Deuil et coronavirus : la douleur des adieux en attente

20 mai, 2020
Dans cet article, nous voulons parler de la manière de gérer une perte à l'heure actuelle, en tenant compte du fait que nous ne disposons pas des ressources que nous avons habituellement.

Il y a des moments où nous atteignons la limite. Nous ressentons un profond fardeau, chargé de colère, d’impuissance, de frustration et de beaucoup de douleur. Pour certains d’entre nous, les crises y conduisent. Heureusement, ce sont des états que nous pouvons surmonter. Aujourd’hui, nous vous parlons de la relation entre le deuil et le coronavirus.

Affronter les changements que la crise mondiale due au virus a entraînés n’est pas un défi facile. En effet, la plupart d’entre nous doivent vivre différents types de deuil.

Pour parcourir ce chemin, nous nous plongerons dans les théories psychologiques sur le deuil et dans les recherches actuelles liées au coronavirus. Nombre d’entre elles sont si récentes qu’elles ont été directement mises en œuvre pour faire face à la situation.

A titre préliminaire, examinons la définition du deuil. Dans son livre Pérdida, pena, duelo. Vivencias, investigación y asistencia (Perte, peine, deuil. Expériences, recherche et assistance), Jorge L. Tizón (2013), suggère que le deuil est “un ensemble de phénomènes qui se mettent en mouvement après la perte : des phénomènes qui ne sont pas seulement psychologiques, mais aussi psychosociaux, sociaux, physiques, anthropologiques et même économiques“.

Cependant, le coronavirus a entraîné un certain nombre de changements dans divers pays du monde. Ces changements ont entraîné des pertes – et, par conséquent, des deuils – à différents niveaux.

“Lorsque nous ne sommes plus capables de changer une situation, nous nous trouvons face au défi de nous changer nous-mêmes.”

-Viktor Frankl-

Une femme triste en plein deuil

Manifestations, types de deuil et coronavirus

Lorsqu’une perte survient, la personne qui la subit est communément appelée “endeuillée”. Il est fréquent qu’elle expérimente les sensations suivantes :

  • Physiologiques : par exemple, estomac vide, oppression dans la poitrine et la gorge, hypersensibilité au bruit, sensation de dépersonnalisation, essoufflement, maux de tête, sécheresse de la bouche, palpitations
  • Comportementales : comme les troubles du sommeil, l’isolement social, les pleurs et les soupirs, la distraction, etc.
  • Affectives : rage, culpabilité, anxiété, attachement, absence de sentiments
  • Cognitives : problèmes de mémoire, d’attention et de concentration, pensées répétitives et sens de la présence, entre autres

Ce sont là quelques-unes des manifestations qui se produisent habituellement, donnant lieu à un cadre unique chez chaque personne. Maintenant, quels types de deuils ont eu lieu après la crise du coronavirus ? D’une part, on peut dire que selon la perte, le deuil peut être différent :

  • Anticipé : il s’agit d’un processus de deuil prolongé, qui se produit avant qu’une perte ne survienne. Il survient généralement lorsqu’on diagnostique une maladie qui n’a pas de remède
  • Chronique : aussi appelé pathologique ou compliqué. Il s’agit d’un deuil non résolu qui survient lorsque la personne endeuillée ne peut s’empêcher de revivre les processus liés à l’expérience de la perte
  • Déformé : lorsqu’il y a une réaction disproportionnée à la situation
  • Absent : lorsque la personne nie que la perte a eu lieu. Il est également considéré comme l’une des étapes du deuil
  • Non autorisé : lorsque l’entourage de la personne endeuillée n’accepte pas le deuil et encourage l’endiguement de toute manifestation qui pourrait en être le reflet
  • Inhibée : lorsque les sentiments ne sont pas exprimés et que la douleur de la perte est évitée

Il existe également d’autres types de deuil en fonction de la perte. Par exemple, le deuil relationnel, qui a trait aux pertes des personnes en termes de décès, de séparations, etc., ou le deuil matériel, qui est lié aux objets et aux biens.

En outre, selon d’autres classifications, on peut dire que le deuil se produit en fonction de facteurs familiaux et sociaux tels que : perte d’autonomie ou de fonctionnalité, isolement social, manque de ressources économiques et absence de soutien adéquat.

En ce qui concerne le coronavirus et le deuil, par exemple, Cara L. Wallace et ses collègues ont publié dans le Journal of Pain and Symptom Management une analyse dans laquelle ils suggèrent que les politiques de distanciation sociale, les restrictions imposées aux visiteurs des centres de santé et l’impact de la propagation du virus compliquent le deuil.

Pensons que la dynamique qui accompagne le deuil à laquelle nous étions habitués a changé. Les rituels en sont un exemple : dans de nombreux cas, ils ne peuvent pas être effectués à plusieurs ou immédiatement après le sinistre.

Un homme pleurant sur son lit car en deuil

Comment faire face à la situation ?

Lorsque nous sommes en deuil, nous passons par différentes étapes, le deuil lié au coronavirus ne fait pas exception.

Selon Elisabeth Kübler Ross, spécialiste du deuil, ces étapes sont les suivantes : le déni, dans lequel on reporte la douleur ; la colère, dans laquelle le ressentiment surgit face à la frustration ; la négociation, dans laquelle on donne des formes et des tentatives de contrôle ; la dépression, caractérisée par un sentiment profond de vide, et l’acceptation, dans laquelle se produisent la résignation et la compréhension.

Pour atteindre cette dernière étape, il est nécessaire de parvenir à :

  • Exprimer nos émotions : pour libérer les tensions et se connecter avec notre monde émotionnel
  • Lâcher prise : cette situation qui nous submerge tant, même si elle est douloureuse, il est important de lâcher prise afin de se laisser aller. Cela ne signifie pas que nous devons oublier nos proches ou ce qu’a été notre vie passée
  • Demander de l’aide : face à la crise actuelle, de nombreux canaux d’aide ont vu le jour par téléphone et par le biais d’appels vidéo. N’oubliez pas non plus qu’il existe des professionnels experts en matière de deuil, par exemple des psychologues, et que beaucoup d’entre eux sont également des professionnels de la téléthérapie
  • Utiliser les ressources dont nous disposons : avec ce que nous avons, que pouvons-nous faire ? N’oublions aucun de ces domaines
  • S’autosoigner : n’oublions pas notre santé sociale, rappelons-nous que la distance physique ne signifie pas l’isolement social. N’oublions pas non plus notre santé physique, prêtons attention à notre alimentation, à l’exercice physique et au sommeil. Embrassons le psychologique, en prenant le temps de faire quelque chose qui nous plaît, en réfléchissant et en relâchant les tensions

Certaines recherches, comme celle de Cyrus SH Ho, Cornelia Yi Chee et Roger CM Ho, préconisent la psychoéducation et l’intervention psychologique en ligne. D’autre part, la pleine conscience, les techniques de relaxation, la gestion du stress et la méditation nous permettent de gagner en sérénité.

En résumé, le deuil après des pertes dues au coronavirus est un processus très particulier en raison des circonstances dans lesquelles il se produit. En ce sens, le deuil est plus susceptible d’être compliqué parce que certaines de nos ressources les plus puissantes sont détournées par la situation elle-même.

On parle, par exemple, de contact peau à peau ou de contact face à face. C’est pourquoi il est si important que nous utilisions les ressources dont nous disposons, en particulier celles que nous avons acquises au fil des ans grâce à la technologie.

Ho, C.S., Chee, C.Y., & Ho, R.C. (2020). Mental health strategies to combat the psychological impact of COVID-19 beyond paranoia and panic. Ann Med Singapore, 49 (1), 1-3.

Tizón, J.L. (2004). Pérdida, pena, duelo. Vivencias, investigación, y asistencia (Vol 12). Madrid: Planeta.

Wallace, C.L., Wladkowski, S.P., Gibson, A., & White, P. (2020). Grief During the COVID-19 Pandemic: Considerations for Paliative Care Providers. Journal of Pain and Symptom Management.