Beaucoup rêver la nuit peut-il nuire à notre santé ?

Rêver peut être une expérience amusante ou angoissante, mais c'est une expérience naturelle dont l'organisme a besoin. Découvrez ici si le fait de beaucoup rêver a ou non un impact négatif sur la santé.
Beaucoup rêver la nuit peut-il nuire à notre santé ?

Dernière mise à jour : 07 juillet, 2021

Compte tenu des différences entre les expériences nocturnes de chaque personne, il convient de se demander si rêver beaucoup peut avoir un impact sur notre santé. Certains considèrent que dormir est une perte de temps car ils se déconnectent complètement de ce qui se passe jusqu’à ce que le réveil sonne le lendemain matin. D’autres, en revanche, considèrent chaque nuit comme une aventure, l’aube apportant le souvenir d’histoires fascinantes.

Il est possible que ceux qui se posent le plus cette question soient ceux qui font fréquemment de cauchemars. Se réveiller avec un grand sentiment d’angoisse n’est pas du tout réconfortant.

Cependant, même ceux qui ont des rêves au contenu neutre ou positif ont souvent l’impression qu’ils ne se reposent pas correctement, car ils ont passé la nuit immergés dans ces mondes oniriques. Mais qu’y a-t-il de vrai dans tout cela ?

Pourquoi certaines rêvent beaucoup plus que d’autres ?

Nous faisons généralement une distinction entre ceux qui rêvent beaucoup et ceux qui ont rarement ces expériences. Cependant, sauf pathologie grave, tout le monde rêve toutes les nuits. Et non pas une seul fois, mais plusieurs. En réalité, la différence réside dans la capacité de chaque individu à se souvenir de ces rêves.

En effet, il y a des personnes capables de raconter chaque jour le contenu de leurs rêves nocturnes, et d’autres qui ne se souviennent presque jamais de ce dont elles ont rêvé. Si vous vous demandez pourquoi de telles différences, sachez qu’il existe plusieurs raisons.

Une femme endormie.

Le moment du réveil après avoir beaucoup rêvé

Il s’agit d’un élément crucial lorsqu’il s’agit de pouvoir se souvenir des rêves. Rappelons que, chez l’homme, chaque cycle complet de sommeil dure environ 100 minutes et passe par différentes phases (somnolence, sommeil léger, transition, sommeil profond et sommeil REM).

Ainsi, chaque nuit, nous effectuons environ cinq cycles de sommeil complets pendant nos heures de repos. C’est principalement pendant la phase REM ou de sommeil paradoxal que se déroulent les rêves les plus vivants et les plus complexes.

Il nous est beaucoup plus facile de nous souvenir de ce dont nous avons rêvé si nous nous réveillons pendant cette phase. Plus nous nous éloignons de ce moment, plus il devient difficile de s’en souvenir.

Le contenu du rêve

Nous nous rappelons davantage des cauchemars et des rêves vifs et intenses. Généralement, ils s’effacent facilement de notre esprit lorsque nous avons des rêves « non pertinents » ou avec peu de charge émotionnelle. De sorte que, lorsque nous nous réveillons, nous ne nous souvenons pas d’eux.

En revanche, s’ils sont extravagants, dérangeants ou angoissants, ce sentiment perdure au réveil. Il est alors plus facile pour le contenu du rêve de rester présent et accessible à la mémoire.

Le lien entre rêver beaucoup et la personnalité

Il semble également y avoir des différences de personnalité entre ceux qui se souviennent fréquemment de leurs rêves et ceux qui ne s’en souviennent pas. Les premiers tendent à être des individus plus créatifs, mais aussi plus réfléchis et enclins à l’introspection. Ce sont en quelque sorte des personnes plus en contact avec elles-mêmes et avec leur inconscient.

Les caractéristiques neurobiologiques

L’une des découvertes les plus intéressantes révèle qu’il existe des différences biologiques entre les personnes qui se souviennent de leurs rêves et celles qui ne s’en souviennent pas. Certaines études ont montré que ceux qui ont tendance à se souvenir présentent une activité spontanée accrue au niveau de la jonction temporo-pariétale du cerveau.

Cela implique qu’ils produisent un plus grand nombre de rêves. Ils sont en outre plus susceptibles de s’en souvenir au réveil.

Un homme endormi.

Beaucoup rêver la nuit est-il préjudiciable pour notre santé ?

Pour répondre à la question initiale, nous devons nous rappeler que rêver est une fonction naturelle et nécessaire de l’organisme. D’importants processus d’organisation de l’information et de consolidation de la mémoire se produisent pendant le sommeil. Par conséquent, rêver est très bénéfique.

Si vous faites partie de ceux qui se souviennent habituellement de leurs rêves, il est probable que vous passiez une bonne partie de temps en phase REM et que votre sommeil soit profond et réparateur. Cependant, avoir le sentiment de beaucoup rêver peut aussi indiquer que :

  • Vous vous réveillez fréquemment tout au long de la nuit, ce qui vous permet de vous souvenir plus facilement de vos rêves mais peut sérieusement affecter votre repos.
  • Vous faites régulièrement de cauchemars, ce qui peut être le signe d’un état de stress voire d’un trouble anxieux.

Pour conclure, beaucoup rêver (ou se souvenir souvent de ses rêves) n’est pas négatif à moins que cela n’affecte votre qualité de vie. Si vous sentez que vous ne vous reposez pas bien ou que le contenu de vos rêves affecte votre humeur pendant la journée, il est important que vous consultiez un professionnel de santé.

Parvenir à écarter les perturbations majeures et établir une bonne hygiène de sommeil peut en effet être nécessaire et bénéfique. Gardez cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
La signification des rêves à travers l’histoire
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La signification des rêves à travers l’histoire

Au cours de l'histoire, la signification des rêves a connu des grandes variantes. Les théories se sont ainsi succédées. Nous en parlons ici.



  • Eichenlaub, J. B., Nicolas, A., Daltrozzo, J., Redouté, J., Costes, N., & Ruby, P. (2014). Resting brain activity varies with dream recall frequency between subjects. Neuropsychopharmacology39(7), 1594-1602.
  • Watson, D. (2003). To dream, perchance to remember: Individual differences in dream recall. Personality and individual differences34(7), 1271-1286.