L'importance de la lumière solaire pendant le confinement

20 mai, 2020
Vivre dans un espace qui ne laisse entrer que peu de lumière solaire pendant le confinement peut nous coûter très cher. Parmi les effets les plus communs, on peut en effet retrouver le découragement, les troubles du sommeil et un manque de vitamine D. Voyons comment il est possible de gérer cette situation.

Le manque de lumière solaire pendant le confinement est une réalité qui affecte de multiples foyers. La pandémie actuelle est arrivée au printemps, et ce dernier passe sans que nous puissions en profiter. Les journées sont plus longues, le soleil est plus tiède, plus lumineux… Or, des millions de personnes affrontent la quarantaine sans avoir de contact direct avec quelque chose qui est essentiel pour l’être humain.

Vivre dans de petits appartements dans lesquels l’orientation ne permet pas de profiter de la lumière du soleil est assez commun. Il y a aussi des appartements en rez-de-chaussée qui se trouvent dans de petites rues étroites et, dans ce cas, il est difficile de savoir si c’est le matin ou le soir. Ces facteurs peuvent avoir un certain impact sur la santé mais, surtout, sur le bien-être psychologique.

Nous sommes homéothermes. En d’autres termes, nous dépendons de la lumière du soleil, et pas seulement pour réguler notre température : elle nous permet aussi d’avoir un équilibre dans nos cycles de sommeil et de mener à bien diverses tâches métaboliques. Sentir sa chaleur a aussi un effet indispensable et puissant sur notre santé mentale.

Approfondissons cette idée.

La lumière solaire

La lumière solaire pendant le confinement est essentielle pour le bien-être

Michael Terman est un célèbre psychiatre expert en chronothérapie. Tout au long de sa carrière, il a pu voir que les changements de lumière au cours des saisons ou les variations luminiques dans différents bâtiments affectent le comportement humain. Lorsqu’elles manquent de lumière solaire, les personnes souffrent d’altérations du sommeil, de l’humeur et aussi de changements au niveau du poids.

En général, nous ne sommes pas conscients de l’importance de ce facteur dans notre vie. Nous sommes une société habituée à réaliser une grande partie de ses activités à l’intérieur, où règne la lumière artificielle.

La grande majorité des gens travaille dans des espaces fermés. Nous nous levons en même temps que le soleil, et nous rentrons chez nous au moment où il se couche.

Une fois à la maison, nous restons au contact de nos appareils électroniques, ordinateurs, téléphones portables, télévisions… Ce que l’on appelle la lumière bleue de la technologie altère nos rythmes circadiens, en faisant diminuer la production de mélatonine.

Désormais, dans ce contexte actuel de pandémie et avec le confinement comme mesure préventive pour freiner la propagation du virus, un nouveau problème apparaît. Le manque de lumière solaire pendant le confinement peut coûter cher dans de nombreux foyers. Analysons les conséquences et interrogeons-nous sur les mesures préventives que nous devrions appliquer.

Manque de vitamine D

Selon une étude réalisée par l’Université de Californie et dirigée par le docteur Robert Nair, 50 % de la population mondiale ou presque souffrirait d’un déficit en vitamine D. L’une des principales causes est l’absence d’activité à l’air libre, c’est-à-dire le fait de ne pas suffisamment être au contact du soleil.

Ainsi, le manque de lumière solaire pendant le confinement peut aggraver ce fait. Ceci peut se traduire par des problèmes au moment de réguler le métabolisme du calcium et par un système immunitaire plus faible.

Il est donc essentiel, dans la mesure du possible, d’aller au soleil 20 minutes par jour. Et tous les moyens sont bons : terrasse, véranda, petite fenêtre ou simplement un coin où passe la lumière.

N’oublions pas non plus qu’il existe d’autres sources de vitamine D, comme les produits laitiers, les œufs ou le poisson bleu.

La vitamine D est apportée par la lumière solaire ainsi que par certains aliments

Problèmes de sommeil associés à un manque de lumière solaire pendant le confinement

Être dans une maison ou un appartement qui manque de lumière affecte notre qualité de sommeil. Ces altérations se traduisent par des insomnies ou hypersomnies, ou par un changement d’habitudes qui vous fait dormir de longues siestes et vous fait aller vous coucher sans être fatigué. Il serait donc adéquat, dans la mesure du possible, de suivre ces règles.

  • Nous fixer des routines pour mieux gérer le temps. Si nous suivons les mêmes habitudes et restons disciplinés, nous noterons des changements. Ainsi, les activités plus intenses comme le télétravail, le ménage ou le sport devraient plutôt se faire le matin. L’après-midi, nous pourrions réaliser des activités plus tranquilles, comme pratiquer un hobby, lire, regarder des séries…
  • Il est également indispensable de se lever et de se coucher à la même heure. Si nous faisons des siestes, celles-ci doivent être courtes, pas plus de 20 ou 25 minutes
  • Un autre objectif est que notre cerveau distingue le jour de la nuit. Chercher une source de lumière et en profiter 20 minutes peut nous apporter énormément de bénéfices

Santé mentale et humeur dans des espaces avec peu de lumière

Il y a un aspect que nous ne devons pas négliger. Pendant le confinement, notre santé mentale peut être affectée dans un espace avec peu de lumière solaire.

Il faut activer des défenses psychologiques, avoir des ressources à portée de main et, surtout, bénéficier d’un soutien. Un appartement plongé dans la pénombre ne fera qu’augmenter le découragement. Par conséquent, veillons à prendre quelques clés en compte :

  • Encore une fois, il est indispensable d’aller au soleil 20 minutes par jour
  • Évitons que notre maison ne soit plongée dans une semi-pénombre. Servons-nous de lumières à faible coût qui créent une atmosphère agréable
  • Insistons sur un point déjà signalé : les routines doivent organiser notre temps
  • Gardons le contact avec les personnes à travers des messages, des appels, des appels vidéo, etc
  • Réalisons des activités créatives pour permettre à notre esprit de s’entraîner, de se libérer, de trouver des espaces où il puisse se connecter au présent
  • L’exercice physique nous aidera également à produire de l’endorphine, de la sérotonine, de la dopamine… Ces neurotransmetteurs sont indispensables pour améliorer notre humeur
  • Fixons-nous des objectifs. Acceptons nos émotions négatives, celles qui apparaissent de temps en temps. Et n’oublions pas nos buts, ainsi que cet espoir qui ne peut décliner sous aucun prétexte

Pour conclure, le confinement n’est simple pour personne. Cependant, il y a des personnes qui se trouvent dans des situations plus vulnérables. Gardons-le à l’esprit ; suivons des stratégies pour améliorer notre qualité de vie dans ces circonstances et n’hésitons pas à demander de l’aide si nous en avons besoin.

  • Nair, R., & Maseeh, A. (2012, April). Vitamin D: The sunshine vitamin. Journal of Pharmacology and Pharmacotherapeutics. https://doi.org/10.4103/0976-500X.95506