Je ne suis pas un homme facile : quand la réalité est inversée

· 15 avril 2019
Après un coup dur à la tête, Damien se réveille dans un monde exactement comme le sien, seulement, dans cette réalité, ce sont les femmes qui se comportent d'une manière masculine, machiste et patriarcale.

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un film qui vient de sortir. Le cinéma français, toujours engagé dans des causes sociales, nous présente ce film de la réalisatrice Eleonore Pourriat. Je ne suis pas un homme facile est une comédie romantique qui renverse les rôles de genre. En réalité, elle s’avère plutôt tragique. Un film plein de clichés et de stéréotypes facilement reconnaissables et normalisés qui s’avèrent extrêmement douloureux lorsque le genre opposé en souffre.

Le film, disponible sur Netflix, nous montre un monde où ce sont les femmes occupent des postes de direction, ainsi que celui de « cheffe de famille », et où les hommes souffrent de harcèlement de rue, de violence sexuelle et de discrimination de toutes sortes. Une réalité parallèle où tout ce qui est féminin est encore considéré dans une large mesure comme inférieur, mais cette fois-ci c’est ce qui caractérise les hommes. Un monde qui s’avère absolument ridicule, mais dont le miroir, notre réalité, nous semble pourtant tout à fait normal.

Je ne suis pas un homme facile : l’argument

Damien est le protagoniste de ce film. Un personnage extrêmement macho, avec des attitudes clairement patriarcales. Il considère les femmes comme des objets sexuels à son service et rien d’autre. Il s’est bâti une brillante carrière dans la publicité, utilisant souvent tous les clichés machistes imaginables. Damien se sent très bien dans sa propre peau en jouant le rôle macho que le système patriarcal lui a donné.

Après s’être cogné la tête, Damien se réveille dans un monde qu’il ne reconnaît pas. Il s’agit toujours de sa vie, mais tout est à l’envers. Il se réveille dans un monde exactement comme le sien, seulement dans cette réalité ce sont les femmes qui se comportent de manière masculine, machiste et patriarcale. Les hommes ont été relégués aux mêmes rôles que les femmes dans leur monde.

Une réalité parallèle : l’inversion des rôles

Je ne suis pas un homme facile part d’une approche très intelligente. Ce film ne nous montre pas un monde différent. Il ne nous montre pas un monde avec des valeurs féminines. Les valeurs prédominantes sont toujours masculines, mais dans ce cas, ce ne sont pas les hommes qui les imposent, ce sont les femmes.

L’éducation des enfants et la gestion de la famille, la sous-évaluation du travail, les plaisanteries faciles envers leur corps, le harcèlement sexuel, l’épilation, l’infidélité, la violence sexuelle, la solitudeTous les clichés patriarcaux sont absolument normalisés dans ce monde aussi, mais contre les hommes.

Damien, horrifié par le traitement discriminatoire qu’il subit, rejoint un groupe de « masculinistes ». Les « masculinistes » sont des hommes qui luttent pour leurs droits et contre l’oppression d’un système qui les considère comme inférieurs. Un système qui attribue des rôles à des hommes dont ils peuvent difficilement se sortir. C’est pour cette raison qu’il est aussi attaqué et vilipendé. Non seulement par les femmes, mais aussi par de nombreux hommes qui accusent les masculinistes d’homosexuels et qui ne croient pas qu’il y ait quoi que ce soit à changer dans cette réalité abusive contre les hommes.

je ne suis pas un homme facile : Vincent Elbaz

Y a-t-il un retour à la réalité originale ?

Quand Damien se réveille dans ce monde parallèle, il rencontre une femme qui est son reflet. Une femme dominante, couronnée de succès, manipulatrice, sexiste et arrogante, qui considère les hommes comme des objets dont il faut profiter. Ils commencent une histoire d’amour très étrange. Débute alors une sorte de rédemption pour Damien, à qui l’on a donné un rôle dépendant de la femme. Et même si la fin de Je ne suis pas un homme facile peut sembler prévisible, elle ne l’est pas. De fait, l’ensemble du film est un effort pour montrer l’erreur des rôles de genre et combien il est fondamental d’éduquer à l’équité.

Le film est un pari sur la destruction définitive des différences entre les sexes. Il montre qu’il s’agit de constructions arbitraires, sans aucune base biologique. Et qu’elles ont été créées et sont entretenues pour soumettre une partie de la population. Un film hautement recommandé, dont la fin invite à une réflexion personnelle sur le caractère ridicule et nuisible des attitudes machistes, des micromachismes et du système patriarcal. Je ne suis pas un homme facile est un chef-d’œuvre qui offre la possibilité de voir clairement la disparité de notre société. Il le fait en nous plongeant dans une dissonance cognitive complète.