Le biais de publication

· 26 avril 2019
D'où vient le biais de publication ? Il semble que, dans la littérature médicale, on suppose que le biais concernant la publication de résultats frappants trouve son origine chez les directeurs de revues.

En statistique, le biais se définit comme l’erreur systématique qui peut se produire dans les études et les essais. En cas de biais, on sélectionne ou favorise certaines réponses par rapport à d’autres (1). Il est intéressant de noter que ce biais est présent dans une grande partie des recherches, dans une mesure plus ou moins grande. Comment le biais de publication se produit-il ?

L’essentiel est de mieux connaître les biais de publication pour essayer de les éviter. De les minimiser. Ou de les corriger (2). Un biais peut se produire à n’importe quelle étape du processus de recherche. C’est-à-dire dans la planification, la conduite, l’analyse, la présentation des résultats et leur publication ultérieure (3).

Ainsi, le biais de publication se définit comme la tendance à publier des recherches dont les résultats sont positifs (association constatée, différences constatées). Et à cesser de le faire avec celles dont les résultats sont négatifs (association non constatée, différences non constatées). Il peut également s’appliquer à la publication de résultats (articles) qui, car ils sont simples à comprendre ou qu’ils attirent le regard du public, seraient davantage transmis par le chercheur à des éditeurs. Ou bien seraient davantage sélectionnés par ces mêmes éditeurs pour des raisons de visibilité (4).

Au milieu du siècle dernier, Sterling a défini le biais de publication. Il a souligné que les études dont les résultats sont statistiquement significatifs sont plus susceptibles d’être publiées. Inversement, les études dont les résultats ne sont pas significatifs sont moins publiées (5).

biais de publication en psychologie

Les preuves du biais de publication

Comme nous l’avons commenté, l’un des premiers auteurs à attirer l’attention sur le biais de publication a été Sterling. Ainsi, cet auteur a passé en revue tous les articles publiés dans quatre revues pendant une année (1955 ou 1956). Il a pu vérifier que 97 % des articles dans lesquels des tests de signification étaient utilisés rejetaient l’hypothèse nulle (9).

Selon les résultats des recherches sur le sujet, les études publiées sont comparées aux études non publiées dans un rapport de 128:1 à 1:1. La plupart des études donnent un rapport de 10:1 à 1:1 (7).

Les facteurs influençant ce biais

Selon l’auteur Carmen Rosa Garrido, il existe actuellement plusieurs facteurs qui influencent le biais de publication (5) :

  • Premièrement, la décision des auteurs de ne pas publier les résultats de leur étude parce qu’ils ne sont pas statistiquement significatifs.
  • Le refus des éditeurs des revues de publier une étude aux résultats négatifs. Ainsi, cela se produit même si la qualité méthodologique est suffisante pour donner de la fiabilité aux résultats.
  • L’exclusion de ce type d’études dans les recherches bibliographiques d’autres chercheurs.

Éliminer ou prévenir les biais de publication

Afin de prévenir et d’éliminer les biais de publication, certains auteurs (6) proposent :

  • L’élimination des tests d’hypothèse.
  • Un examen a priori par les pairs et l’absence de publication d’études dont la taille de l’échantillon est inadéquate.
  • Le développement d’une attitude plus positive à l’égard des résultats non significatifs.
  • L’amélioration des processus de révision et de publication par les pairs.

Évaluation du biais

On a élaboré de nombreuses procédures statistiques pour évaluer si un échantillon d’études identifiées est biaisé ou pour évaluer l’impact de ce biais.

La plupart reposent sur l’hypothèse que, pour un domaine de fond donné, les études portant sur de petits échantillons devraient produire une gamme relativement large d’ampleur de l’effet, tandis que les études portant sur de grands échantillons devraient produire un effet proche de l’ampleur de l’effet sur la population (6).

biais de publication scientifique

Les directeurs de revues et le biais de publication

D’où vient le biais de publication ? Il semble que, dans la littérature médicale, on suppose que le biais en faveur de la publication de résultats frappants provient des éditeurs de revues (7).

Cette suspicion est réelle. En 1980, le British Medical Journal a indiqué que son article idéal décrirait « les résultats qui affectent la pratique clinique… et les résultats qui améliorent le pronostic ou simplifient le traitement des maladies courantes... ». Ils ont donc, par inadvertance, fait allusion au biais de publication.

La mesure la plus efficace pour prévenir les biais de publication est l’enregistrement de tous les essais cliniques (7). La prévention est donc l’objectif vers lequel il faut réaliser des progrès (7).

Il est donc important de souligner l’importance de ce biais dans la communauté scientifique. En utilisant des données biaisées, les décisions prises pour établir les résultats de certaines recherches peuvent ne pas être les plus optimales (4). Cela peut déclencher des décisions de prescription inappropriées qui ne sont peut-être pas les meilleures pour le patient, ainsi que pour la communauté scientifique dans son ensemble.

 

  1. ASALE, R. (2018). sesgo, ga. Retrieved from https://dle.rae.es/?id=XipMgHq
  2. Bonita, R., Beaglehole, R., & Kjellström, T. (2008). Epidemiologia básica. OPS.
  3. Manterola, C., & Otzen, T. (2015). Los sesgos en investigación clínica. International Journal of Morphology, 33(3), 1156-1164.
  4. Gómez-Restrepo, C. (2008). Acerca del sesgo de publicación en literatura sobre antidepresivos. Revista Colombiana de Psiquiatría, 37(1), 8-10.
  5. Garrido, R., & ª Carmen, M. (2016). Sesgo de publicación:¿ existe también en estudios de metanálisis?. Index de Enfermería, 25(1-2), 7-8.
  6. Vevea, J. L., & Woods, C. M. (2005). Publication bias in research synthesis: sensitivity analysis using a priori weight functions. Psychological methods, 10(4), 428.
  7. Dickersin, K. (1994). Sobre la existencia y los factores de riesgo del sesgo de publicación.
  8. “The editor regrets . ..” [Editorial]. Br Med J 1980;280:508.
  9. Sterling, T. D. (1959). Publication decisions and their possible effects on inferences drawn from tests of significance—or vice versa. Journal of the American statistical association, 54(285), 30-34.