Les 3 types d'incertitude auxquels nous devons faire face

Il existe différents types d'incertitude qui mettent les gens face à des situations sur lesquelles ils n'ont aucun contrôle et qu'ils n'ont pas la possibilité de prévoir.

Dernière mise à jour : 21 mai, 2021

Le psychologue Paul K. J. Han a catalogué trois types d’incertitude. A savoir, l’incertitude de la probabilité, de l’ambiguïté et de la complexité. Il s’agit d’une contribution intéressante, car on parle presque toujours d’incertitude en tant que telle, mais les formes qu’elle prend dans certaines circonstances ne sont pas précisées.

Chacun des types d’incertitude renvoie à la source ou à la cause de cette dernière. Il est clair que l’incertitude n’est pas toujours due au même facteur. En général, il s’agit d’une situation dans laquelle il n’existe aucune certitude quant au développement ou aux conséquences d’un fait. Mais cette absence de connaissance peut être due à différentes raisons.

Tous les types d’incertitude font partie intégrante de la vie d’une personne. Bien que cette absence de certitude puisse être source d’inquiétude, voire d’anxiété, le fait est qu’elle est présente dans presque tout ce que nous faisons. Et ce, même si nous prétendons parfois qu’elle ne l’est pas. Examinons plus en détail chacune de ces type d’incertitude.

“Ne cherchez pas maintenant des réponses que vous ne pouvez pas comprendre parce que vous n’êtes pas prêt à les vivre. L’essentiel est de tout vivre. Vivez les questions. Peut-être qu’un jour lointain, vous trouverez progressivement la réponse et sans même vous en rendre compte.”

-Rainer Maria Rilke-

1. L’incertitude de la probabilité, l’un des trois types d’incertitude

On parle de ce type d’incertitude lorsqu’il n’est pas possible d’évaluer le niveau de risque d’une situation ou d’une décision. Cela est généralement dû au fait que de nombreuses variables sont en jeu en même temps. Il est alors impossible de prévoir les conséquences et les résultats de la situation.

Un exemple de ce type d’incertitude pourrait être une maladie grave. On dispose généralement d’informations sur la pathologie et même d’un pronostic général. Cependant, on n’a aucune certitude sur la façon dont l’organisme va réagir à un traitement. On ne sait pas non plus comment la maladie va évoluer.

Le plus souvent, dans ces circonstances, les gens sont guidés par le biais de l’optimisme. On part souvent du principe qu’à terme, il n’y aura pas d’effets négatifs. Or, cette affirmation n’a aucun fondement réel. Dans de telles situations, il est donc important d’envisager également d’éventuels scénarios négatifs.

2. L’incertitude de l’ambiguïté

Selon Paul K. J. Han, le deuxième type d’incertitude est lié à l’ambiguïté. Elle se produit lorsqu’il y a des doutes sur l’évolution ou l’effet d’une situation ou d’une décision. Et ce, parce que l’on manque d’informations fiables à ce sujet. Les informations disponibles sont en effet incomplètes, confuses ou pas totalement fiables.

Une situation typique de ce type d’incertitude pourrait être l’utilisation d’un médicament expérimental. Il n’y a alors aucune certitude quant à son efficacité. Il n’existe pas non plus d’informations totalement corroborées sur ses éventuels effets secondaires. Ainsi, bien qu’il existe une estimation du risque, celle-ci peut varier de manière significative.

Dans une situation comme celle-là, l’idéal est d’essayer de rassembler le plus d’informations possible, en espérant qu’elles proviennent de sources fiables. Bien que cela ne permette pas toujours de combler complètement le manque d’informations, il est possible, dans une certaine mesure, de réduire la marge d’incertitude et de prendre une décision plus responsable.

Il est également important de calculer le risque associé et de peser le bénéfice. Un risque trop élevé ou un bénéfice trop faible fait pencher la balance en faveur de la non-intervention.

3. L’incertitude de complexité

Le troisième et dernier type d’incertitude est dû à la complexité. Dans ce genre de cas, il s’agit d’un problème difficile à comprendre, parce qu’il s’agit d’une situation nouvelle ou peu commune. On n’a donc pas beaucoup d’expérience en la matière.

Ce dernier cas provoque le sentiment d’incertitude le plus intense, car il met en évidence de nombreuses vulnérabilités. Un exemple courant est celui des dommages causés à un ordinateur. Soudain, ça ne fonctionne pas et on applique alors les correctifs connus. Cependant, ce n’est pas suffisant.

La crise de 2020 en est un autre exemple parfait. Cette nouvelle situation a laissé le monde entier perplexe. Ainsi, pendant plusieurs mois, aucune ligne de conduite claire n’a été adoptée.

Face à ce genre d’incertitude, il est avant tout important de rester calme. Pour cela, il est bon de prendre une distance émotionnelle avec de telles situations afin de les relativiser et de commencer à comprendre ce qui se passe.  Il faut également se faire à l’idée que la solution ne sera pas immédiate et qu’il est importantde rassembler des informations sur le problème.

Tous les types d’incertitude provoquent un certain degré de malaise parce que les humains ont tendance à “jouer la sécurité”. Et ce, même si elle n’existe pas vraiment. Une approche intelligente consiste à accepter le caractère inévitable de l’incertitude et à apprendre à y faire face.

It might interest you...
Lisez-le dans Nos Pensées
Test du besoin de clôture : tolérez-vous l’incertitude ?

Le test du besoin de clôture permet d'évaluer la tolérance d'un sujet à une situation d'incertitude, permettant de mieux cerner sa personnalité.



  • Vázquez, M. L., & Smarandache, F. (2018). Neutrosofía: Nuevos avances en el tratamiento de la incertidumbre. Infinite Study.