Le langage corporel de la dépression

· 26 février 2019
La dépression se manifeste aussi physiquement.

Le langage corporel de la dépression comprend des micro-expressions, des postures et des gestes qui permettent de déceler l’abattement de la personne. Il est utile de les connaître car, à première vue, ces états de tristesse névrotique peuvent souvent passer inaperçus. Le corps a toujours tendance à crier ce que la bouche ne dit pas.

La dépression a un impact sur le corps. Mais elle ne fait pas que le modeler et lui donner une forme spécifique: elle a aussi une incidence sur la santé. Le corps et l’esprit ne font qu’un et ce qui se produit dans un domaine finit toujours par avoir des effets sur le second.

Le langage corporel de la dépression est inconscient. Les autres peuvent malgré tout le lire, même s’ils le font de manière intuitive. Car le langage communique et construit aussi une perception chez les gens qui nous entourent. En d’autres termes, notre entourage perçoit cet abattement et ce dernier a bien évidemment une influence sur notre relation avec les autres. Étudions cela de plus près.

« La dépression est alimentée par des blessures qui n’ont pas été soignées. »

-Pénélope Sweet-

Le visage, un point clé dans le langage corporel de la dépression

Les micro-expressions faciales sont tout particulièrement révélatrices de l’humeurIl s’agit de ces petites moues qui apparaissent sur le visage et ne mentent jamais. Nous parlons ici de réponses involontaires, contrôlées par le cerveau limbique, qui apparaissent sans que la personne ne s’en rende compte et puisse les gérer à sa guise.

Dans le langage corporel de la dépression, les micro-expressions les plus caractéristiques sont les suivantes :

  • La paupière supérieure plus fermée. La peau de la paupière supérieure devient molle et on a l’impression que le muscle retombe. Le vortex, ou point où s’unissent la paupière supérieure et la paupière inférieure, forme une légère courbe vers le bas.
  • Manque de concentration. L’aspect du regard est également différent chez une personne déprimée. Les yeux ne semblent pas se concentrer sur un point et on retrouve une certaine imprécision. Comme si le regard était perdu.
  • Les commissures des lèvres vers le bas. La forme de la bouche est comme celle d’un demi-cercle ouvert vers le bas. Les extrémités des lèvres retombent légèrement. C’est peut-être l’expression la plus habituelle dans le langage corporel de la dépression.
  • L’entre-sourcils. Habituellement, les personnes déprimées plissent légèrement l’entre-sourcils, mais pas autant que si elles faisaient face à une grande préoccupation ou colère. Leur visage semble surpris par quelque chose qui les déçoit.
femme souffrant de dépression

 

La posture de la tête

Dans le langage corporel de la dépression, la position qu’adopte la tête par rapport au reste du corps est extrêmement importante. Généralement, la tête est, d’une certaine façon, penchée vers l’avant. Le corps, lui, penche un peu en arrière, ce qui crée un contraste entre les deux.

Il est également fréquent de voir que la tête penche d’un côté, et presque toujours du côté droit. Cela se produit principalement quand la personne déprimée écoute quelqu’un à qui elle a attribué du pouvoir ou de l’autorité.

Le ton de voix et la façon de parler

Dans le ton de voix d’une personne déprimée, nous retrouvons des traits qui laissent entrevoir son humeur. En plus de parler à voix basse, il y a comme des pleurs dans sa façon de communiquer. Sa voix semble un peu brisée, ou bien on dénote une sorte d’enrouement à peine perceptible. Le ton rappelle la voix de quelqu’un qui pleure.

De la même façon, la manière de parler d’une personne déprimée a des traits différenciés. En général, elle est avare en paroles et peu émotive lorsqu’elle parle. Elle a aussi du mal à vocaliser et articuler les mots de façon définie. C’est un peu comme si la personne ne voulait pas se manifester.

homme vivant une dépression chez la psychologue

La posture du corps et autres détails

La posture est aussi l’un des aspects les plus visibles dans le langage corporel de la dépression. En général, la personne a le corps « mou ». Sa colonne forme une sorte de courbe, comme un coquillage. C’est comme si elle était repliée sur elle-même.

Il est également commun de retrouver des mouvements lents chez cette personne. Ces mouvements peuvent se combiner à d’autres plus secs et agressifs. Elle peut traîner les pieds en marchant, comme si elle voulait faire comprendre aux autres qu’elle a du mal à avancer.

Enfin, les personnes déprimées ont tendance à voir leur fréquence de soupirs augmenter. Elles le font à n’importe quel moment et plusieurs fois par jour. Ceci peut être perçu comme le désir frustré de se sentir à l’aise là où elles se trouvent.

 

  • Rebel, G. (2002). El lenguaje corporal: lo que expresan las actitudes, las posturas, los gestos y su interpretación. Edaf.