Les insectes ont-ils une cognition ?

L'humanité s'est demandée ces derniers temps si les insectes ont une cognition, puisque l'intelligence est de moins en moins exclusive à l'homme. Découvrez ici ce qui a été découvert à ce sujet.

Dernière mise à jour : 04 janvier, 2022

Les barrières de l’anthropocentrisme s’estompent à chaque nouvelle découverte sur l’esprit animal. Ce qui a commencé avec les chiens et les rats se répand de plus en plus, et maintenant nous savons que les poulpes sont très intelligents, que les dauphins parlent et que les insectes ont une cognition.

Il est difficile de croire que de si petits animaux aient de l’intelligence, car cette capacité est directement associée à la taille du cerveau. Cependant, il faut compter sur une chose : les insectes sociaux se comportent comme un seul organisme, communément appelé l’esprit de la ruche.

Souhaitez-vous mieux connaître ces noyaux neuronaux ambulants ? Les études que vous trouverez ici vous laisseront bouche bée, car personne ne s’attendait à ce que ces petites taches qui courent sur le sol ou sucent les fleurs aient une vie aussi complexe.

Les insectes ont-ils une cognition ?

Ils sont connus pour ressentir de la douleur, pour avoir des émotions de base et maintenant qu’ils ont la cognition. Les insectes sont généralement les derniers à être reconnus, mais heureusement, quelqu’un s’intéresse toujours à leurs capacités.

Au début, la taille de leur cerveau semblait un indicateur clair de leurs capacités. Cependant, un examen plus attentif a montré que ce n’est pas le cas. Le cerveau de la fourmi, par exemple, mesure moins de 0,06 centimètre cube, mais il est hautement spécialisé dans l’odorat et les axones de ses neurones sont soutenus par différents glomérules qui, interconnectés, forment un équivalent du cortex cérébral humain.

Voici plusieurs découvertes sur la cognition chez les insectes. A ne pas manquer, car ces petits animaux surprennent même les plus incrédules.

Les bourdons utilisent des outils

L’utilisation d’objets pour atteindre des objectifs était considérée comme exclusive à l’être humain jusqu’à il y a à peine 20 ans. Les grands primates ont été les premiers à montrer qu’ils étaient capables de s’en servir, suivis des mammifères marins et des oiseaux. Cependant, une étude publiée en 2017 a montré que les bourdons en étaient également capables.

Les expérimentateurs ont entraîné les bourdons à déplacer de petites boules au centre d’une plate-forme en échange d’eau sucrée. En plus d’apprendre à une vitesse étonnante, les insectes l’enseignaient à leurs congénères. En fait, le taux de réussite était beaucoup plus élevé lorsque le bourdon apprenait d’un pair que lorsque les expérimentateurs l’enseignaient.

Les fourmis ont des attentes

Les attentes, ces résultats fictifs d’une situation qui ne s’est pas encore produite, ne sont pas non plus quelque chose hors de portée des insectes. Les fourmis, en effet, ont montré qu’elles étaient capables de les héberger.

A la présentation des différentes concentrations de sucre, les fourmis ont réagi avec beaucoup plus d’enthousiasme en découvrant que la goutte d’eau était bien plus sucrée que lors des tests précédents. Au contraire, lorsqu’elles n’avaient pas de concentrations élevées en sucres, elles se révélaient plus erratiques et n’avaient pas beaucoup d’intérêt à boire la goutte.

Mouches et conditionnement classique

Les mouches des fruits de cette expérience ont été entraînées dans 2 situations : dans l’une, elles étaient présentées avec une odeur associée à l’apparition de nourriture et, dans l’autre, une autre essence était liée à une vibration désagréable.

Comme prévu, l’odeur associée à la vibration a empêché les mouches de s’approcher de la source de l’odeur, ainsi que de celle associée à la nourriture. Cependant, en présentant un mélange des 2 odeurs, seules les mouches qui avaient subi la vibration désagréable sont restées à l’écart, hésitantes.

Abeilles et caféine

Les abeilles sont connues depuis longtemps pour leur incroyable vie en société et leur capacité à fonctionner comme un esprit de ruche. Une étude de 2021 a voulu savoir si, en plus de cela, elles étaient influencées par l’effet stimulant de la caféine.

Cette substance est présente dans la nature et les abeilles le savent : elles ont tendance à choisir les agrumes et le caféier lui-même, puisque la caféine est présente dans le nectar de ses fleurs. Pour savoir si cette molécule influence la capacité de mémoire des abeilles, des fleurs artificielles dont l’arôme contenait de la caféine ont été présentées.

Les résultats ont été révélateurs : les hyménoptères qui ont été entraînés à associer le parfum artificiel à la caféine ont choisi ces fleurs beaucoup plus fréquemment. Ceux qui n’ont pas été formés, au contraire, ont choisi les différentes options presque également.

L’horloge circadienne des insectes pollinisateurs

Une autre preuve que les insectes ont une cognition est l’incroyable capacité des abeilles à se dire où se trouvent les meilleures fleurs en « dansant ». Ce fut l’une des découvertes les plus passionnantes de la science, mais cela ne s’arrête pas là et cela ne s’arrête pas non plus aux abeilles.

Les insectes pollinisateurs (en général) ont tendance à se nourrir de fleurs dont le motif varie de manière prévisible au fil du temps. Ces préférences temporelles sont liées à une horloge circadienne : c’est-à-dire qu’elles apprennent l’heure précise de floraison des espèces végétales de leur environnement et optimisent les déplacements pour effectuer des trajets plus efficaces.

Comme vous pouvez le voir, les insectes sont petits, mais pas pour cela plus simplement. En fait, la distance biologique entre eux et nous est un très bon moyen d’étudier le fait que les insectes ont une cognition, car les points communs se retrouvent à travers de grandes différences. Si vous vous intéressez à ces petits habitants de notre planète, à partir de là, nous vous encourageons à continuer à enquêter, car ce sont des animaux qui surprennent à chaque pas qu’ils font.

Cela pourrait vous intéresser ...
Phobie des insectes ou entomophobie
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Phobie des insectes ou entomophobie

Comment peut-on soigner la phobie des insectes ? Nous vous expliquons les réactions qu'elle implique dans le corps et l'esprit.



  • Barron AB, Klein C. «What insects can tell us about the origins of consciousness». (2016) PNAS 113 (18) 4900-4908; DOI: 10.1073/pnas.1520084113.
  • Deakin A, Mendl M, Browne WJ, Paul ES, Hodge JJL. «State-dependent judgement bias in Drosophila: evidence for evolutionarily primitive affective processes». (2018) Biology Letters. 14(2).
  • Gibson WT, Gonzalez CR, Fernandez C, Ramasamy L, Tabachnik T, Du RR, Felsen PD, Maire MR, Perona P, Anderson DJ. «Behavioral responses to a repetitive visual threat stimulus express a persistent state of defensive arousal in Drosophila». (2015) Current Biology 25(11):1401-15.
  • Wendt, S., Strunk, K. S., Heinze, J., Roider, A., & Czaczkes, T. J. (2019). Positive and negative incentive contrasts lead to relative value perception in ants. eLife, 8, e45450. https://doi.org/10.7554/eLife.45450
  • Sarah E.J. Arnold et al. (2021) Bumble bees show an induced preference for flowers when primed with caffeinated nectar and a target floral odor. Current Biology, published online; doi: 10.1016/j.cub.2021.06.068
  • Loukola, Olli & Perry, Clint & Coscos, Louie & Chittka, Lars. (2017). Bumblebees show cognitive flexibility by improving on an observed complex behavior. Science. 355. 833-836. 10.1126/science.aag2360
  • de Ibarra, N. H., & Rands, S. (2021). Pollination: Influencing bee behaviour with caffeine. Current Biology31(18), R1090-R1092.