La touchante histoire du vieil homme et de la grue

8 mai 2018 dans Curiosités 0 Partagés
grue

On raconte qu’il y a très longtemps, un homme avec une longue chevelure blanche arriva dans un petit village. Il était accompagné d’une grue. Ils formaient un couple étrange car ces oiseaux n’étaient pas réputés pour côtoyer les hommes. Cependant, le vieil homme et la grue étaient toujours ensemble.

Les villageois disaient que cet homme était très sageApparemment, il était très réputé, dans toute la région, pour ses grands enseignements. Malgré cela, le vieil homme était très humble. Il s’installa près d’une mangeoire avec la grue. Celle-ci marchait toujours devant lui.

« Quand il est au bord d’un précipice et que la nuit est sombre, le cavalier sage lâche les rênes et s’en remet à l’instinct du cheval. »

-Armando Palacio Valdés-

Les gens commencèrent à être curieux. Ils s’approchaient pour le regarder de loin mais lui ne les voyait même pas. Seule la grue semblait attendre quelque chose. Rapidement, les habitants du village décidèrent de leur apporter de la nourriture et des vêtements car ils les pensaient démunis. Le vieil homme et la grue remerciaient ceux qui les aidaient.

Le vieil homme et la grue sont interrogés

Un jour, alors que la nuit venait de tomber, un paysan s’approcha de l’endroit où le vieil homme et la grue se reposaient. Celle-ci s’inquiéta un peu en le voyant et battit des ailes pour réveiller le vieil homme, qui demanda au visiteur s’il pouvait faire quelque chose pour lui.

vieil homme

Le paysan s’assit en face du vieil homme et lui avoua qu’une question lui trottait dans la tête. On lui avait dit qu’il était très sage et il voulait savoir s’il pouvait lui apporter une réponse. Le vieil homme lui répondit: « Personne n’est assez sage pour avoir réponse à tout mais si je peux t’aider, je le ferai ».

Le paysan lui dit qu’il aimerait savoir comment ouvrir les portes du ciel et celles de l’enferIl voulait avoir un accès permanent au ciel mais ne voulait pas aller en enfer. Il avait donc besoin de savoir comment leurs portes s’ouvraient ou se fermaient. Le vieil homme et la grue l’écoutaient avec attention. Lorsque le paysan eut fini de parler, le vieil homme lui dit: « Quelle question idiote! On voit que tu es un véritable ignorant! ».

En entendant cela, le paysan se mit en colère et voulut frapper le vieil homme. La grue s’interposa et l’en empêcha. Le paysan vit alors que le vieil homme était aveugle et que l’oiseau était son guide. Il se sentit honteux d’avoir voulu le frapper et sa rage se dissipa. Il ne ressentit que de la compassion pour ce vieil homme vulnérable et lui demanda pardon. Celui-ci lui dit alors : « La colère t’a ouvert les portes de l’enfer. Et la compassion, celles du ciel ».

Savoir et ne pas savoir…

Le paysan en fut émerveillé. Il eut la preuve qu’effectivement, il s’agissait d’un maître très sage. Il le remercia pour son enseignement et raconta ce qu’il s’était passé aux habitants du village. Ceux-ci, en formant une grande procession, se rendirent à l’endroit où se trouvaient le vieil homme et la grue. Certains voulaient des réponses et d’autres voulaient seulement le contempler et être près de lui. Il dégageait une grande sérénité.

histoire du vieil homme et de la grue

Un jour, un jeune arriva à l’endroit où étaient assis le vieil homme et la grue. Il avait une attitude mystérieuse. Il s’approcha et, à voix basse, dit la chose suivante :

-Maître, des gens parlent de vous avec malveillance…

-Un moment! dit le vieil homme. As-tu des preuves de ce que tu viens de me dire? As-tu entendu quelqu’un dire de mauvaises choses sur moi ?

Le jeune réfléchit un instant et dit :

-Non. Je ne les ai pas entendus personnellement. Quelqu’un me l’a dit… C’est une rumeur qui s’est répandue dans le village…

Le vieil homme et la grue ne dirent rien pendant un moment. Lui était pensif. Et elle, comme toujours, se tenait à côté de lui, le protégeant. Le bel oiseau lui était extrêmement reconnaissant de l’avoir sauvé d’un piège dans les bois. Depuis ce jour, il n’avait cessé de l’accompagner et de lui servir de guide car le vieil homme était aveugle.

Un grand enseignement

Après avoir médité un instant, le maître s’adressa au jeune qui venait de lui parler de la rumeur qui circulait dans le village. Il lui demanda:

Ce que tu viens de me dire, est-ce que cela va me faire le moindre bien ? Et à mon amie la grue ?

grue qui vole

Le jeune se mit à penser un moment. Puis il dit :

-En vérité, non. Pour être sincère, c’est tout le contraire. Ce qu’on dit sur vous est une chose qui pourrait vous tourmenter. Et votre amie aussi, ajouta-t-il en faisant référence à la grue.

Le vieil homme et la grue restèrent à nouveau silencieux. Puis le maître déclara :

-J’ai une dernière question pour toi. Est-il nécessaire que je sache ce que l’on raconte sur moi et sur mon amie la grue ?

-Non. En réalité, non, répondit le jeune, pensif.

-Alors pars, dit le vieil homme. Quand tu ne sais pas si quelque chose est vrai, le dire ne fait aucun bien. Il n’est pas nécessaire de le communiquer, il ne vaut pas la peine d’en parler.

A découvrir aussi