Laissez gagner quiconque joue à vous perdre

24 mai 2017 dans Emotions 615 Partagés

Laissez gagner quiconque joue à vous perdre en vous offrant un amour au goût d’égoïsme. Quiconque joue à vous aimer seulement pour rassasier ses vides émotionnels. Laissez-le gagner le premier prix : vos adieux. Car quiconque joue avec vous ne vous mérite pas, et s’il y a quelque chose que nous ne devons jamais perdre sur cet échiquier de l’amour, c’est bien notre dignité !

Il existe un livre très intéressant réalisé par les neurologues Amir Levine et Rachel Heller, intitulé La nouvelle science du cerveau adulte : comment trouver un conjoint, qui nous explique quelque chose de très révélateur à ce sujet. Notre cerveau est programmé pour rechercher et recevoir du soutien. Nous avons besoin de sécurité affective dans chacun de nos liens, qu’ils soient familiaux, amicaux ou de couple.

« J’ai eu peur de perdre quelqu’un de particulier et j’ai fini par le perdre mais j’ai survécu ! Et je vis toujours ! »

Même si beaucoup de gens n’aiment pas trop ces explications, il existe, au niveau neuronal, une évidence claire : l’être humain est « émotionnellement dépendant ». Mais nous ne devons pas voir cette dépendance comme un ancrage total et absolu envers une ou plusieurs personnes. Il s’agit du besoin de se savoir aimé-e, de savoir que l’on va être respecté-e et que l’on peut compter sur l’être aimé.

Construire une relation basée sur un jeu de forces, où il y en a un-e qui gagne systématiquement, fait mal. De plus, compter sur un conjoint addict aux promesses non tenues ou à l’amour intéressé, affecte particulièrement notre cerveau : le stress apparaît. C’est une réaction biologique instinctive qui nous alerte que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce schéma qui consiste à considérer que quiconque vous aime vous respecte, vous offre du soutien, de la proximité et de la sécurité, et que vous preniez pour acquis, vient de se fragmenter dans votre intérieur. Si vous ressentez cette décomposition, vous êtes sûrement entré-e dans un cycle marqué par la méfiance, la vulnérabilité et l’anxiété sans vous en rendre compte.

Nous vous proposons de réfléchir à ce sujet.

L’amour comme système et jeu de forces

Nous savons tou-te-s que le succès d’une relation dépend de nombreux facteurs, mais l’un d’entre eux est sans aucun doute la capacité des deux membres à donner et à recevoir du soutien. Si l’un des deux ne s’implique pas ou relègue les besoins de l’autre au second plan, la relation partira lentement à la dérive.

À présent, aussi curieux que cela paraisse, ce type de réalités ne sont pas faciles à voir. Parfois, elles jouent avec nous et nous ne nous en rendons pas compte, elles nous utilisent comme les pions d’un damier où il y a un roi ou une reine implacables qui dévorent un par un toutes nos illusions, nos espoirs et nos forces. Selon la théorie des systèmes appliquée au champ émotionnel, cela arrive à cause de facteurs très concrets.

Quand deux personnes s’unissent dans une relation, quelque chose de bien plus grand se crée entre elles. C’est un système, c’est comme une sphère pleine de dynamiques complexes qui nous transcendent et auxquelles nous donnons des caractéristiques parfois « trop » idéales. Nous nous disons à nous-même que cette relation est la relation définitive, qu’elle va être parfaite et qu’ensemble, nous allons grandir en tant que personne individuelle et en tant que couple.

Nous maintenons ce type de croyances et de dialogue interne car notre esprit en a besoin : nous voulons ressentir de la sécurité affective et psychologique. Mais, petit à petit ce système parfait se retrouve perturbé à cause de petites mais implacables dynamiques et de sérieuses attaques, comme le mépris, la déception, le chantage émotionnel…

Peu de personnes réagissent immédiatement en voyant et en ressentant ces premiers coups. Le cerveau est programmé pour la résistance au changement, et il utilisera des raisonnements peu adaptés comme « C’est temporaire », « Ça changera », « S’iel m’aime, iel se rendra qu’iel me fait du mal ».

Mais le système construit se fragilise jour après jour jusqu’à ce qu’il s’écroule comme un château de cartes. Nous devons être capable de partir à temps pour ne pas devenir les cendres d’une triste chimère, d’un jeu implacable dont nous avons été les perdant-e-s.

Quiconque vous aime ne joue pas avec vous : l’immaturité émotionnelle et l’amour comme un jeu

Dans le livre cité au début de cet article, les neurologues Amir Levine et Rachel Heller indiquent que les personnes émotionnellement immatures sont des personnes qui envisagent l’amour comme un jeu. Ce sont des profils qui réagissent uniquement face à la nouveauté du moment, face à la gratification immédiate et au besoin de satisfaire les besoins propres.

« Parfois, perdre c’est gagner et ne pas trouver ce que l’on cherche, c’est se trouver. »

-Alejandro Jodorowsky-

Ces personnes n’hésiteront pas à vous décrocher la lune mais uniquement si vous leur offrez le soleil. Elles vous feront des promesses et vous culpabiliseront de tous leurs problèmes quand elles se sentiront frustrées. Alors… pourquoi tombons-nous parfois amoureux-ses de ce type de personnalité ? Il n’y a pas de raison concrète. Nous pourrions dire que c’est leur intensité qui nous attire, leur dynamisme, ou le fait qu’elles ont besoin de nous comme de l’air pour respirer.

Nous ne devons pas les laisser nous trahir ou nous tromper. L’amour n’est pas un jeu et qui joue à nous perdre doit finir par gagner. C’est la meilleure chose que nous devons laisser faire. Car finalement, nous en sortirons aussi triomphant-e-s : nous aurons gagné en dignité, en estime de soi et en courage.

Nous ne pouvons pas oublier que la maturité émotionnelle se définit aussi par notre capacité à savoir observer la réalité des choses et agir face à elles, même si cela nous fait mal, même si cela nous brise le cœur pendant un moment. La satisfaction d’avoir agi comme nous le devions fera que nous nous remettrons d’aplomb plus vite que nous le pensons .

Lisez aussi : L’amour a une limite et elle s’appelle la dignité

A découvrir aussi