La gratitude nous rend meilleur-e-s et plus fort-e-s : ce qu’en dit la science

17 octobre 2017 dans Curiosités 1 Partagés

La gratitude présente d’incroyables bienfaits pour celleux qui la pratiquent. Cultiver la gratitude non seulement nous aide à cultiver le bien-être émotionnel et à réguler le stress, mais a aussi des répercussions positives sur notre santé physique.

Il n’est pas si surprenant que la gratitude soit bénéfique pour la santé émotionnelle. En revanche, ce qui résulte un peu plus frappant, c’est que le fait d’être reconnaissant-e aide à améliorer la santé physique, surtout dans la culture du mens sana in corpore sano. En réalité, c’est une rue à double sens, puisqu’elle fonctionne aussi dans l’autre sens : corps sain dans un esprit sain.

La bonne nouvelle, c’est que quelle que soit la méthode que l’on utilise pour remercier, tout remerciement améliore d’une certaine manière notre santé. Il en est ainsi grâce aux stupéfiants effets neurologiques que la gratitude a sur nous.

De nombreuses études démontrent qu’exprimer et expérimenter de la gratitude augmente la satisfaction de celui/celle qui l’exprime, de même que la vitalité, l’espoir et l’optimisme. De plus, la gratitude contribue à diminuer les niveaux de dépression, d’anxiété, de jalousie et de stress liés au travail.
Partager

Une étude récente publiée en avril 2017 a mis au jour que les personnes qui expérimentent et expriment de la gratitude ont reporté moins de symptômes de maladie physique et une meilleure qualité de sommeil. Si les effets immédiats de la reconnaissance sont clairs, les auteur-e-s disent que la gratitude contribue aussi au succès à long terme dans les relations et le bien-être personnel.

femme dans un champ de fleurs rouges

La gratitude est bonne pour le fonctionnement cérébral

Une étude réalisée en 2009 par les Instituts Nationaux de Santé (NIH) aux Etats-Unis a mis au jour que l’hippocampe s’active quand on se sent reconnaissant-e-s ou lorsque l’on agit dans une intention altruiste. Même si cela peut résulter difficile à croire, cette étude soutient qu’on ne peut littéralement pas bien fonctionner sans la gratitude, car l’hypothalamus est la partie de notre cerveau qui régule d’importantes fonctions physiques telles que l’appétit, le sommeil, la température, le métabolisme et le développement.

La bonne nouvelle, c’est que la gratitude est addictive, dans le bon sens du terme. Les actes de bonté et de reconnaissance libèrent de grandes quantités de dopamine, une récompense naturelle qui fonctionne comme un stimulant pour continuer, motivé-e-s, à cultiver la reconnaissance.

Mais ce n’est pas tout ; les résultats des études menées sur les bénéfices de la gratitude montrent que ces effets neurologiques ouvrent des portes vers bien des bénéfices pour la santé physique et mentale.
Partager

La reconnaissance améliore la santé et diminue les niveaux de douleur physique

Il peut être difficile de croire qu’une chose aussi simple que le fait d’être reconnaissant-e puisse soulager la douleur physique. Cependant, c’est complètement certain ; bien des études le soutiennent. Par exemple, selon une étude de 2012 publiée dans Personality and Individual Differences, les personnes reconnaissantes expérimentent moins de douleurs et disent se sentir en meilleure santé que les autres.

Dans la mesure où la gratitude favorise la libération de dopamine, elle peut aussi aider à améliorer la douleur physique. Il en est ainsi car la dopamine est un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans le traitement de la douleur et son effet analgésique est très important.

De plus, l’étude en général a mis au jour que les personnes reconnaissantes manifestent également un plus grand intérêt à prendre soin de leur santé et font plus d’exercice physique. De fait, les personnes qui cultivent la gratitude font de l’exercice plus fréquemment et sont plus à même de faire des bilans médicaux, ce qui contribue probablement à leur longévité.

D’un autre côté, il a aussi été constaté qu’en ce qui concerne la santé physique, la gratitude peut faire baisser la pression artérielle et améliorer la fonction immunitaire. De plus, la gratitude s’associe à des niveaux plus hauts de bon cholestérol (HDL) et des niveaux plus bas de mauvais cholestérol (LDL).

On associe aussi la gratitude à une diminution des niveaux de créatinine, un indicateur de la capacité des reins à filtrer les résidus du flux sanguin. De plus, elle réduit les niveaux de protéine C réactive, un marqueur de l’inflammation cardiaque et des maladies du coeur.

La gratitude améliore le sommeil

Une des raisons pour lesquelles la gratitude améliore aussi bien le bien-être émotionnel que physique, c’est qu’elle améliore en grande mesure la qualité du sommeil. De nombreuses études scientifiques menées sur la gratitude en sont arrivées au même résultat : la gratitude augmente la qualité du sommeil, diminue le temps que l’on met à trouver le sommeil et rallonge sa durée.

femme endormie avec son chat

Comme nous le mentionnions précédemment, le sommeil est une des nombreuses facettes vitales contrôlées par l’hypothalamus. Etant donné que la gratitude l’active, le sommeil est connecté à bien des fonctions physiques telles que celles liées à l’anxiété, la dépression, la douleur et le stress, sans oublier le système immunitaire.

La clé, c’est ce qui réside dans votre esprit quand vous essayez de trouver le sommeil. Si vous êtes préoccupé-e ou s’il y a quelque chose qui génère en vous de l’anxiété, le niveau de stress dans votre corps augmente, réduisant la qualité du sommeil et vous maintenant éveillé-e. Mais si vous pensez à ces choses pour lesquelles vous vous sentez reconnaissant-e, vos pensées induiront une réponse de relaxation, ce qui vous aidera à trouver le sommeil.

La gratitude soulage le stress

Mieux dormir implique d’être plus relaxé-e, ce qui non seulement est bon pour notre santé mentale, mais aussi pour notre coeur et notre système nerveux, puisqu’il nous aide à mieux gérer le stress.

Dans une étude réalisée en 2007 sur les bénéfices de la gratitude auprès de patient-e-s souffrant d’hypertension, les résultats ont montré une diminution significative de leur pression artérielle systolique. Cette étude a aussi mis au jour qu’écrire dans un journal de gratitude peut réduire la pression artérielle de 10%.

D’autres études ont prouvé que la gratitude aide à diminuer les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Elle est aussi liée à des niveaux plus hauts de variabilité de la fréquence cardiaque, un bon marqueur de l’état de santé qui peut aider à diagnostiquer les états de stress.

Il a également été démontré que la gratitude nous rend plus résistant-e-s aux traumatismes et aux événements stressants, et qu’elle aide à la récupération après un traumatisme.

La gratitude réduit l’anxiété et la dépression

De nombreuses études menées sur les bénéfices de la culture de la gratitude ont démontré que tenir un journal de gratitude, ou écrire et envoyer des notes de remerciement, peut augmenter notre bonheur à long terme de plus de 10%. En ce sens, une étude réalisée en 2005 a aussi montré que la tenue d’un journal de gratitude a diminué la dépression de plus de 30% pendant la durée de l’étude.

Une autre étude plus récente a mis au jour que tous les sujets anxieux et en dépression qui ont participé à une expérience d’écriture de lettres de remerciement ont montré des changements significatifs dans leur comportement.

Plus encore, au travers de tests IRM, il a été prouvé que non seulement il y avait une augmentation dans la modulation neurale, provoquée par des changements dans le cortex préfrontal médial, mais que les sujets étaient aussi davantage capables de gérer les émotions négatives (telles que la culpabilité) et étaient plus disposés à être utiles, empathiques et aimables.

danseuse entourée de lumière

Une autre étude, réalisée en 2012 par des chercheur-se-s chinois-es, a mis au jour que la gratitude a un effet profond sur le sommeil, avec des implications très positives pour les sujets anxieux et en dépression.

Les chercheur-se-s ont prouvé que chez les sujets en dépression, la quantité et la qualité du sommeil ne sont pas liées aux ponctuations de dépression plus basses, ce qui est associé au fait que la gratitude soulageait leurs symptômes dépressifs et peu importe combien ou comment dormait le/la patient-e. Cela suggère qu’un des bénéfices de la gratitude peut être la diminution des symptômes liés à la dépression.

Cependant, chez les sujets anxieux, le sommeil et l’anxiété réduite sont associés, ce qui a mené à la conclusion que les ponctuations d’anxiété plus basses ont été le résultat d’un sommeil sain. Même si le résultat a été indirect, la reconnaissance a aussi conduit à un meilleur sommeil, ce qui à son tour a mené à la réduction de l’anxiété.

La gratitude augmente votre énergie et votre vitalité

Avec tout ce que nous venons de voir, il n’est pas surprenant d’apprendre que la gratitude nous rend plus fort-e-s, aussi bien physiquement que mentalement. D’une part, la gratitude nous mène à être en meilleure santé et, d’une autre, elle nous aide à être plus optimistes et à avoir plus d’énergie vitale.

L’étude sur la gratitude a démontré à plusieurs reprises que les gens reconnaissants ont des niveaux d’énergie plus hauts, sont plus relaxés, plus heureux et en meilleure santé. Cela nous mène à la conclusion qu’être reconnaissant-e a le potentiel de rallonger notre vie utile.

Il se peut que, par les temps qui courent, vous pensiez que vous n’avez pas de raisons d’être reconnaissant-e. Mais, avez-vous pris le temps de vous dire que si vous avez cette impression, c’est peut-être parce que vous n’avez pas été suffisamment reconnaissant-e pour ce que vous avez ?
Partager

A découvrir aussi