Trouble psychotique partagé : symptômes, causes et traitement

Les troubles psychotiques sont-ils contagieux ? Dans cet article, nous aborderons cette question, reflétant des faits qui vous surprendront probablement.
Trouble psychotique partagé : symptômes, causes et traitement

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2021

La schizophrénie, les troubles schizo-affectifs et les délires sont des troubles psychotiques bien étudiés. Mais est-il possible que ces conditions se manifestent chez d’autres personnes proches des patients ? D’après ce qui a été étudié sur le trouble psychotique partagé, cela peut arriver.

Autrement dit, on pourrait dire que la psychose peut « se propager » d’un sujet à un autre, la question serait : pourquoi ? Après tout, il n’est pas causé par un virus ou une bactérie qui se transmet par contact. Dans cet article, nous aborderons les caractéristiques de cette maladie et ce qui a été découvert à ce jour.

Qu’est-ce qu’un trouble psychotique partagé?

Le terme « psychose » désigne un groupe de pathologies psychologiques dont la caractéristique principale est la perception altérée de la réalité. Les sujets atteints d’une certaine forme de psychose peuvent avoir des hallucinations visuelles, auditives et même tactiles . Les idées délirantes, la pensée et la parole désorganisées, le comportement moteur erratique et les émotions négatives sont également courants.

Quelques exemples de psychose sont la schizophrénie, le trouble délirant, le trouble schizo-affectif, le trouble psychotique bref, etc. Tous sont classés dans les manuels de diagnostic et ont des critères cliniques pour les détecter chez les individus.

Maintenant, avec le trouble psychotique partagé, une situation différente se présente. Dans ce cas, on parle d’un état dans lequel un symptôme psychotique est transmis d’un patient à un autre. Il se produit généralement avec des idées délirantes, mais il peut également survenir avec des hallucinations ou des troubles de la pensée.

Auparavant, la psychose partagée était une catégorie diagnostique du DSM-IV. Cependant, dans le DSM-V, cette classification a été éliminée et elle est devenue un sous-type de trouble délirant. Par conséquent, il est toujours essentiel de connaître vos signes et symptômes.

L’évidence prouve que ce type de désordre psychotique commence habituellement graduellement. Un sujet développe une psychose et au fil du temps, elle se consolide. Ensuite, la personne atteinte transmet un ou plusieurs de ses symptômes à quelqu’un qui fait partie de son environnement.

Couple assis dans le salon

Causes

Ce tableau clinique est considéré comme une maladie sous-diagnostiquée en raison de plusieurs difficultés. Par exemple, il est difficile d’identifier un délire lorsque plus d’une personne le partage. De plus, les patients sont souvent isolés et sollicitent rarement des services de santé mentale de leur propre initiative.

Giménez et Moreno (2016) ont présenté une étude de cas de deux sœurs ayant un trouble psychotique partagé. Dans leur travail, ils mentionnent qu’il s’agit d’une affection fréquente chez les personnes qui ont un lien affectif étroit, comme les membres de la famille ou les partenaires. Ils indiquent également un possible facteur génétique.

Ils parlent aussi de la dynamique relationnelle entre les deux individus qui partagent la psychose. Souvent, on voit que l’on a le rôle dominant et que c’est celui qui présente le trouble primaire (schizophrénie, délires, etc.). Pendant ce temps, celui qui est « contagieux » joue généralement un rôle passif et est susceptible.

Pour leur part, Varela et al. (2019) ont publié un autre rapport de cas, cette fois d’une mère et de son fils. De même, ces auteurs pointent du doigt la relation dominance-soumission, le lien affectif, et d’éventuels facteurs génétiques.

D’autres facteurs de risque qui pourraient contribuer à cette condition sont l’isolement social, l’intelligence limitée et la toxicomanie. Dans ce même sens, des épisodes de stress et d’anxiété aiguë pourraient également influencer comme avec d’autres troubles psychotiques.

Traitement du trouble psychotique partagé

En ce qui concerne le traitement du trouble psychotique partagé, la première chose qui est faite est de séparer les personnes pour les évaluer. Comme indiqué précédemment, il est normal que l’un des deux souffre d’un trouble psychotique primaire. De son côté, l’autre peut manifester des troubles psychologiques légers ou rien du tout.

Une fois séparés, la chose commune est que celui qui a le rôle passif dans le lien commence à remettre en question ses propres symptômes. Sans l’influence de l’autre partie, les manifestations s’estompent ou finissent par disparaître. Cela renforce l’idée que la suggestion joue un rôle clé dans la peinture. En même temps, cela expliquerait pourquoi il est si fréquent dans les familles.

Dans le cas du patient atteint de la maladie primaire, elle est diagnostiquée puis un traitement spécifique est appliqué. Par exemple, s’il s’agit de schizophrénie, des antipsychotiques sont prescrits pour réduire les hallucinations, les délires et autres symptômes. Compte tenu de toutes ces données, il est facile de voir que cette altération n’est pas un trouble en soi. Lors de l’évaluation, la présence d’une autre condition clinique sera toujours observée. Ainsi, il est logique qu’il soit classé en sous-type.

Dans le même ordre d’idées, il est recommandé à toutes les parties de bénéficier d’une prise en charge psychothérapeutique. D’une part, cela est utile pour améliorer la sensibilisation à la maladie et les ressources pour l’autorégulation des symptômes. À son tour, cela réduit le degré d’influence que les patients ont les uns sur les autres.

Homme accablé

Plus d’études sont nécessaires

Le trouble psychotique partagé est une maladie mal comprise qui nécessite plus d’attention. Bien que plusieurs variables soient identifiées qui peuvent jouer un rôle essentiel dans son développement, les preuves ne sont pas concluantes. D’autres études sont nécessaires pour expliquer ses causes et sa pertinence clinique à la fois pour la prévention et l’intervention.

Il s’agit d’une condition difficile à diagnostiquer, puisqu’elle implique plus d’une personne. Un délire peut passer inaperçu lorsque plus d’une personne lui donne une entité. Pour cette raison, le contexte social et culturel des patients doit être étudié pour analyser leur jugement sur la réalité.

La psychose partagée amène à la table une discussion importante sur ce qui est considéré comme « normal ». Si un groupe de sujets développe un système de croyance différent et le partage, il n’est pas possible de parler d’illusion. C’est une chose à laquelle il faut faire attention lors du diagnostic d’un trouble psychotique partagé. Dans le cas contraire, on pourrait tomber dans la discrimination, classant comme « anormaux » des comportements liés à la culture.

Cela pourrait vous intéresser ...
Retrouver la joie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Retrouver la joie

Lorsque tout semble vaciller dans votre vie, ne vous laissez pas emporter par le désespoir. N'oubliez pas que vous avez le pouvoir de retrouver la ...



  • Gálvez Flórez, J. F. (2003). Trastorno Psicótico Compartido en una pareja de pacientes geriátricos. Revista Colombiana de Psiquiatría, 32(2), 169-174.
  • Giménez, M. H., & Moreno, C. L. (2016). Delirio compartido o folie a deux. Norte de Salud mental, 14(54), 1.
  • Varela, E., Goti, J., Campillo, M. T., Galcerán, C., & Baeza, I. (2019). Folie à deux en un niño prepúber y su madre. Revista de Psiquiatría Infanto-Juvenil, 36(3), 36-39.