Le Counseling, le métier du développement personnel

16 mars 2015 dans Psychologie 1 Partagés

Le Counseling ou l’accompagnement psychologique est un métier en pleine expansion qui attire de plus en plus d’adeptes puisqu’il permet aux gens de résoudre eux-mêmes leurs problèmes du quotidien, sans conseils ni guides, en se focalisant uniquement sur le présent sans faire appel aux souvenirs ni remonter dans le passé, simplement en aidant la personne à raconter son histoire et à s’écouter davantage.

De cette manière, et avec leurs propres moyens, les personnes trouvent en elles les solutions pour résoudre les problèmes qui les tourmentent, elles apprennent à se découvrir et à se connaître davantage, elles parviennent ainsi à mieux s’accepter et à s’adapter à l’environnement qui les entoure.

Le secret de cette forme d’accompagnement réside dans les trois attitudes clés de tout bon accompagnant: empathie, acceptation positive inconditionnelle et congruence, qui font partie de la théorie développée par le psychologue humaniste américain Carl Rogers que l’on nomme « Approche centrée sur la personne« .
Cette approche doit son nom au principe même selon lequel chaque personne est la mieux placée pour se connaître et identifier ses attentes et ses besoins, même en période de crise.

Les mécanismes utilisés par un accompagnant psychologique

La méthode utilisée par un accompagnant psychologique consiste à se mettre à la place de la personne pour l’aider à découvrir ce qu’elle ressent (empathie) sans juger sa vision du monde ni ses valeurs (acceptation positive inconditionnelle), l’accompagnant reste sincère avec lui-même et avec la personne qu’il accompagne (congruence).

L’association de ces attitudes crée chez la personne accompagnée une faculté d’introspection qui lui permet de comprendre ce qu’il se passe et de trouver en elle les moyens nécessaires pour résoudre le problème qui la fait souffrir.

Dans le même temps, la personne se découvre peu à peu et apprend à s’accepter grâce à la méthode d’acceptation apportée par l’accompagnant. De cette manière la personne change et se défait peu à peu des schémas dont elle était prisonnière jusqu’à présent pour se libérer d’une emprise et devenir plus authentique.

Ce type de processus a également pour avantage d’intervenir à court terme et la personne sort de ce processus en ayant acquis les connaissances suffisantes pour affronter toutes les situations de la vie de manière plus responsable. Ainsi, la personne ne se positionne plus comme « la victime » de l’événement mais plutôt, comme nous le disions précédemment, en intégrant ses problèmes, afin de trouver elle-même la solution.

De même que la personne gère elle-même son processus d’accompagnement, la décision d’y mettre fin lui revient à elle et non au professionnel.

Pour autant, le parcours n’est pas un long fleuve tranquille, étant donné que tout processus de changement personnel suppose de traverser un moment douloureux. Avant que la personne ne puisse porter un nouveau regard sur elle-même, les premières étapes sont douloureuses quand elle réalise que les choses ne sont pas ce qu’elles étaient.

En effet, à mesure qu’elle ouvre les yeux et revoit son jugement, elle se rend compte que le changement est positif et la souffrance des débuts disparait pour laisser place à la joie.

Durant ce type de processus, la personne est comme une chenille qui sort de sa chrysalide pour devenir papillon et s’envoler. Le processus ne se déroule pas sans souffrance mais une fois sortie de son cocon elle retrouve ses ailes pour voler de fleurs en fleurs.

Quelle différence entre un accompagnant psychologique et un psychologue ou psychiatre ? 

Par la suite, le rôle de l’accompagnant est de guider la personne sur le chemin du changement et du développement personnel. Cet accompagnement se fera sans interventions directionnelles, c’est-à-dire, sans donner de directives à la personne mais en l’aidant simplement à identifier les zones intérieures qu’elle devra approfondir pour se découvrir peu à peu, et prendre les bonnes décisions par ses propres moyens.

Pour terminer, il convient de préciser que l’accompagnant psychologique ne peut aider que les personnes présentant un état de santé mentale normal, autrement dit, sans pathologies ni troubles, car ces cas sont réservés aux psychologues et psychiatres.

A découvrir aussi