J’écoute les autres, mais c’est moi qui décide

4 novembre 2016 dans Emotions 0 Partagés

Certaines chansons racontent qu’on ne peut comprendre le sens et l’importance de la vie sans un bon café entre amis, peut-être parce que c’est au cours de ces cafés entre amis qu’ont lieu les meilleures conversations et que surgissent les conseils les plus utiles.

En effet, dans les moments où nous devons prendre une décision importante, ces cafés représentent pour nous une pure énergie.

Nous écoutons les autres, les autres nous écoutent, et finalement, c’est nous qui décidons.

D’autre part, qui dit café dit tout autre instant de rapprochement avec les autres, puisqu’être auprès de nos proches, cela bénéficie sérieusement à notre santé émotionnelle et nous aide à gérer toutes ces situations compliquées auxquelles on doit faire face au quotidien.

En ce sens, permettre à notre « moi » intérieur d’exprimer ce qu’il ressent aux personnes composant notre cercle social le plus apprécié, cela nous apporte différents avantages, surtout dans les moments d’inquiétude, au cours desquels on peut parfois se sentir vraiment confus.

Nombreux sont les chemins difficiles qui s’ouvrent à nous, et marcher accompagné, c’est gagner en stabilité.


« L’arbre de la vie, c’est la communication avec ses amis ; le fruit de cet arbre, c’est le repos et la confiance qu’on leur accorde. »

-Francisco de Quevedo-


Ecouter nous aide à voir ce que l’on ne voit pas

Le premier grand avantage qu’il y a à être écouté se traduit sans doute par le fait d’avoir la possibilité d’envisager un autre point de vue : les problèmes nous étouffent, nous mettent la pression et nous chargent d’un certaine responsabilité, si bien qu’un simple regard qu’on ne saurait interpréter positivement peut nous mener à nous poser des questions.

amigas-hablando-mientras-meriendan

Imaginez : vous travaillez, et dans une certaine mesure, vous aimez ce que vous faîtes. Cependant, même si ce travail vous plaît, il vous oblige à vivre loin de votre famille.

Un jour, on vous propose un autre travail, qui lui n’a rien à voir avec votre domaine de compétences, mais qui vous permettrait d’être aux côtés des vôtres. Quelle décision prendriez-vous ?

Il n’est pas chose aisée que se trouver dans une telle situation et de prendre suffisamment de recul pour comprendre ce que supposent chacune des décisions possibles.

C’est pourquoi, dans ces cas-là, nous faisons appel à ceux qui sont toujours là pour nous, et dont on dit qu’ils peuvent nous soigner.

Ils nous donneront leur point de vue, ils nous laisseront voir les pour et les contre que nous ne pouvons pas voir, et finalement, nous prendrons notre décision.

La décision individuelle est motivée par la force des autres

Toute décision doit compter une marge d’erreur, puisque prendre le risque de changer suppose également l’éventualité de perdre quelque chose ; c’est une condition que l’on est bien obligé d’accepter.

Par conséquent, c’est là que réside le deuxième grand avantage : plus un problème nous rend confus, plus on aura besoin de la force et de la sagesse des autres.

Combien de fois avons-nous voulu qu’une personne nous écoute alors que dans le fond, tout ce que l’on cherchait, c’était la force qu’il nous manquait pour prendre une décision ?

C’est nous qui décidons, certes, mais parfois, nous avons besoin d’un coup de pouce, d’un câlin, de quelques mots de soutien, de s’assurer que quoi qu’il arrive, il y aura quelqu’un qui sera là pour nous.


« Quiconque perd le plus

car il est incapable d’écouter les autres est lui-même »

-Jorge González Moore-


Toute décision individuelle est donc motivée par la force des autres, car leurs conseils chaleureux nous font nous rappeler qu’avant toute chose, ils nous aiment, et qu’ils essaient seulement de nous aider à atteindre ce qu’il y a de meilleur pour nous.

C’est nous qui décidons, car les résultats nous concernent directement

Ce qui est certain, c’est que le fond de l’hypothèse « j’écoute les autres, mais c’est moi qui décide » suppose une réalité où nos décisions peuvent déprendre de plusieurs personnes, mais dont les conséquences retombent uniquement sur nous.

chica-en-un-columpio-en-las-nubes

Il est absolument bénéfique, comme nous l’avons précédemment affirmé, de laisser les autres nous apporter leur point de vue sur les différentes options qui s’offrent à nous, mais quoi qu’il en soit, au final, nous sommes maîtres et maîtresses absolu.e.s de nos actes.

Personne ne prendra la responsabilité de quoi que ce soit qui ne se répercute que sur vous, personne n’assumera les erreurs causées par les décisions que vous aurez prises, et personne ne se sentira coupable du poids du chemin que vous aurez choisi d’emprunter.


« Parce que personne ne peut savoir à votre place. Personne ne peut grandir à votre place. Personne ne peut chercher à votre place.

Personne ne peut faire à votre place ce que vous devez faire vous-même.

La vie n’admet aucun représentant. »

-Jorge Bucay-


Alors, tenez compte de tout cela, et ne refusez pas d’écouter les autres même si vous n’êtes pas d’accord avec ce qu’ils vous disent, ne vous dîtes pas que les solutions qu’ils vous proposent ne sont pas formulées dans la bonté.

Ouvrez donc votre esprit à ces autres regards, si tant est, bien sûr, que vous soyez capable de ne pas complètement perdre le vôtre.

Vous savez de quoi vous avez besoin et de a manière dont vous en avez besoin, vous seul pouvez vivre à votre manière, décider par vous-même, agir par vous-même.

A découvrir aussi