Pourquoi vos enfants n’acceptent pas un non comme réponse

10, janvier 2017 dans Psychologie 102 Partagés

Les enfants nous mettent à l’épreuve à chaque instant. Ils essayent constamment de mettre à l’épreuve les limites que nous leur imposons. Un « non » en tant que réponse n’est pas suffisant pour eux, qui veulent toujours plus de tout, et peu importe ce que ce soit du moment que cela leur plaise. Défier les règles et nous mettre à l’épreuve en tant que parents ou éducateur-trice-s est pour eux un défi palpitant.

L’une des tâches les plus épuisantes lorsqu’on est père ou mère est sans aucun doute la lutte que suppose le fait de maintenir des limites, de faire respecter les règles et de maintenir la discipline. Le pire de tout étant que, plus vous dites non, plus les enfants se mettent en quatre pour avoir ce qu’ils veulent, au cas où nous cédions par pur ennui.


« Le chien dit à l’os : Si tu es dur, sache que j’ai le temps. »

-Anonyme-


Pourquoi les enfants font-ils cela ?

Les enfants se comportent ainsi parce qu’ils ont besoin d’expérimenter, d’explorer des chemins pour savoir lequel est le bon pour avoir ce qu’ils veulent. Dans le fond, nous devrions nous réjouir de les voir agir de la sorte, car c’est une façon de faire preuve d’anti-conformisme devant ce qu’ils n’aiment pas ou ce qu’ils ne considèrent pas comme adéquat. Ils n’ont bien sûr ni l’âge ni les critères pour savoir ce qui est ou non adéquat, mais au moins ils font preuve de caractère et de détermination, au lieu de montrer de la soumission.

padre-diciendo-no-a-su-hijo

Mais ce comportement est aussi une façon de répondre, pour les enfants, aux faiblesses de leurs parents. Si les enfants ont détecté de l’inconsistance dans les normes ou un manque de cohérence entre les différentes personnes chez qui ils vivent ou qui les éduquent, ils vont essayer d’en tirer profit. Un peu comme ce que font les avocats dans les tribunaux, mais les enfants vont le faire selon leur propre intuition.

La clé pour maintenir les choses à leur place est la concordance et la cohérence, c’est-à-dire faire ce qu’on a dit qu’on lui ferait, sans tergiverser. Avec cohérence, les tests de limites se réduisent au minimum, puisque les enfants apprennent que les normes établies à travers les mots ont un corrélat parallèle dans la réalité.

Renforcement à raison variable pour nos enfants

Les enfants dont les parents ne sont pas cohérents ont tendance à maintenir les limites et les règles à l’épreuve, avec l’espoir de les faire fléchir. Quand les enfants perçoivent que les règles se font seulement respecter de temps en temps et que le fait qu’elles se fassent respecter ou non est dû au hasard, ils vont essayer de faire exploser ce hasard en insistant jusqu’à ce que la norme se brise.

Les psychologues appellent cela le principe de renforcement à raison variable. Pensez à un rat qui pousse un levier par lequel on lui offre de la nourriture. Si le levier qui offre cette nourriture le fait à intervalles fixes, c’est-à-dire prévisibles, le rat saura exactement à quel moment il aura à manger. Il ne s’attendra pas à avoir de la nourriture en dehors de ces périodes.

Mais si le levier fournit de la nourriture à des intervalles imprévisibles (variables), le rat ne saura pas s’il aura de la nourriture après l’avoir poussé, et il continuera donc à pousser avec l’espoir de voir sortir des aliments.

Avec les enfants et les limites, il se produit à peu près la même chose. Quand la réponse des parents à une situation est incohérente, et par conséquent imprévisible, cela motive les enfants à continuer d’essayer d’avoir ce qu’ils veulent jusqu’à ce qu’ils aient la réponse qu’ils cherchent. Ainsi, il n’y a rien de mieux pour maintenir une bonne conduite qu’un renforcement à raison variable, quelque chose qu’ignorent beaucoup de parents quand ils finissent par céder.

En premier lieu, il faut dépasser l’incohérence parentale

L’incohérence des parents se produit normalement pour plusieurs raisons. Un des motifs d’incohérence parentale peut être dû au manque d’attention et de compréhension en tant qu’éducateurs. C’est-à-dire qu’ils ne se rendent pas compte de l’incohérence de leur comportement. Cela fait que la situation est à chaque fois plus compliquée, puisque les parents sont incapables de comprendre leur responsabilité et leur capacité d’influence face à la situation.

padres-enfadados

Un autre motif qui explique l’incohérence parentale est la paresse ou l’inconfort que suppose le fait de continuer à aller de l’avant avec les conséquences que cela implique. Ainsi, ces conséquences changent en fonction des intérêts des parents, et les secondes et troisièmes opportunités se mettent donc à se profiler. Les enfants comprennent tout de suite ce schéma de pensée et jouent avec lui, en faisant face à leur parents ou en les rendant responsables, ce qui mène à une situation insoutenable.

Une autre raison qui explique l’incohérence parentale est que les parents ne peuvent pas aller de l’avant avec les conséquences car c’est hors de contrôle, ou bien parce que la personne qui est en charge des enfants ne respecte pas ou ne fait pas respecter la discipline indiquée, ou bien parce qu’une conséquence non-viable est possible.

Considérations finales

Si en tant que père ou mère vous voulez réussir à faire accepter un non comme réponse à votre enfant lorsque vous lui dites non ou ça suffit, vous devez fixer des normes claires, dont il soit au courant, et bien énoncer les conséquences. Toujours les mêmes, et proportionnelles ; les premières qui vous passent à l’esprit ne sont pas valables, il faut que vous preniez un peu de temps pour bien y réfléchir. Enfin, vous devez faire un suivi constant de la concordance entre ce qui est dit et ce qui va être fait.

Si le problème de l’incohérence vient du fait que toutes les personnes responsables de vos enfants ne sont pas vraiment responsables, ne désespérez pas. Faites en sorte que vos enfants sachent clairement ce qu’il leur arrivera s’ils ne respectent pas les normes quand ces personnes ne sont pas là. Pensez aussi que vous devrez peut-être éduquer ces adultes irresponsables.

Si vous assumez votre rôle d’éducateur, coûte que coûte, vos enfants vous verront comme une référence et vous maintiendrez votre autorité. Si quelqu’un ne trouve pas cela bien – et ce sera le cas de bien des personnes – ce n’est pas votre problème. Votre problème, c’est votre enfant. Votre obligation est de l’éduquer, pas de faire plaisir à quelqu’un-e qui ne vous respecte pas ou d’accorder de la validité et du crédit aux attitudes vagues et incohérentes.

A découvrir aussi