Narcissisme numérique : la recherche incessante de soi

Certaines personnes deviennent dépendantes des likes et des commentaires sur leurs publications et finissent par créer un personnage fictif qui ne correspond pas à leur réalité. Nous parlons ici de narcissisme numérique.
Narcissisme numérique : la recherche incessante de soi

Dernière mise à jour : 24 juin, 2022

Les réseaux sociaux sont comme des scènes, des espaces dans lesquels chacun de nous interprète son meilleur rôle – ou du moins celui qui nous intéresse à certains moments. Nous nous montrons parfois drôles. D’autres fois sérieux et réfléchis, peut-être amoureux de l’art et des petits détails ou simplement assez audacieux pour partager certaines nuances de notre intimité. C’est l’ère numérique : un réseau de spectacles sociaux dans lequel le moi est le principal protagoniste.

Nous vivons à une époque où l’égocentrisme est fort, notamment dans les médias numériques. Preuve en sont les milliers et les milliers de selfies, de posts de voyage, de repas ou d’achats en tous genres dont nous sommes les stars en échange de likes, de followers et de commentaires.

C’est la magie de l’interaction. Ce petit effet qui procure un certain bien-être, même si ce n’est que pour quelques secondes. En fait, si Narcisse, le personnage de la mythologie grecque, était vivant, ses réseaux sociaux seraient sûrement inondés de selfies pour montrer sa beauté et sa perfection.

On le voit, les technologies de l’information nous influencent tant au niveau social qu’individuel. Et l’une de ses conséquences est la multiplication du narcissisme numérique. Voyons cela plus en détail.

“Qui ne vit que pour lui-même, est mort pour les autres.”

-Publius syrien-

narcissisme numérique

Réseaux sociaux : scénarios de masque

Nous aimons tous plus ou moins recevoir des compliments. Se faire dire à quel point nous sommes beaux, à quel point ce que nous portons nous va bien ou simplement recevoir un commentaire positif sur quelque chose que nous avons fait est généralement bien reçu.

Il n’y a là en réalité rien de spécial, c’est tout à fait normal. Cela peut nous aider à nous sentir mieux ou à améliorer certains aspects de nous-mêmes. Le problème survient lorsque nous devenons dépendants de ce type de comportement. Autrement dit, lorsque nos actions sur les réseaux sociaux visent à obtenir ces retours et commentaires positifs. Nous finissons alors par en devenir esclaves.

Nous publions, publions et publions…  Peu importe quoi, quand, et même des moments intimes pour faire partie de la société du spectacle, celle dans laquelle de nombreuses personnes entretiennent la croyance inconsciente qu’elles n’existent que si on les voit et reconnait.

En fait, nous connaissons la pratique consistant à rendre l’intime public sous le nom d’extimité. Un concept qu’utilisa le médecin psychiatre et psychanalyste Lacan pour désigner ce qui pousse chacun à montrer une partie de sa vie intime, tant physique que mentale.

Il arrive aussi qu’avec le temps, la spontanéité soit mise de côté et que tout soit prévu pour recevoir les prochains applaudissements. Celui dont nous avons tant besoin. Celui qui à court terme nous procure une intense satisfaction temporaire et qui nous maintient attachés au bouton de mise à jour pour savoir combien de likes nous accumulons.

Que se passe-t-il au final? Que la plupart du temps le naturel meurt dans l’univers numérique à cause d’un narcissisme exacerbé. Un narcissisme dans lequel la recherche d’attention, l’apparence physique, le manque d’empathie et la mauvaise acceptation de la critique prédominent.

“Ne cherche pas à t’exhiber ! Le sage qui connut son essence supérieure ne se livre pas au narcissisme ni ne s’exalte.”

-Tao te ching-

L’invisibilité de l’autre, source de narcissisme

Maintenant, quelles sont les conséquences de ce narcissisme numérique ? Outre un égocentrisme extrême qui frôle le pathologique et une vision idéalisée de soi, une estime de soi instable, un grand sentiment d’insécurité et la disparition de l’autre sont également caractéristiques.

Derrière ce personnage qu’ils construisent et qu’ils montrent dans leurs publications, il y a une personne qui a peur de ne pas être admirée, de ne pas être flattée, car elle a peur de la solitude et d’être invisible. Et dans cette peur de disparaître inconsciemment, les autres deviennent également invisibles, puisque la relation avec eux devient instrumentale.

En effet, malgré leur disponibilité immédiate dans le monde en ligne, le contact avec l’autre est superficiel. Il n’a qu’un but : augmenter son ego. Il n’y a donc pas de véritable lien. Vous prenez simplement des mesures pour combattre ces peurs en échange d’un faux sentiment d’être connecté, même si vous êtes seul la plupart du temps.

Ainsi, le plus important dans le narcissisme numérique est l’apparence et la grandeur. Autrement dit, la construction vers l’extérieur, plutôt que de regarder à l’intérieur, ce qui finit par nourrir un sentiment de vide existentiel.

Cela est par ailleurs souvent source d’autotromperie. De sorte que le narcissique numérique vit en pensant le contraire, qu’il est mature, flexible, responsable et qu’il a une estime de soi stable.

Tu ne trouves pas que c’est bizarre quand quelqu’un a des photos de lui partout ? C’est comme s’ils essayaient de prouver qu’ils existaient.”

-Candace Bushnell-

narcissisme numérique

Déconnecter pour connecter

Se débarrasser du narcissisme numérique n’est pas facile. Il faut en effet du temps pour réfléchir et accepter que nous faisons partie de ce scénario de masques dans lequel obtenir des likes et des commentaires est devenu une nécessité.

La première étape consiste donc à reconnaître quel est l’objectif de leurs publications : ce qu’on en attend et ce qu’elles apportent. Et non seulement cela. Il convient d’accepter que l’image qu’on projette n’est pas 100% réelle, que la vie comprend bien plus d’événements que ceux qu’on projette et que certains d’entre eux sont même totalement falsifiés, créés pour les montrer, mais pas parce qu’ils existaient réellement.

Cela conduit généralement à la déception et à la frustration, car le conflit entre les attentes et la réalité est généralement assez important. Ainsi que la prise de conscience que des moments de vrai plaisir, d’existence réelle, ont été perdus pour un personnage et une vie de fiction.

Dès lors, une des clés consiste à apprendre à se déconnecter de l’univers numérique pour se connecter dans la vraie vie. Faire place à la possibilité de liens sécurisés dans lesquels l’autre cesse d’être un instrument pour obtenir plaisir et satisfaction immédiate et de vraies relations se construisent et renforcer l’estime de soi à partir de l’acceptation de soi et de la confiance en soi.

Maintenant, cela ne signifie pas que les réseaux sociaux ne sont pas utilisés ou que ce que nous faisons ne peut pas être publié, mais qu’ils sont utilisés de manière responsable, pour éviter de devenir esclaves de l’apparence et de l’univers numérique. Parce qu’il n’y a rien de mieux que de se montrer tel que l’on est.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Le vide existentiel: la sensation que la vie n’a pas de sens
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le vide existentiel: la sensation que la vie n’a pas de sens

Le vide existentiel est une spirale de non-sens. Les personnes qui le connaissent en souffrent énormément et se retrouvent déconnectés du monde ext...



  • Miller, Jacques-Alain. “Extimidad”. Ed. Paidós; BsAs, 1a. ed. 2010.
  • Rosenfeld H. On the psychopathology of narcissism: A clinical approach. Int J Psychoanal. 1964;45:332-7.