Ce qui se cache derrière un enfant découragé

Derrière un enfant découragé qui refuse de réaliser ses tâches, il n'y a pas toujours un mauvais comportement. Parfois, il y a une réalité émotionnelle négligée. Cette réalité peut être l'anxiété, le bullying ou un besoin éducatif non détecté.
Ce qui se cache derrière un enfant découragé

Dernière mise à jour : 03 avril, 2021

L’enfant découragé qui ne fait pas ses devoirs, qui répond avec apathie ou désintéressement à nos demandes, n’est pas toujours bien compris. Il est facile de lui reprocher son comportement, mais il faut garder à l’esprit que, derrière le découragement, il peut y avoir une réalité négligée. Des émotions négatives et des problèmes sous-jacents que nous devons détecter.

Regardons les choses en face. D’une manière ou d’une autre, de nombreux enfants et adolescents découragés finissent également par devenir des adultes découragés.

Si nous nous habituons tôt à vivre cette frustration constante et que notre environnement se limite également à nous répondre par des critiques et des menaces, nous finissons par rendre chronique ce sentiment d’échec. L’estime de soi s’altère alors rapidement et presque irrémédiablement.

Le découragement n’est qu’un masque, une attitude envers le monde qui cache autre chose. C’est le relief d’une anatomie interne qu’il faut entrevoir au plus vite.

Il n’y a en effet rien de plus dangereux et dévastateur que le découragement. Que ce manque de motivation capable de reléguer l’enfant dans le recoin du désintérêt, de la colère constante et de ce comportement qui fait presque toujours l’objet de sanction et non de compréhension.

“Si je me souviens bien, l’enfance consistait à vouloir ce qu’on ne pouvait obtenir.”

-Audur Ava Ólafsdóttir-

L'enfant découragé.

L’enfant découragé : qu’est-ce qui explique cette attitude ?

S’il y a quelque chose que nous aimons tous, c’est de voir un enfant curieux, qui socialise avec son entourage, qui pose des questions, qui joue, qui n’arrête pas de bouger et d’expérimenter. L’enfance est mouvement et énergie. Cette étape est marquée par le désir de comprendre et de se positionner dans une réalité où l’on ressent à tout moment acceptation et affection.

C’est sans doute pour cette raison que nous sommes tellement surpris de voir un enfant découragé. Un enfant qui, allongé sur son bureau ou sur le lit de sa chambre, opte non seulement pour l’immobilité, mais pour ce refus provocant d’accomplir une tâche.

Face à ces situations récurrentes, il faut comprendre un premier aspect. Comme l’explique un article publié dans le Journal of Educational Psychology, par Adele Gottfried, la motivation provient de l’émotion.

Si un enfant, un adolescent ou un adulte montre du découragement, il est fort probable qu’il y ait toute une réalité émotionnelle sous-jacente complexe derrière cette situation. Par conséquent, si nous nous limitons à punir cet enfant pour son attitude, nous ne ferons que nourrir davantage son mal-être.

Une fillette découragée.

Que pourrait-il y avoir derrière le découragement des enfants ?

Il peut y avoir des réalités infinies derrière le découragement infantile. Nous devons prendre conscience que les enfants n’ont pas toujours les ressources pour expliquer exactement ce qui leur arrive. Il faut donc être proche d’eux et faciliter une ouverture adéquate. Voyons néanmoins ce qu’il peut y avoir derrière un enfant découragé.

  • Des problèmes d’apprentissage et de la frustration. Nous ne pouvons pas oublier que les salles de classe comprennent parfois un grand nombre d’enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux non détectés. Ainsi, des problèmes tels que l’inattention, le fait d’être surdoué ou la dyslexie conduisent souvent au découragement chez les enfants.
  • Nous ne pouvons pas non plus exclure le bullying. Certaines familles n’ont pas conscience de la vie quotidienne traumatisante de nombreux enfants scolarisés. N’écartons donc pas cette possibilité.
  • La frustration constante est un autre phénomène courant. Certains enfants et adolescents passent de “je ne peux pas le faire” à “je ne veux pas le faire” en un rien de temps. Leur apprendre tôt à tolérer et à gérer la frustration, l’anxiété et le sentiment d’échec leur permettra de mûrir à cet égard.
  • De nombreux enfants se sentent stressés. Et pas seulement cela. Ils réclament l’attention des parents. Leur offrir du temps pour jouer, partager des moments en famille où ils se sentent pris en charge, écoutés et validés leur injectera une dose adéquate d’émotions positives idéales pour retrouver la motivation.

Comment traiter le découragement des enfants et des jeunes ?

L’enfant découragé n’a donc pas besoin de reproches ou de sanctions pour son comportement. Il a besoin de notre attention. Essayons, un instant, de nous mettre à sa place et de nous souvenir de ce que l’on ressent quand le découragement et l’apathie nous embrassent. Ce n’est pas une sensation agréable.

S’il est vrai qu’en tant qu’adultes, l’expérience nous rappelle ce que nous pouvons faire dans ces situations, les enfants n’ont ni les ressources ni notre expérience pour savoir comment réagir. Par conséquent, il est nécessaire que nous prenions en compte les stratégies suivantes :

  • Être empathique. La proximité sans jugement est le meilleur mécanisme pour que l’enfant puisse nous parler de ses émotions, de ce qu’il ressent et de ce qui lui arrive.
  • Établir un dialogue positif. Utiliser une communication émotionnellement positive facilitera également une connexion avec l’enfant. Nous devons également essayer de les encourager. Il faut leur rappeler leur potentiel et leurs possibilités.
    • L’idée est de créer un havre de paix émotionnel pour que l’enfant se sente à l’aise pour communiquer. Il pourra ainsi entrevoir de nouvelles perspectives sur ses problèmes.
  • Ré-initier. Il est parfois nécessaire de repartir de zéro pour retrouver une motivation perdue. Quelque chose d’aussi simple que de changer de routine et d’offrir de nouveaux stimuli, défis et propositions, peut amener l’enfant à mettre de côté la frustration ou la négativité lorsqu’il trouve de nouveaux intérêts.
    • Trouver quelque chose qui leur plaît (un sport, de la musique, n’importe quel passe-temps …) peut agir comme un déclencheur. Cela peut également servir de nouvelle stratégie pour se connecter avec les enfants à travers une activité.
Un enfant découragé.

N’ignorons pas ce regard terne, ce comportement inapproprié, ce mot mal placé ou ce « je ne peux pas ». La motivation donne une impulsion à la vie. Ne laissons donc pas les enfants perdre un iota de la force que ce moteur génère dans leur vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Manque de patience avec les enfants : pourquoi ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Manque de patience avec les enfants : pourquoi ?

Le manque de patience envers les enfants peut se manifester à tout moment, notamment en cette période difficile de pandémie.