Escroquerie et mensonge, en quoi sont-elles différentes ?

Mentir n'est pas la même chose que l'escroquerie, même s'il s'agit de concepts qui vont de pair.
Escroquerie et mensonge, en quoi sont-elles différentes ?

Dernière mise à jour : 01 novembre, 2021

La relation entre l’escroquerie et le mensonge, légalement, est très intéressante. Comme indiqué dans la loi, ceux qui, à des fins lucratives, trompent suffisamment une autre personne pour la faire tomber dans l’erreur et accomplir un acte de disposition (donner de l’argent, par exemple) au détriment d’eux-mêmes ou d’un tiers commettent une fraude.

En outre, la majorité de la doctrine considère que le bien juridique protégé en l’espèce est le patrimoine. Il s’agit de l’ensemble des marchandises qui sont sous le pouvoir d’aliénation d’une personne. Et cela est également compris par la loi, qui ne considère pas le crime de fraude consommé tant que des dommages matériels ne se produisent pas.

Ainsi, à travers la définition susmentionnée, celle poursuivie dans le Code criminel, nous trouvons les éléments qui développent criminellement ce crime : escroquerie, erreur, acte de disposition patrimoniale, motif de profit et préjudice.

De ce point de vue, le mensonge peut être compris comme un élément des plus déterminants. Cependant, la relation entre l’escroquerie et le mensonge est assez complexe. Explorons les différences entre les deux concepts.

Le mensonge et l'escroquerie.

Le crime d’escroquerie et de tromperie

Lorsqu’il est dit que le mensonge est l’un des éléments fondamentaux du crime frauduleux, il doit être compris comme une incongruité entre la réalité et ce que dit l’escroc. De cette façon, l’auteur du crime, lorsqu’il établit le contact avec la victime, est conscient que ce qu’il dit n’est pas vrai ; il agit intentionnellement.

Attention, mentir n’est pas la même chose que l’escroquerie, même s’il s’agit de concepts qui vont de pair. Un manque de vérité entre ce qui est pensé et ce qui est dit est un mensonge, et le mensonge en tant que tel n’est pas la tromperie typique du crime de fraude.

Comme mentionné ci-dessus, il est essentiel que le mensonge soit suffisant pour induire la victime en erreur. Cela signifie que l’escroc doit avoir planifié et exécuté la tromperie d’une manière crédible. Par exemple, exagérer une situation personnelle tragique pour demander un prêt à un ami ou mendier n’est pas une arnaque, même si l’argent a finalement été obtenu.

La doctrine a considéré que pour être considérée comme apatride, la manœuvre de fraude (tromperie) doit sembler réelle. Elle doit sembler suffisamment grave pour qu’une personne ayant des connaissances, une perspicacité et une intelligence moyenne puisse le croire.

Donc, acheter des sachets de thé dans un marché aux puces en croyant que c’est ainsi que l’amour sera trouvé n’est pas une arnaque. Mais s’il s’agissait d’enfants, de personnes âgées, aussi de personnes sans études ou handicapées, ce serait un crime de fraude. C’est parce que ce sont des personnes présentant une vulnérabilité particulière qui pourraient facilement croire ce qu’une personne de capacité moyenne comprend comme une tromperie.

La fraude et l'escroquerie.

Le devoir d’autoprotection

La loi, en établissant comme élément nécessaire que la tromperie est grave et crédible, établit ce qu’on appelle le devoir d’autoprotection. Cette situation a causé des problèmes parce que, en général, dans les crimes frauduleux, la victime montre généralement une personnalité marquée par la crédulité, la confiance et la bonne foi.

Où est la limite entre l’exécution d’une véritable tromperie crédible et la bonne foi d’une personne lorsqu’elle croit à un mensonge pour déterminer s’il s’agit d’une arnaque ou non ?

Pensons que, si une personne paie une grande somme d’argent pour des sachets de thé pour trouver l’amour pendant 10 ans, et voulait finalement le signaler, le vendeur des sacs ne serait pas reconnu coupable d’escroc parce que ce ne serait pas une tromperie assez grave et crédible. Une personne qui a une capacité et une intelligence moyennes ne croirait que cette formule peut fonctionner.

Cependant, la situation personnelle de chacun peut varier. Une personne, même si elle ne fait pas partie du groupe de vulnérabilité spéciale, peut se trouver dans une situation délicate qui la pousse à tomber dans une arnaque. Par exemple, donner de l’argent à quelqu’un qui prétend faire de la magie pour guérir une maladie terminale d’un parent dans une situation désespérée.

Les limites du devoir

Ainsi, des limites sont établies sur le devoir d’autoprotection. Afin de pouvoir analyser s’il s’agit d’une arnaque, dans certains cas, il est nécessaire d’enquêter sur la situation personnelle de la victime. Ainsi que comment l’auteur a développé la tromperie, et en général les circonstances qui ont provoqué les événements.

Par exemple, si un professionnel qui travaille dans une banque est trompé lors de la signature d’un prêt, il peut ne pas être en mesure de signaler les faits comme un crime de fraude. C’est parce que c’est une personne experte qui a le devoir de savoir se protéger dans son travail.

D’autre part, si la même tromperie était faite devant une personne qui n’a pas ce devoir de protection, cela pourrait être une arnaque. Même si elle n’est pas une personne particulièrement vulnérable.

Cela pourrait vous intéresser ...
La sociotropie, quand s’impliquer trop avec les autres finit mal
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
La sociotropie, quand s’impliquer trop avec les autres finit mal

Connaissez-vous la sociotropie ? Ce trait pathologique entraîne ceux qui en souffrent à trop rechercher l'approbation des autres.



  • Código Penal, artículos 248.1 y 249.
  • LO 1/2015 por la que se modifica la Ley Orgánica 10/1995, de 23 de noviembre, del Código Penal.
  • Teoría del delito, manual práctico para su aplicación en la teoría del caso. Frank Almanza Altamirano y Óscar Peña Gonzáles.