Les séquelles d'un traumatisme crânien

Savez-vous pourquoi il est si important de protéger votre cerveau ? Les coups à la tête peuvent avoir des conséquences irréversibles. Dans cet article, nous analysons l'incidence des principales conséquences de ce type d'accident.

Dernière mise à jour : 28 juin, 2021

Un traumatisme crânien est un trouble neurologique résultant d’un coup violent. Tout comme nous pouvons nous blesser ou nous fracturer un bras lors d’un événement malheureux, nous pouvons également endommager la base de notre système nerveux. La seule différence est que compte tenu du type de dommage, les conséquences seront beaucoup plus graves.

Les traumatismes crâniens sont l’une des principales causes de décès dans le monde. Les dommages causés à la structure du cerveau ont généralement une issue fatale ou des séquelles graves. Son incidence est étroitement liée à notre mode de vie. Les accidents de voiture sont la première cause chez les jeunes ; chez les personnes âgées, ce sont les chutes .

Les types de blessure à la tête

La classification principale est basée sur le niveau d’implication mesuré par l’échelle de Glasgow. Cette échelle mesure : l’ouverture des yeux, la réponse verbale et la réponse motrice du sujet. Sur la base des résultats, trois niveaux d’affectation sont différenciés :

  • Léger. Perte de conscience de moins de 30 minutes associée à une amnésie, une confusion et des maux de tête. Dans la plupart des cas, il y a une récupération complète.
  • Modéré. Ces patients nécessitent une hospitalisation et, dans de nombreux cas, une intervention chirurgicale. De plus, le patient est généralement léthargique et présente des échecs cognitifs importants. Compte tenu de l’ampleur de l’accident, ils présentent généralement des symptômes dérivés du choc : fatigue, vertiges, maux de tête et difficultés de concentration.
  • Grave. Le sujet est dans le coma et ne peut pas ouvrir les yeux. Les lésions neurologiques sont importantes, elles doivent donc être admises en réanimation. La récupération est généralement longue et incomplète.

Les conséquences neuropsychologiques d’un traumatisme crânien

Les séquelles d’un traumatisme crânien peuvent être très importantes, c’est pourquoi dans de nombreux cas l’intervention d’un professionnel spécialisé en réadaptation est requise. Ceux-ci varient en fonction de la gravité et de la zone touchée.

Une inflammation résultant d’un coup n’est pas la même chose qu’une perte de masse encéphalique avec une fracture ouverte du crâne. De même, on peut dire que les principales séquelles sont évidentes au niveau cognitif, de la mémoire et de la personnalité.

Déficit cognitif-intellectuel

Les capacités intellectuelles peuvent également être affectées, avec une capacité conceptuelle diminuée et des changements d’attention et de mémoire. Celles-ci génèrent un déficit de la performance intellectuelle globale du patient.

La déficience est généralement associée à la gravité du traumatisme. Cela met également en évidence la frustration des sujets face à des tâches qu’ils pouvaient faire avant le traumatisme et qu’ils ne peuvent plus faire.

L’amnésie, l’une des conséquences d’un traumatisme crânien

Les sujets présentent souvent une amnésie antérograde ou une incapacité à retenir de nouvelles informations. En particulier pendant la période de confusion après l’accident.

D’autre part, généralement, on observe également une amnésie rétrograde : les événements qui se sont déroulés juste avant l’accident sont complètement effacés. Ainsi, selon la gravité et la zone touchée, les souvenirs les plus anciens du patient seront moins affectés que les souvenirs antérieurs à l’accident.

Changements de personnalité

En général, on observe soit une expansion de la personnalité, soit une introversion. La première se caractérise par des enfantillages, de la désinhibition et de l’agressivité, mêlés à un comportement verbal et enfantin. La seconde se caractérise par l’apathie, la dépression et les tendances suicidaires.

L’approche neuropsychologique

L’approche neuropsychologique se concentre d’abord sur l’évaluation des fonctions cognitives affectées. C’est pourquoi, en premier lieu, on tente de mesurer la capacité intellectuelle globale du patient à l’aide de tests standardisés.

Plus tard, les fonctions cognitives supérieures telles que la mémoire, l’attention et le temps de réponse sont mesurées. Suite à l’obtention d’un profil cognitif, on tente d’évaluer les fonctions du lobe affecté. En général, c’est à partir du lobe frontal que sont dirigées les fonctions les plus complexes.

La neurorééducation suite à un traumatisme crânien

Cette méthode fait partie de la plupart des interventions en traumatologie crânienne. En fonction de la gravité et de la localisation de la blessure, un protocole est établi à suivre pour travailler sur la fonctionnalité du patient.

Par exemple, il faut prendre en compte si la lésion est focale ou diffuse. Dans le second cas, la dégradation concernera plus de compétences. L’avantage de cette méthode d’intervention est qu’elle est multidisciplinaire et comprend une myriade d’outils. Avec sa variété, il sera plus facile de concevoir une intervention adaptée au patient.

Les aspects à prendre en compte en rééducation

  • Profil cognitif. Il faut identifier les fonctions cognitives les plus touchées. Si après l’accident le sujet a des problèmes d’attention, les exercices seront orientés dans cette direction.
  • État d’esprit. L’humeur de ces patients est généralement délicate. Un traumatisme signifie généralement un événement malheureux au cours duquel les compétences sont perdues du jour au lendemain. La frustration, l’impuissance et la dépression sont des aspects à prendre en compte dans toute intervention.
  • Psychoéducation. La psychoéducation est essentielle pour que le sujet comprenne son état de santé et agisse en conséquence. Dans toute intervention, il est nécessaire que le sujet connaisse son état.
  • Kynésithérapie. Il s’agit de favoriserla récupération des muscles et la capacité à les contrôler. À appliquer en cas de problème moteur.
  • Intégration. Souvent, un traumatisme crânien entraîne un handicap physique. Le sujet doit alors acquérir des habitudes et des outils qui lui permettent de conserver le plus haut degré de fonctionnalité et d’indépendance possible.
  • Habitudes. Les habitudes avant et après du sujet seront cruciales. Il faut souligner l’importance d’une bonne alimentation et d’un exercice adapté aux possibilités du patient.

L’incidence élevée des traumatismes crâniens dans la population jeune est alarmante. Rappelons que les accidents de la circulation sont la principale cause.

Les gouvernements et les associations civiles se sont récemment associés pour lutter contre le phénomène à travers des campagnes de sensibilisation. Cependant, il y a encore beaucoup de place pour la prévention, la protection et la réadaptation.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
La mémoire et le traumatisme

Cet article traite de la relation entre la mémoire et le traumatisme, ainsi que des processus que le traumatisme apporte à la personne.



  • Pereira Riverón R. Traumatismos craneoencefálicos. Revisiones de conjunto. La Habana: MINSAP; 1987. p. 61-121.