Profil psychologique d'Hitler : 7 clés de sa personnalité

Le rapport psychologique sur Adolf Hitler, réalisé en 1943, comptait plus de 1000 pages. Découvrez quelles étaient les caractéristiques psychologiques de ce dictateur.

Dernière mise à jour : 04 septembre, 2021

“C’est un masochiste invétéré”. Telle est la conclusion du rapport produit par la CIA en 1943 après avoir chargé un groupe d’experts de réaliser un profil psychologique d’Hitler. L’analyse – qui devait compter plus de 1 000 pages mais a finalement été réduite à 229 – était la première tentative pour comprendre l’esprit de l’une des figures les plus dévastatrices de l’histoire moderne.

Le rapport a bénéficié de la collaboration de plusieurs personnalités de l’époque. Le Dr Henry Murray, psychologue américain et professeur à Harvard, et Joseph McCurd, universitaire de l’université de Cambridge, ont été les plus importants.

Toutefois, il convient également de mentionner la collaboration du psychanalyste Walter C. Langer. Langer, qui a pu obtenir de précieuses données de première main. Aujourd’hui, des ouvrages tels que The Mind of Adolf Hitler : The Secret Wartime Report (L’esprit d’Adolf Hitler : le rapport secret de la Seconde Guerre mondiale) contiennent une grande partie de ces connaissances psychologiques, que nous allons maintenant analyser.

“D’après ce que nous savons de sa psychologie, il est possible qu’il se suicide en cas de défaite. Il est probablement vrai qu’il a une peur démesurée de la mort mais, étant un psychopathe, il ne supporterait pas l’image d’être vaincu.”

-William L. Langer-

Comment le profil psychologique d’Hitler a-t-il été établi ?

C’est la première question qui peut venir à l’esprit : Adolf Hitler s’est-il volontairement soumis aux entretiens, évaluations et autres tests cliniques permettant d’établir un rapport psychologique ? La réponse, bien sûr, est non.

Tout d’abord, il convient de noter quelque chose d’important. C’est l’Office of Strategic Services (l’ancêtre de la CIA) qui a demandé ce travail en 1938.

Il a fallu environ deux ans pour compiler toutes les données, recueillir des informations et des documents qui ont été organisés dans ce que l’on appelle le “Hitler Sourcebook”. Les récits de première main de personnalités telles que les suivantes sont particulièrement remarquables :

  • William Patrick Hitler, neveu d’Adolf Hitler lui-même.
  • Eduard Bloch, le médecin de famille.
  • Ernst Hanfstaengl, un ami proche qui a fini par perdre sa relation avec lui.
  • Hermann Rauschning, conservateur allemand qui a travaillé brièvement avec Hitler.
  • La princesse Stéphanie von Hohenlohe, amie du dictateur.
  • Otto Strasser, un des premiers membres du parti nazi.
  • Friedlinde Wagner, fille du grand compositeur Richard Wagner.
  • Kurt Lüdecke, un autre membre du parti nazi qui a fini par quitter le parti en raison de ses désaccords avec Hitler.

S’il est vrai qu’aucun des psychologues et psychiatres qui ont dressé le profil psychologique du dictateur ne l’a rencontré en personne, ils disposaient d’un matériel abondant. Tant les entretiens avec les personnes susmentionnées que les documentaires audiovisuels les ont aidés à faire cette évaluation.

Que dit le rapport rédigé par les experts ?

C’est en 2005 que le fameux rapport de l’Office of Strategic Services, réalisé par les universités d’Harvard et de Cambridge, a été déclassifié. Cet ouvrage peut maintenant être consulté à l’université Cornell et a été catalogué sous le titre “Analyse de la personnalité d’Adolph Hitler : avec des prédictions sur son comportement futur et des suggestions pour traiter avec lui maintenant et après la capitulation de l’Allemagne“.

Voici les conclusions auxquelles ils sont parvenus.

1. Schizophrénie paranoïde

Les travaux de Murray, MacCurdy et Langer portaient spécifiquement sur la schizophrénie, la névrose et l’hystérie. Ils l’ont décrit comme incapable d’entretenir des relations sociales durables, agissant comme un personnage inadapté et terriblement vindicatif. Il méprisait les gens et nourrissait un haut niveau de ressentiment.

En outre, tous ceux qui l’ont connu ont expliqué qu’il avait une forte tendance à la colère hystérique. Il était immédiatement frustré et passait sa rage sur les autres.

D’autre part, il convient de noter que Hitler a toujours fait preuve d’une conviction paranoïaque selon laquelle il avait été choisi par Dieu et la providence pour libérer le peuple allemand des Juifs. Selon de nombreux témoins, il a même affirmé que des voix lui disaient ce qu’il devait faire à tout moment. Cela renforce l’hypothèse de la schizophrénie.

2. Le complexe du Messie : l’obsession d’être un grand sauveur

Le complexe du Messie n’apparaît dans aucun manuel de diagnostic. Cependant, il décrit un type de comportement que l’on peut observer chez les personnes qui nourrissent des idées délirantes.

Le profil psychologique d’Hitler parlait de son obsession à sauver l’Allemagne de tout ce qu’il considérait comme pernicieux.

Adolf Hitler croyait que l’Allemagne était un peuple supérieur et que sa mission était de le mener en croisade contre le mal incarné qu’étaient les Juifs.

3. Narcissisme contractuel

Le narcissisme contractuel ou collectif définit un trait dans lequel la personne renforce un amour de soi disproportionné pour une entité qu’elle considère comme son ingroup. Cette idée est liée au complexe du Messie.

Ainsi, Hitler a également fait preuve d’une passion démesurée pour son propre collectif, au point de vouloir détruire tout ce qui n’était pas conforme à ses idéaux.

4. Faible estime de soi et dégoût de soi

Un point sur lequel tous les experts qui ont collaboré à ce rapport étaient d’accord est le sentiment évident d’infériorité du Führer. Tout au long de son enfance et de sa vie d’adulte, il a toujours nourri un remarquable mépris de soi pour son apparence physique.

Cette haine de soi était également projetée sur les autres. Il détestait en effet toute personne qui semblait fragile ou faible.

5. Masochisme, paraphilies et manque d’empathie

De nombreux amis et proches du dictateur ont parlé de son manque d’empathie, de ses goûts masochistes et de ses relations abusives. Bien que sa sexualité ait toujours été remise en question, il semblait apprécier les pratiques morbides.

D’autre part, en 2003, Theodore Dorpat, un psychiatre de Seattle, a publié un article intitulé Wounded Monster dans lequel il parle précisément de cette tendance sadomasochiste et de son indifférence à la douleur humaine comme d’un résultat possible d’un traumatisme de l’enfance.

6. Psychose et abus d’amphétamines

Il s’agit d’un fait intéressant qui faisait également partie du profil psychologique d’Hitler. On a supposé qu’une partie de ses délires paranoïaques et de ses épisodes psychotiques était peut-être due à l’abus d’amphétamines.

L’infirmière Renate Heston a rapporté qu’Hitler prenait des amphétamines comme le Pervitin, ainsi que divers médicaments stimulants.

7. Le profil psychologique d’Hitler : charismatique et manipulateur

Adolf Hitler a eu un grand impact sur les masses. Dans de nombreux documents graphiques et audiovisuels disponibles, on peut voir que son pouvoir de manipulation et son charisme frappant ont un impact sur les gens. Cela s’explique également par la grande confiance en soi qu’il avait quant à son rôle dans le monde, quant à sa responsabilité à cette époque.

Dieu – ou les voix qui lui parlaient – lui ont fait comprendre que son rôle dans le monde était de sauver l’Allemagne. C’est cet idéal, cette motivation qui l’a guidé pour être toujours convaincant et ferme aux yeux de ses adeptes.

Hitler était connu pour souffrir d’insomnie chronique, et lorsqu’il parvenait à dormir, il faisait de violents cauchemars. Il était également fréquent que ses voix lui parlent pendant ses longues promenades en solitaire.

Une analyse à suivre…

Le Führer est peut-être l’un de ces personnages qu’une grande partie de la société accepterait de faire disparaître de notre histoire. Le génocide de masse est là, avec toutes ces images qui restent gravées dans nos esprits à cause de l’horreur, de l’irrationalité, du désastre humanitaire… Par conséquent, malgré le fait que le profil psychologique d’Hitler n’ait pas été réalisé dans des conditions idéales et adéquates, nous ne pouvons pas sous-estimer ces hypothèses.

Nous ne saurons jamais vraiment ce qu’il y avait dans l’esprit du dictateur allemand. Nous savons néanmoins quels ont été ses actes et ce que les témoins qui ont partagé sa vie ont dit. Les récits, rapports et recherches sur sa personnalité ne cesseront jamais pour tenter de comprendre les raisons de tout ce qui s’est passé.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
Walter C. Langer, le psychanalyste freudien qui a dressé l’analyse d’Hitler

Découvrez le rapport de Langer resté secret pendant 30 ans, un rapport qui révèle l'analyse psychologique d'Hitler. Qui était donc ce psychanalyste...



  • Koepf, G. & Soyka, M. (2007) Hitler’s missing psychiatric file. European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience; 257(4).
  • Murray, H.A. (1943). Analysis of the personality of Adolf Hitler. With predictions of his future behavior and suggestions for dealing with him now and after Germany’s surrender.
  • Stewart, D. (2005) Inside the mind of Adolf Hitler. BBC.
  • Vernon, W. H. D. Hitler, the man – notes for a case history. In: The Journal of Abnormal and Social Psychology, Volume 37, Issue 3, July 1942, P. 295–308; compare Medicus: A Psychiatrist Looks at Hitler. In: The New Republic, April 26th, 1939, P. 326–327.