Qu’est-ce qu’un coup de fouet cervical et comment y faire face ?

· 3 octobre 2018

Vous êtes tranquillement au volant de votre voiture lorsque vous devez freiner brusquement. Votre tête part rapidement en avant et vous remarquez, tôt ou tard, une douleur intense dans le cou qui ne disparaît pas. Voici la situation la plus courante générant le coup de fouet cervical. On appelle également cette pathologie traumatique « lésion cervicale par accélération sans contact ».

Cette affection est assez douloureuse. Elle réduit considérablement la mobilité pendant la récupération. Elle peut se propager à d’autres zones du corps. Bien se reposer est donc primordial après un épisode de ce style. La première chose à faire est évidemment de consulter un spécialiste pour qu’il nous administre le traitement approprié.

Quels sont les symptômes ?

Les facteurs suivants doivent exister ou avoir existé pour déterminer si vous souffrez d’un coup de fouet cervical :

  • Mouvement brusque du cou, par action propre ou de tiers
  • Douleur intense dans la région cervicale, qui peut s’étendre à la tête
  • Rupture de ligaments
  • Contractures dans les musculature du cou, de la tête ou même du dos
  • Etourdissements ou vertiges
  • Douleur avec le mouvement de la colonne vertébrale

Ces symptômes peuvent survenir isolément ou ensemble. Ils varieront selon les patients. Ces derniers tendent à coïncider sur la douleur lors du fait de bouger la colonne vertébrale, soit dans la région cervicale soit dans la région lombaire.

coup de fouet cervical

Comment traiter un coup de fouet cervical ?

Le traumatologue est le spécialiste des lésions traumatiques, telles que celle qui nous intéresse ici. Il examinera attentivement la zone affectée à la recherche de blessures majeures. Le coup de fouet cervical peut générer des maux moins importants, comme l’algie (douleur) post-traumatique, mais peut également causer des dommages plus graves, tels que des problèmes de disque (dans les vertèbres).

Dans la mesure où la zone de la lésion est généralement concentrée dans le cou, l’une des premières mesures préventives sera la mise en place d’une minerve. Elle réduira la mobilité afin d’éviter d’aggraver l’état des cervicales. L’administration d’analgésiques est une autre pratique courante. Cela permet de soulager la douleur locale, souvent intense quelques heures après le traumatisme.

La prise de médicaments se poursuivra pendant une période indéfinie, en fonction du rétablissement du patient. Les plus communs seront les relaxants musculaires et les anti-inflammatoires. En raison des contractures provoquées par coup de fouet cervical, il est souvent conseillé de consulter un physiothérapeute afin de traiter les muscles contractés. Les massages, qui activent la circulation, et un régime alimentaire adéquat peuvent également nous aider à accélérer la guérison.

coup de fouet cervical

Que faire pendant la récupération ?

  • La mesure préventive la plus immédiate est le placement d’une minerve. Nous devons donc la conserver pendant environ 72 heures. Cela dépend évidemment des indications du médecin, puisque tout dépendra de la gravité de l’événement traumatique. La minerve nous aidera à immobiliser la zone pour éviter de faire des mouvements étranges dus à la douleurNous devons cependant rappeler que ne pas bouger la zone génère une atrophie de cette dernière. Il convient donc de ne pas porter la minerve plus de temps que ce qui fut indiqué par le spécialiste.
  • Il est par ailleurs très important d’adopter une position confortable et correcte pour favoriser le bon positionnement des vertèbres. Deux mouvements sont fondamentaux : la rectification des cervicales et des lombaires. Nous devons, pour effectuer le premier, reculer la mâchoire, jusqu’à ce que nous remarquions une rectification de la colonne vertébrale. Pour la seconde, nous tournerons la hanche vers l’avant.
  • Lorsque nous sommes autorisés, nous pouvons pratiquer de exercice contrôlé et modéré qui nous aide à renforcer les muscles des zones endommagées. L’exercice cardiovasculaire, tel que le jogging, n’est pas recommandé car il favorise les chocs entre les vertèbres.
  • Il est conseillé de continuer les visites chez le kinésithérapeute lors de la récupération afin de contrôler les contractures.
  • Enfin, continuer avec un traitement médical, tant que le spécialiste n’indique pas le contraire, nous aidera à mener une vie normale. L’administration de médicaments doit être le fait d’un professionnel de santé, et non résulter de notre propre décision.

Nous devons également garder à l’esprit qu’il n’est pas toujours possible de récupérer notre état antérieur au coup de fouet cervical. Certaines blessures ne guérissent pas. Il est important de le comprendre et de l’accepter. Notre qualité de vie peut en être affectée.  Mais nous ne pouvons pas laisser cela interférer avec notre fonctionnement au quotidien. Trouver un soutien émotionnel est important pour cela.