortes ont essayé d’étudier les mystères de cette émotion ; parmi eux, nous pouvons trouver Aristote, qui pensait que le but ultime de l’homme était le bonheur, ou Epicure, qui croyait qu’il s’agissait du fondement de la vie. Nous passerons en revue dans cet article ce que la psychologie nous dit au sujet du bonheur, et plus précisément de l’eudémonisme et l’hédonisme.

La psychologie, à travers la révision de la littérature philosophique et l’expérimentation scientifique, a constaté que le bonheur pouvait être vécu de différentes manières. Il est facile de penser que nous trouvons le bonheur lorsque nous faisons la fête avec des amis ou lorsque  nous passons de bonnes vacances, mais de nombreuses personnes trouvent également le bonheur dans les efforts qu’elles fournissent, du fait d’étudier telle carrière, dans l’apprentissage d’une langue, etc. Et c’est ici qu’interviennent les concepts d’eudémonisme et d’hédonisme.

Avant d’expliquer ces deux termes psychologiques, il est important de clarifier certains points. L’eudémonisme et l’hédonisme sont des termes provenant de la philosophie ; par exemple, nous les trouvons déjà chez Aristote et Épicure lorsqu’ils expliquent la notion de bonheur. Et bien que ces termes aient été appropriés par la psychologie en raison de son histoire, leur conception est largement différente. Ainsi, il est important de garder à l’esprit que la définition que nous allons utiliser ici émane davantage du versant psychologique que philosophique.

femme heureuse

Hédonisme, bonheur reposant sur le plaisir

L’hédonisme est ce bonheur le plus tangible, cette joie que nous éprouvons lorsque nous menons des activités gratifiantes. Il s’agit du sentiment de plaisir et de la motivation destinée à éviter le mal-être. Nous pouvons dire que ce type de bonheur repose sur les caractéristiques suivantes :

  • Recherche du plaisir : il s’agit de l’aspect central de l’hédonisme. Il s’agit de la recherche de la stimulation de nos sens et de nos émotions. Profiter avec des amis, faire un voyage, aller à un concert, etc.
  • Perception basée sur un équilibre affectif : la façon que nous avons d’interpréter l’hédonisme dans nos vies se réalise à travers un équilibre de nos émotions quotidiennes. Dès lors, si nous avons tendance à éprouver davantage d’émotions agréables que désagréables, nous ressentirons un plus grand niveau de bonheur hédonique.
  • Maintien de la satisfaction de la vie : il est nécessaire, afin de profiter de l’hédonisme, de sentir que notre environnement est agréable. S’il existe des problèmes dans notre famille, avec nos amis, dans notre travail, etc., ces derniers généreront une anxiété qui affectera notre bonheur hédonique.
  • Persécution des désirs et des besoins : l’hédonisme acquiert du plaisir à travers l’accomplissement de nos désirs et de nos besoins. Remplir les désirs et satisfaire les besoins nous apportera ces émotions agréables qui mèneront au bonheur hédonique.
  • Le bonheur à court terme : un aspect essentiel de l’hédonisme est sa concentration sur le présent ou l’avenir immédiat. Nous parlons de plaisir ou de bonheur spontané survenant après l’exécution de certains comportements. Au fur et à mesure que le stimulus s’éloigne, le bonheur hédonique se dissipe.
  • Haute intensité : le bonheur hédonique est une émotion très enrichissante et stimulante, laquelle est vécue avec beaucoup d’intensité et d’enthousiasme.
femme souriante

Eudémonisme, le bonheur reposant sur le développement personnel

De nombreux comportements n’apportent pas de bonheur immédiat, impliquent même des efforts, et nous font éprouver à certains moments  des émotions de valence négatives caractéristiques de ce type de motivation. Nous continuons malgré tout à les réaliser avec détermination, étant même satisfaits d’eux. Il en est ainsi parce que ces comportements nous apportent un développement personnel, lequel s’expérimente à travers le bonheur eudémonique. Des exemples de cet eudémonisme peuvent être l’obtention d’un diplôme, l’apprentissage d’une langue, l’expérience d’autres cultures, l’exploration de soi, etc.

Nous pouvons recourir aux caractéristiques suivantes pour définir eudémonisme :

  • Recherche de développement personnel : il s’agit de l’aspect central de ce type de bonheur. Eudémonisme est la motivation qui nous incite à nous développer en tant que personnes. Il s’agit de la satisfaction qui résulte du fait d’être fier de notre croissance cognitive, morale, émotionnelle, etc.
  • Atteinte des buts et des objectifs : le degré d’intensité du bonheur eudémonique dépendra du fait d’avoir ou non atteint nos buts et objectifs. Atteindre nos objectifs nous apportera ce bonheur qui nous pousse à poursuivre notre croissance.
  • L’effort et la motivation : ceux-ci vont être les moteurs de notre auto-réalisation. En effet, dans la mesure où nos buts et objectifs présenteront souvent des difficultés et des émotions désagréables, nous avons besoin de l’effort et de la motivation pour atteindre l’eudémonisme.
  • Le bonheur à long terme : il s’agit d’un bonheur qui est représenté par la satisfaction personnelle. Cette capacité de s’observer soi-même et d’être fier de notre croissance personnelle. Il s’agit davantage d’une perception agréable de soi-même que d’un état temporel spécifique (comme c’est le cas pour l’hédonisme).
réussite

Conclusions

Qu’est-ce qui est préférable, un bonheur hédonique ou un bonheur eudémonique ? La réponse est que les deux sont généralement une source de motivation dans nos vies. Ils sont ainsi responsables d’encourager, respectivement, les comportements agréables et le développement personnel. En effet, il semble essentiel de trouver un équilibre personnel entre les deux, de sorte que l’un ne finisse pas par s’ériger en obstacle pour l’autre.

Nous avons tendance aujourd’hui, en raison notamment du fait de vivre dans une société de consommation, à baser notre vie sur l’hédonisme. Nous dépensons souvent nos ressources pour des plaisirs à court terme et nous oublions notre développement personnel ou nous le recherchons indirectement à travers cette consommation. Une grande partie de la population déteste son travail et sa vie professionnelle, et la seule satisfaction que ces personnes puissent trouver est obtenue à travers les plaisirs hédoniques. Il est important de ne pas oublier ou ne pas  laisser de côté notre réalisation de soi, cette dernière constituant l’unique voie pour atteindre l’eudémonisme.