Je ne sais pas comment je vais pouvoir reprendre ma vie en main après le confinement

20 mai, 2020
Retrouver notre vie après ces mois de confinement ne va pas être facile. Nous devrons sortir malgré la peur, nous adapter aux changements et développer une vision critique mais aussi créative pour traverser cette nouvelle réalité de la meilleure façon possible.
 

Peu de choses sont aussi incertaines que de penser à ce que sera la vie après le confinement. Notre esprit conçoit de multiples scénarios possibles et bien que certains nous plaisent plus que d’autres, pour la plupart, il y a quelque chose qui ne change pas : nous savons que rien ne sera plus comme avant et que nous sommes toujours obligés de vivre avec le coronavirus.

D’un point de vue évolutionniste, les psychologues et les anthropologues nous invitent à nous concentrer sur l’opportunité et le côté le plus favorable. L’humanité va toujours de l’avant et la pandémie met en route des efforts coordonnés de toute la communauté scientifique pour trouver un vaccin. Nous sommes une société coopérative qui a toujours survécu en créant des alliances entre nous.

La crise actuelle nous ouvre la porte pour créer des sociétés plus compatissantes. De plus, comme l’explique Juan Luis Arsuaga, l’un des plus grands experts de l’évolution humaine, cette crise nous a fait comprendre que nous n’avons pas la maîtrise de l’avenir. Il est temps de penser comme des adultes et de générer le changement en étant responsable et en maintenant l’optimisme.

Après tout, le pessimiste ne fait que se justifier et ne fait rien. Si nous envisageons demain avec optimisme, nous comprenons la responsabilité qui nous incombe de générer le changement. Mais d’ici là, nous avons une responsabilité immédiate : sortir peu à peu dans le monde au fur et à mesure que le confinement s’estompe.

 
La vie après le confinement

Reprendre ma vie après le confinement : comment faire ?

Pour comprendre ce que peut être la vie après le confinement, nous pouvons nous inspirer des modèles des pays qui en sont déjà à ce stade.

Nous savons que la Chine a repris ses activités professionnelles et scolaires avec des mesures de sécurité strictes, une distance sociale et des normes d’hygiène. L’Allemagne et la Suède, par exemple, constatent que les gens, malgré l’ouverture des magasins, des restaurants et des centres de loisirs, ont réduit à la fois leurs dépenses et l’accès à ces lieux publics.

Il y a de la peur et de la retenue en matière économique. Les dépenses sont plus faibles, le tourisme est minime et un autre facteur n’est pas moins important : le chômage. Le panorama est complexe et les habitudes de vie des populations qui se trouvent aux stades les plus avancés de la désescalade ont presque complètement changé.

Que faire alors ? Comment reprendre la vie après le confinement ? Ce sont là quelques clés auxquelles il faut réfléchir.

Le déconfinement n’est pas la fin de la pandémie, c’est un processus au sein de la pandémie

 

Il y a quelque chose que nous devons d’abord comprendre. Le déconfinement est un processus. Nous passerons par plusieurs étapes qui progresseront (ou non) à mesure que l’épidémie sera mieux contrôlée. Cela ne signifie pas que le risque d’infection a disparu ; au contraire, nous devrons apprendre à vivre avec le virus.

Être clair sur cet aspect nous invite à mettre les choses en perspective. Nous reviendrons lentement et progressivement à nos vies.

Cela nous oblige à appliquer trois dimensions psychologiques : la patience, l’adaptation au changement et la gestion du stress. Toute variation dans notre mode de vie nous cause de l’inquiétude, de l’anxiété et de la peur. Nous devrons gérer ces variables émotionnelles.

Votre façon de réagir face au manque de confiance en soi ne doit pas nécessairement être la même que celle des autres

Ces derniers jours, nous voyons les gens remplir les rues d’une certaine anxiété, d’une certaine joie et souvent d’un sentiment de normalité. D’autre part, il y a ceux qui ont encore peur de quitter leur maison. Cette variabilité est conforme à la norme.

Nous ne devrions pas nous inquiéter de ressentir plus d’anxiété lorsque nous avons l’impression de ne pas aller au même rythme et que la peur nous ralentit plus que nous ne le souhaiterions.

Cela ne pose aucun problème, nous avons chacun un rythme, une façon de gérer et d’affronter de nouvelles situations. Nous pouvons nous donner du temps, l’important est d’avancer petit à petit dans cet objectif en allant concevoir ce qui sera notre nouvelle vie.

 
Une femme regardant par la fenêtre durant le confinement

Nous sommes toujours en mode survie : il faut accepter la distance sociale

Lorsqu’il s’agit de reprendre notre vie après le confinement, il y a un facteur que nous sommes obligés d’accepter : la distance sociale sera la norme dans tous les scénarios. Cette stratégie nous permettra de contenir le risque d’infection.

Cela nous oblige à reformuler notre façon de travailler, d’être en relation les uns avec les autres, de profiter de nos loisirs… Ce sont des éléments qu’il faut assumer le plus tôt possible.

De la peur à la créativité : reformuler ce que nous voulons pour notre avenir proche

La peur est une émotion à multiples facettes qui mérite d’être comprise. Elle ne garantit pas seulement notre survie en nous obligeant à être prudents, à rester immobiles et à nous défendre. Cette immobilité nous met à son tour sur une nouvelle ligne de départ.

Chacun de nous est obligé de marcher avec cette émotion, de garder ses peurs dans son sac à dos (peur de l’infection, peur d’être sans travail, peur de ne pas savoir ce qui va se passer demain…). L’important est de continuer à agir malgré la peur en développant de nouveaux mécanismes d’action.

 

Si je crains une infection, je mettrai en place des mesures pour me protéger. Si je crains de perdre mon emploi, je vais concevoir de nouveaux changements, de nouvelles stratégies et de nouveaux parcours professionnels pour m’adapter et réagir. La survie va toujours de pair avec la créativité.

Développer l’esprit critique pour faire face à la vie après le confinement

La vie après le confinement va exiger que nous appliquions un bon esprit critique. Cette nouvelle étape nous oblige à reformuler beaucoup de choses qui nous définissaient auparavant et qu’il nous faudra peut-être changer. De même, nous ne pouvons pas ignorer la grande quantité d’infox à laquelle nous sommes confrontés.

Nous devons être prudents, intuitifs et critiques afin de ne pas tomber dans le piège des canulars, des mensonges ou de ces comportements qui, à long terme, peuvent être négatifs pour tout le monde. Ce n’est pas parce que nos voisins, parents ou amis enfreignent les règles de la distanciation sociale et de la sécurité sanitaire que nous allons le faire aussi.

Il est temps d’être responsable, courageux et intelligent. Chaque défi exige le meilleur de nous et nous le relèverons certainement avec succès. Réfléchissons, agissons.