La curieuse histoire du parlementaire britannique aux identités multiples

John Stonehouse est l'un des cas les plus étranges d'identité multiple. Devant un juge, il a souligné qu'il y a des crises dans la vie où il n'y a pas d'autre choix que de mourir dans une identité oppressante pour renaître dans une autre. Nous vous racontons son histoire.
La curieuse histoire du parlementaire britannique aux identités multiples

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 16 février, 2023

John Stonehouse était un parlementaire britannique qui joue le premier rôle dans l’une des histoires d’identité multiples les plus curieuses de toutes celles dont nous avons entendu parler. Il a simulé sa propre mort, puis a « ressuscité » deux fois, sous deux identités différentes. Lorsqu’il a été découvert (parce que oui : on l’a découvert), il a fait valoir que ses manigances avaient été un « suicide psychologique » découlant d’une « crise existentielle ».

Qui était John Stonehouse ? C’est un homme qui a découvert très tôt sa passion pour la politique et a rejoint le parti travailliste britannique depuis l’âge de 16 ans. Il est devenu député en 1957, lançant ainsi une brillante carrière qui le transformera un jour en Premier ministre.

Cependant, les choses ne se sont pas déroulées aussi bien que Stonehouse l’avait espéré. Bien qu’il ait excellé en tant que parlementaire, sa contribution était loin d’être brillante. De plus, plusieurs de ses initiatives ont tourné au scandale. Tout cela a précipité son projet d’adopter une identité multiple.

« L’identité d’une personne n’est pas le nom qu’elle porte, le lieu où elle est née, ni la date à laquelle elle est venue au monde. L’identité d’une personne consiste simplement à être, et l’être ne peut être nié. »

-José Saramago-

Ombre d'un homme debout
John Stonehouse a froidement calculé deux identités alternatives pour lui-même.

John Stonehouse, un parlementaire soupçonné

La première difficulté majeure à laquelle John Stonehouse a été confronté a été une accusation d’espionnage portée contre lui par un ancien officier des renseignements tchèques nommé Josef Frolik. Il a assuré que le parlementaire avait fourni des informations sur les plans du gouvernement britannique et des données sensibles sur la technologie militaire. En retour, il aurait reçu la somme de 5 000 £ au total du gouvernement tchèque.

L’accusation a pris de l’ampleur et le bruit a commencé à courir que l’homme politique avait agi sous le nom secret d’agent Kolon. Apparemment, il aurait vite commencé à assumer différentes identités. Stonehouse a toujours nié que cela était vrai. Même le Premier ministre de l’époque a publiquement nié ces accusations. Cependant, des documents déclassifiés des années plus tard semblent confirmer que c’était bien un espion.

Une fois ce puzzle résolu, Stonehouse est devenu entrepreneur. Il a créé une société appelée British Bangladesh Trust (BBT), avec laquelle il entendait faire des exportations et des importations entre le Royaume-Uni et le Bangladesh. Cependant, des accusations de fraude dans certaines transactions ont vite commencé à arriver ; ainsi, notre protagoniste s’est retrouvé endetté et frustré. Cela a augmenté sa motivation à gérer différentes identités.

Un voyage sans retour : les identités multiples du parlementaire

À l’âge de 49 ans, John Stonehouse a commencé à prendre l’identité d’hommes d’âge moyen récemment décédés. Pour ce faire, il a parlé à leurs veuves et recueilli des détails sur leur vie. Il s’est notamment retrouvé avec un gros volume d’informations sur deux défunts : Joseph Arthur Markham et Donald Mildoon. Grâce à ses influences, il est parvenu à falsifier leurs passeports et a obtenu de chacun de faux actes de naissance.

De même, il a ouvert un compte bancaire au nom de Markham. Le 19 novembre 1974, Stonhouse est parti pour Miami, aux États-Unis, en compagnie de son amante, Sheila Buckley, qui était aussi sa secrétaire. Avant de partir, il a acheté pour 125 000 £ d’assurance-vie. Arrivé à destination, il est d’abord entré avec son vrai nom ; il est ensuite sorti et est rentré, cette fois, sous le nom de Joseph Arthur Markham.

Un matin, il est allé à la plage, s’est déshabillé et a laissé ses vêtements soigneusement pliés. Ensuite, il a plongé dans la mer et a commencé à nager. On n’a plus entendu parler de lui et, des semaines plus tard, il a été présumé mort. Un de ses collègues parlementaires a affirmé qu’il avait été assassiné par les ennemis de la démocratie et il a même été suggéré que la mafia était impliquée. Ils ignoraient tous qu’ils étaient victimes d’un cas d’identités multiples.

Un dénouement inattendu

John Stonehouse a nagé jusqu’à un endroit où il avait caché des documents, ainsi que des vêtements. De là, il est allé à l’aéroport pour prendre un vol pour Houston. Il voulait aller à Mexico mais a raté l’avion. Il a donc décidé d’aller à Los Angeles et de là, de se rendre en Australie.

Arrivé en Australie, il a résolu de cesser d’être Joseph Arthur Markham pour devenir Donald Mildoon. Pour cette raison, il a retiré l’argent qu’il avait dans les comptes du premier pour les passer à ceux du second. Il n’a pas eu de chance : un employé de la banque, en contact avec les deux entités, a remarqué l’anomalie de la situation. La même personne utilisait plusieurs noms.

Le parlementaire a été découvert et, en 1975, renvoyé au Royaume-Uni pour y être jugé pour divers crimes. On dit que Stonehouse a assumé sa propre défense lors du procès et que sa plaidoirie n’a duré ni plus ni moins que six jours.

Il a fait valoir que son identité multiple était un cas de « suicide psychologique » causé par les pressions qu’il avait subies. Cependant, le juge ne l’a pas cru. L’homme a fini en prison et a été libéré trois ans plus tard. Il a épousé son amante et est finalement décédé en 1988, après plusieurs années de bonheur.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Canel, M. J., & Sanders, K. (2021). El poder de los medios en los escándalos políticos: la fuerza simbólica de la noticia icono.
  • Maurell, P. (2013). Orlov: El mayo bluf en la historia del espionaje soviético. Clío: Revista de historia, (146), 44-51.
  • Rodríguez, D. G., & Doval, A. I. (2009). Amigos imaginarios, psicosis e identidad múltiple. Psicoloxía clínica: anuario, (3), 1204-1210.

Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.