Quand la victime est accusée

19 juillet 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés
pourquoi accusons-nous la victime

Face au jugement du procès du « troupeau », beaucoup se demandent pourquoi nous blâmons parfois la victime ou lui attribuons une part de responsabilité dans ce qu’elle a dû subir. Ce type d’attribution est plus fréquent lorsque nous partageons une caractéristique avec l’agresseur.

Ils sont également fréquents lorsque nous ne voulons pas voir notre sens du contrôle mis en danger (si les agresseurs sont à blâmer et non la victime, cela peut aussi nous arriver). Cette dernière attribution est généralement faite par des personnes qui partagent des caractéristiques avec la victime : si c’est elle qui a fait une « erreur/imprudence », ils ont un « faux sentiment de sécurité » ; s’ils ne font pas la même « erreur/imprudence », cela ne leur arrivera pas.

Lorsque nous pensons que la responsabilité incombe à la personne qui a subi l’agression, nous nous sentons plus en sécurité parce que nous croyons que nous contrôlons la situation. En d’autres termes, nous croyons que nous sommes en sécurité tant que nous faisons ce qui est juste. Cette croyance agit inconsciemment pour blâmer les victimes, même lorsque la victime est soi-même.

Dans toute forme de violence sexiste, l’attention se concentre en partie sur la responsabilité potentielle des femmes. Un exemple est celui des campagnes de prévention et d’éducation, qui mettent toujours l’accent sur les « mesures de sécurité » qu’elles doivent prendre.

En d’autres termes, la seule personne qui semble obligée de faire quelque chose pour prévenir l’agression est la femme. En ce sens, les campagnes d’information et de prévention devraient plus souvent cibler d’autres publics, comme les agresseurs potentiels et même la société dans son ensemble, afin de ne pas contribuer indirectement à ce blâme.

Les bonnes gens ne se concentrent pas sur les condamnés, mais sur la victime.
Partager

victime de violences accusée

Pourquoi certaines personnes ne résistent pas lorsqu’elles sont abusées sexuellement ou violées ?

Les gens ont une toile complexe dans leur système nerveux qui les paralyse lorsqu’il y a un danger où le combat ou la fuite ne sont pas possibles (ou possible, mais non valorisé comme la meilleure réponse). Nous parlons d’une ressource en tant que forme extrême de survie. Lorsqu’il y a des rapports sexuels consensuels et immobilisation, le cerveau produit de l’ocytocine, l’hormone de l’amour qui prévient les traumatismes.

Mais quand le sexe est forcé, la personne devient paralysée et gelée, ce qui est vu par le violeur (ou par des observateurs extérieurs) comme une opportunité ou un consentement. Paradoxalement, la personne maltraitée, qui est la victime, est traumatisée par la honte et l’agresseur s’en va sans hâte vers sa conscience.

Toutes les victimes sont égales, et personne n’est plus égal que quelqu’un d’autre.
Partager

Quand nous accusons la victime, est-ce qu’on se met à sa place ou est-ce qu’on reste à la nôtre ?

Lorsque nous accusons la victime de l’agression, il se peut que nous nous défendions contre quelque chose. Les pouvoirs que nous avons sur les faits minimisent le poids avec lequel nous voulons que la justice soit rendue aux agresseurs, en acceptant des peines moins sévères.

Nous vivons peut-être encore dans un monde où les droits des femmes sont sur un fil mince, mais il y a autre chose dans cette position psychologique d’aller à l’encontre de la victime. Peut-être que les hommes qui défendent, dans cette affaire, les cinq hommes condamnés pour agression sexuelle dans le procès « troupeau » n’observeront les attributions que de leur point de vue et comprendront en quelque sorte qu’ils sont indirectement attaqués.

Lorsque nous accusons la victime, nous nous défendons contre quelque chose.
Partager

victime de viol accusée

Dans le cas des femmes qui pensent que la victime est en partie responsable, elles peuvent le faire pour avoir l’illusion de contrôle, en identifiant les facteurs qui les empêcheraient de faire de même. Nous avons tous entendu d’autres femmes dire : « Ça ne m’arriverait pas », « J’agirais différemment ». En fin de compte, tout ce que nous savons de ces situations, c’est que nous ne savons jamais comment nous agirions.

Il est permis de prendre la place de l’accusé, mais nous avons tous vu une vidéo où quatre des membres condamnés du « troupeau » ont abusé d’une fille inconsciente. Dans ce cas, les attributions sont claires et la science nous donne la réponse à la raison pour laquelle une personne, alors qu’elle ne peut ni se battre ni fuir, est paralysée. Maintenant, il est temps de vous mettre à la place de la victime.

« Tu n’es pas seule. Soeur, je te crois, moi. »

A découvrir aussi