Etre avec une personne vide, c’est comme être seul

14 novembre 2015 dans Psychologie 42 Partagés

On dit que le monde est plein de personnes vides, de corps aux âmes creuses qui ont besoin de se nourrir des sentiments des autres pour se sentir utiles, importants…Vivants, au bout du compte.


Il existe différents types de solitudes. Celle que l’on apprécie est celle qui nous permet d’entrer en contact avec nous-même, de nous écouter, et de prendre habilement soin de notre amour propre.

Or, il existe un type de solitude aussi destructrice que dangereuse, que l’on ressent en passant du temps avec certaines personnes importantes pour nous, mais qui sont vides.

Ces personnes comptent pour nous car on les a choisies librement, on a projeté en elles des émotions et des sentiments intenses jusqu’à ce que peu à peu, on se rende compte que certaines choses manquent, et que cela nous fait souffrir.

Il n’est pas facile de comprendre le processus au cours duquel on peut tomber amoureux, par exemple, d’une personne vide.

Cependant, parfois, au sein même de notre cercle social, certains de nos amis, voire même certains membres de notre famille proche présentent cette caractéristique.

Que doit-on faire face à ce manque d’émotions, d’empathie et de réciprocité pour nous-mêmes et notre intégrité ?

Voyons cela en détails.

La solitude émotionnelle chez les personnes vides

soledad-2

Alexandre Dumas avait pour habitude de dire que son père se plaignait souvent des personnes vides. Il les définissaient comme des cruches. « Plus elles sont vides, plus elles font du bruit ».

Avec cette phrase si symbolique, on pressent déjà que ces personnes se font généralement remarquer, qu’elles ne passent pas inaperçues, et qu’elles ne nous laissent pas non plus indifférent.

Or, pourquoi les définissons-nous ainsi? Qu’y a-t-il derrière ce type de comportements?

1. Un manque de réciprocité émotionnelle

On ne va pas débattre ici sur l’existence ou non de l’âme, qui est la première chose à laquelle on pense généralement quand on parle de personnes vides.

On comprend donc le vide comme la « non-existence » de toute une série de dimensions basiques.

– Les personnes vides sont incapables de se projeter pour comprendre, faire preuve d’empathie et saisir la perspective personnelle des gens qu’elles ont en face d’elles.

– Leur comportement se base sur un ensemble de règles inconscientes où la priorité de leurs besoins est essentielle.

– On les considère comme inconscientes car elles agissent toujours de façon automatique sans apprécier les résultats de leurs actes car pour elles, il n’y a pas de place pour l’erreur. 

L’erreur est une faiblesse qu’elles ne peuvent pas se permettre.

– Les personnes vides ne savent pas écouter, ni s’ouvrir aux autres. Si un jour elles viennent à le faire, c’est qu’elles y trouvent un intérêt personnel.

2. Un besoin de soumettre et de « rendre dépendant » quelqu’un de plus émotif qu’elles


Généralement, les personnes vides se caractérisent par quelque chose de très basique : l’absence de bonheur en elles.


Dans leur monde, elles ne cherchent qu’à tirer les ficelles et à manipuler les émotions des autres pour qu’ils remplissent leurs vides insondables et qu’ils comblent leurs manques.

Cependant, elles ne seront jamais animées par la générosité, l’altruisme ou la joie de vivre.

Généralement, elles oscillent dans les extrêmes. Elles passent de tout à rien, d’un besoin d’amour excessif à l’indifférence la plus absolue une fois qu’elles ont eu leur dose, s’emmitouflant alors dans le manteau de la solitude émotionnelle.


Les personnes vides sont des personnes incomplètes qui entretiennent des relations immatures avec les autres. Ne soyez pas l’eau qui remplit leurs vides, l’étincelle qui ravive leurs bonheurs passagers, ou la lumière qui éclaire leur solitude ; au bout de compte, vous finirez par en souffrir.


soledad

Comment affronter la vie avec les personnes vides ?

Il est possible que la première chose à laquelle vous pensiez soit de prendre vos distances et de vous éloigner. Or, nous parlons ici d’émotions, de relations que l’on établit avec des personnes qui compte pour nous.

Après avoir investi le temps nécessaire et mis en place les stratégies adéquates, nous décideront s’il faut mettre un terme à cette relation ou non.


Souvent, on a pour habitude de dire que l’on est tous un peu cassés. Certains affinent leurs angles, et d’autres liment leurs vides.


Le quotidien, notre propre équilibre émotionnel et notre intégrité sont les principaux signaux d’alerte que nous devons protéger en toutes circonstances.

Voyons maintenant quels recours mettre en pratique :

Face à la famille : si dans votre cercle le plus proche vous avez un père, une mère ou des frères et soeurs qui agissent de façon froide et vide, réduisez leur importance dans votre quotidien, dans la mesure du possible. Faites en sorte qu’ils n’aient plus aucune autorité dans votre vie.

Ne commettez pas l’erreur d’agir comme eux. Montrez-vous toujours intègre, confrontez mots et situations permettant de leur montrer qui vous êtes, et ce qui vous définit.

Face à votre compagnon/compagne : si vous êtes déjà conscient du fait que votre compagnon/compagne est une personne vide, dîtes-lui ce que vous ressentez, et faîtes-lui part de ce que vous êtes capable d’accepter ou non.

Vous n’êtes pas un être vide, vous avez des émotions qui doivent être correspondantes, des besoins affectifs, et de la réciprocité.

Si rien de cela n’est satisfait, aucun changement n’est possible. Réfléchissez ensuite à la prochaine étape.

Il n’y a pas pire solitude que celle de ceux qui ne nous donnent qu’une affection sans forme. Un monde de vides.

A découvrir aussi