Animaux sauvés : comment choisir son meilleur ami ?

Les animaux de compagnie sauvés sont des animaux qui vous aimeront et vous seront fidèles toute leur vie. Un animal qui a souffert d'une situation de rue vous remerciera toujours de l'avoir sauvé. Connaissez-vous les conditions pour adopter un animal de compagnie ?
Animaux sauvés : comment choisir son meilleur ami ?

Dernière mise à jour : 19 mai, 2021

Les animaux de compagnie sauvés sont parfois des animaux complexes en raison de leur historique d’apprentissage. Ils ont déjà quelques années de vie et, dans de nombreux cas, ils ont appris que les gens peuvent devenir une menace.

D’un autre côté, les chiens – sauvés ou non – sont des animaux de compagnie qui aiment généralement interagir avec les gens. Cela ne veut pas dire qu’ils sont avec nous 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Les animaux, comme nous, ont également besoin de leur espace.

Un espace qu’ils trouveront chez eux, mais qu’ils ont également besoin de trouver à l’extérieur, d’où la nécessité de les sortir. Ils ont besoin de courir et de se défouler et, en ce sens, ils ne sont pas différents de nous.

Donc, si vous envisagez d’en adopter un, réfléchissez d’abord à la manière dont vous comptez répondre à ses besoins. Les promeneurs de chiens sont une excellente option, mais vous devez les voir comme une charge financière supplémentaire.

L'engagement envers les animaux sauvés.

1. Animaux sauvés : un engagement à long terme

Quels sont vos projets de vie ? Si vous êtes à l’université, prévoyez-vous de rentrer chez vos parents ? À quoi ressemblera votre vie après l’université ? 10 heures de travail ? Sortir avec des amis tous les soirs après le travail ?

Vous devriez considérer quels seront vos projets à long terme avant d’adopter. Les chiens peuvent vivre plus de 10 ans,. Assurez-vous de trouver un chien qui s’intègre également dans vos projets futurs.

2. Pouvez-vous payer les frais ?

Les associations de protection des animaux ne reçoivent pas de subventions financières. Elles vivent de l’aide financière des particuliers. Lors de l’adoption, des honoraires ou un don sont demandés pour couvrir les frais vétérinaires de l’animal pendant qu’il a été sous leurs soins.

Vous devez garder à l’esprit que les animaux sauvés nécessitent certaines dépenses minimales. Même si vous le chien est “gratuit”, vous devrez payer sa nourriture et ses soins vétérinaires. Voici quelques-uns des coûts liés à l’adoption et à la possession d’un chien :

  • Les frais fixes comprennent les frais d’adoption, la nourriture pour chien – le montant varie en fonction de la taille du chien.
  • Collier, laisse et puce d’identification.
  • Jouets et os.
  • Lit pour chien.
  • Contrôle médical annuel et vaccination.
  • Prévention mensuelle contre les puces et les tiques (dépend de la taille du chien).
  • Frais optionnels : bains périodiques, cours de formation, police d’assurance, passeport européen.

3. Un chiot est-il vraiment un meilleur choix qu’un chien plus âgé ?

Considérez les avantages relatifs de l’adoption d’un chiot, d’un jeune chien ou d’un chien adulte. Les chiots, par exemple, demandent beaucoup de travail pour inculquer certaines habitudes. De plus, ils mordent sans cesse parce qu’ils font leurs dents.

Ainsi, si vous ne voulez pas que vos affaires soient mordues ou si vous n’avez ni le temps ni l’argent pour entraîner un chiot, envisagez d’adopter un chien adulte. Les chiens plus âgés ont également besoin d’une maison ! Et ils présentent de nombreux avantages : ils sont entraînés à la propreté, obéissants et ils ont besoin de faire moins d’exercice.

4. Animaux sauvés et socialisation : est-ce qu’il vaut mieux adopter un chien qu’un chiot ?

Beaucoup de gens disent préférer un chiot parce qu’ils veulent s’assurer que ce sont eux qui les éduquent. Aussi, en principe, il semble à beaucoup qu’un chiot est un chien plus approprié dans un contexte où il y a des enfants.

Peu importe que vous décidiez d’acheter un chiot à un éleveur ou d’adopter un chiot dans un refuge pour animaux de compagnie. Dans les deux cas, la première étape consiste à trouver un éleveur ou un centre de secours.

Une partie importante de l’adoption consiste à présenter le test que les agences de protection fournissent normalement aux adoptants potentiels. Elles vous poseront des questions sur vos loisirs et sur votre logement afin de trouver le chien qui correspond le mieux à vos conditions.

À partir de ce point, vous devez formuler une demande à l’agence. Cette dernière vous contactera ensuite pour organiser un rendez-vous et expliquer le processus d’adoption.

5. Souffrance : les animaux  sauvés portent de lourds bagages

Il est vrai que certains animaux sauvés ont leurs peurs et leurs problèmes de comportement en raison de l’expérience qu’ils ont vécue. Ces mêmes problèmes peuvent survenir même si vous choisissez d’acheter un chiot à un éleveur.

Êtes-vous prêt à faire face à d’éventuels problèmes ? Êtes-vous prêt à demander une aide professionnelle si nécessaire ? Ne vous attendez pas à ce que votre nouvel animal soit parfait. Personne n’est parfait !

Dresser les animaux sauvés.

6. Aurez-vous le temps de former votre animal ?

Dresser votre chien n’est pas une option, c’est une obligation. Beaucoup de gens qui ont un chien ont une idée de la façon dont ils veulent que ce chien se comporte. Les émissions de télévision et les films projettent “l’image d’un chien parfait” sur la société. Ce chien parfait court sans laisse, vient lorsqu’il est appelé et n’a jamais d’ennuis !

Mais le fait est que les chiens qui se comportent de cette façon ont passé de nombreuses heures à s’entraîner. Les chiens ne sont pas nés pour comprendre les gens, c’est notre travail de les entraîner à nous comprendre et à ne pas créer de situations dangereuses. Le degré auquel nous devrons former un chien dépendra de son historique d’apprentissage.

En somme, de nombreux animaux ont besoin de votre aide. Les animaux abandonnés, blessés ou maltraités attendent une famille d’accueil qui les aime. Si vous vous engagez à être un bon maître et que vous êtes déterminé à adopter, vous pouvez consulter le site des refuges d’animaux et vous rendre dans ces centres d’accueil.

Cela pourrait vous intéresser ...
Vivre avec le trouble de la personnalité limite
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Vivre avec le trouble de la personnalité limite

Le trouble de la personnalité limite est peu fréquent et détecté chez environ 2% de la population. Cet article est consacré à ce sujet.



  • Castañeda-Hidalgo, H. (2011). Contra el maltrato de los animales. CienciaUAT. Volumen 5, Numero 4. Pp. 8-11
  • Fernandez, L. (2013). El maltrato animal desde un punto de vista criminológico. Derecho y Cambio Social. Año 10, Número 33.
  • Cendón, M.; Holm, A. (2012). Abandono de animales de compañía. Deontología y veterinaria legal. Universitat Autonoma de Barcelona.