Jane Goodall, de fan à référence mondiale

Jane Goodall a révolutionné le paysage scientifique en montrant au monde que les chimpanzés et les humains ne sont pas si différents. Qu'est-ce que nous avons en commun ?
Jane Goodall, de fan à référence mondiale

Dernière mise à jour : 27 novembre, 2020

Jane Goodall est la plus grande experte au monde sur les chimpanzés. Elle se bat sans relâche pour leur conservation et leur respect. Malgré l’impossibilité de résumer en quelques mots des décennies d’études sur les primates, cet article tente de rassembler certaines de ses grandes contributions à la compréhension du comportement.

Il est également impossible de saisir dans un article sa personnalité extraordinaire, son engagement envers le monde, sa bonté. Cet article est donc une invitation à se renseigner sur cette femme incroyable. Elle est le meilleur exemple du fait que de petits changements  peuvent changer le monde.

“La destruction de l’habitat est souvent liée à l’avidité et au matérialisme du monde développé.”

-Jane Goodall-

Jane Goodall a fait changer notre perception des singes.

Qui est Jane Goodall ?

Jane Goodall (3 avril 1934) est une primatologue, éthologue et anthropologue anglaise célèbre pour avoir étudié les chimpanzés pendant plusieurs décennies dans le parc national de Gombe Stream (Tanzanie). Dès son plus jeune âge, elle est amoureuse des animaux.

Après avoir lu Tarzan pour la première fois, elle eut envie d’aller en Afrique pour étudier les animaux. Elle raconte même avoir été jalouse du fait que Tarzan ait épousé la mauvaise Jane.

Sa première expérience d’observation du comportement des animaux remonte à l’âge de 4 ans. Elle voulait comprendre comment les poules pondent leurs œufs. Pour ce faire, elle s’est cachée près d’un poulailler pour surveiller des poules pendant plus de quatre heures. Ses parents ont même dû appeler la police.

Par la suite, sa mère a permis à sa fille de partager ses découvertes. Jane dit que, grâce à l’intérêt de sa mère, une scientifique est né ce jour-là.

Sur le plan personnel, le cas de Jane est peut être le meilleur exemple pour montrer que stimuler la curiosité des enfants est important. Il faut les aider à expérimenter par eux-mêmes et à remettre en question leur environnement. C’est la meilleure façon pour eux de devenir des adultes heureux, engagés et passionnés.

La première fois que Jane Goodall s’est rendue à Gombe, elle l’a fait avec sa mère, car à cette époque, il n’était pas considéré comme sûr pour une jeune femme célibataire de se rendre seule dans cette région. Elles y ont passé quatre mois au cours desquels Jane n’a pu observer les chimpanzés qu’à distance.

Elle a réussi à obtenir son doctorat en éthologie, ce qui lui a permis de continuer à étudier le comportement des primates. En 1960, le paléontologue Louis Leakey l’a envoyé en Tanzanie pour étudier les interactions sociales et familiales des chimpanzés sauvages. C’est ainsi que plusieurs décennies passionnantes d’études sur le terrain ont commencé.

Les premières trouvailles de Jane

L’une des premières choses qu’elle a découvertes sur les chimpanzés, alors qu’elle ne pouvait les observer qu’à distance avec des jumelles, était qu’ils étaient capables de construire et d’utiliser des outils. Cette capacité était considérée comme exclusivement humaine.

Sa découverte signifiait alors que les chimpanzés ressemblaient beaucoup plus à l’homme qu’on ne le pensait auparavant. Cette déclaration, comme beaucoup d’autres, a été mal accueillie dans le monde scientifique.

Elle a également observé qu’ils étaient des êtres très sociaux. Ils passaient beaucoup de temps à se toiletter, à jouer les uns avec les autres ou à se chatouiller. Ils s’étreignaient, se tenaient la main et s’embrassaient même.

Elle a étudié leurs sons d’appel et leur langage non verbal comme moyen d’exprimer la peur, la tristesse ou comme un signe de menace ou de danger. Cela a également été une révolution, puisque ces comportements étaient considérés comme typiquement humains .

“Maintenant, nous devons redéfinir “l’outil”, redéfinir “l’homme” ou accepter les chimpanzés comme humains.”

-Louis Leakey-

Le comportement maternel chez les chimpanzés et les humains

En ce qui concerne le comportement maternel, nous avons des exemples qui montrent que nous pourrions déterminer deux styles parentaux différents. Jane Goodall a observé que, de manière générale, les mères étaient protectrices et favorisaient l’indépendance de leurs progénitures.

Elles les soignaient et les stimulaient pour favoriser leur bon développement, tout comme le font les mères humaines. C’est ce que nous considérons aujourd’hui comme une base d’attachement sécurisée.

Mais il y a un autre cas de figure. L’observation du chimpanzé Passion, une mère indifférente et insensible, a démontré l’importance du comportement maternel et de l’attachement pour le bon développement des petits, tout comme c’est le cas chez l’homme.

Jane Goodall a constaté que les jeunes dépendaient pendant de nombreuses années de leur mère, car ils apprenaient par observation à se débrouiller seuls. Elle a étudié plus précisément le cas de Flint.

Flint était un chimpanzé qui, adolescent, continuait à téter et exigeait une attention constante de sa mère Flo. Bien âgée, Flo est décédée dans un accident. Flint a trouvé sa mère et, après l’avoir longtemps regardée, est retourné dans sa communauté. La dépression dont il semblait souffrir n’a fait qu’empirer et il a fini par arrêter de manger afin de mourir.

Le cas de Flint pourrait être extrapolé à l’étude de Spitz sur les effets de la séparation mère-enfant. La séparation peut provoquer une dépression anaclitique ou un syndrome d’hospitalisme chez l’enfant, pouvant entraîner la mort par marasme.

Une petite partie des découvertes de Jane Goodall a été décrite. Ce sont les découvertes les plus significatives et celles qui peuvent être le plus facilement liées à la compréhension du comportement humain.

Ses études ont servi de base à toutes les recherches ultérieures sur les chimpanzés. Ses recherches ont fait d’elle la primatologue la plus importante au monde. Grâce à ses recherches, elle a reçu de nombreux prix.

Les critiques du travail de Jane Goodall

À son entrée à l’université pour faire son doctorat, elle a été accusée de mal faire des recherches. Elle a été notamment critiquée pour avoir nommé les chimpanzés, car cela n’était pas scientifique et suggérait un anthropomorphisme. Beaucoup ont aussi critiqué le fait qu’elle leur attribuait des émotions et des personnalités différentes.

Ils ont été tentés de la discréditer à de nombreuses reprises pour le simple fait d’être une femme. Et ce, notamment lorsqu’elle a suggéré la similitude entre les humains et les primates. Les gros titres attribuaient son succès non pas à son travail incroyable, mais à ses magnifiques jambes ou à ses cheveux blonds.

Faisant fi des critiques, Jane Goodall en a utilisé certaines à son avantage. Notamment pour obtenir plus de financements et poursuivre ses études.

Il s'agit de Jane Goodall.

De chercheuse à activiste

Après le sommet de la Chicago Academy for Conservation où l’on pouvait voir l’impact de la déforestation, Jane Goodall a abandonné le travail sur le terrain et est devenue militante. Grâce à son combat pour la conservation de ces primates et de leur habitat, elle est considérée comme une “ambassadrice mondiale des chimpanzés”.

A cela, il faut ajouter les nombreux programmes éducatifs du Jane Goodall Institute et ses conférences pour sensibiliser les humains à l’impact de notre comportement sur la nature et promouvoir le respect. Peu importe son intelligence, elle considère que l’être humain n’est pas intelligent, car il détruit sa seule maison.

“Maintenant que nous avons enfin réalisé les terribles dommages que nous avons causés à l’environnement, nous utilisons notre intelligence pour trouver des solutions technologiques.”

-Jane Goodall-

Cela pourrait vous intéresser ...
Emmy Noether, biographie de la femme qui a révolutionné la physique
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Emmy Noether, biographie de la femme qui a révolutionné la physique

Découvrez l'histoire de Emmy Noether, la femme qui est encore considérée comme la plus grande mathématicienne de l'histoire.