Loading...
 

La préadolescence des garçons et des filles : en quoi est-elle différente ?

Les capacités et besoins des filles et des garçons sont différents pendant la préadolescence. Nous analysons ici les différences les plus importantes.

Dernière mise à jour : 10 août, 2021

Ceux qui sont parents de deux enfants ou plus savent que le développement est différent pour chaque enfant. Les compétences, les difficultés et le rythme de maturation diffèrent d’un enfant à l’autre, quel que soit son sexe. Nous vous présenterons ici les différences entre les garçons et les filles pendant la préadolescence, afin que vous puissiez accompagner vos enfants avec compréhension et empathie.

Certaines divergences résultent à la fois d’aspects biologiques et de conditionnements sociaux. Le fonctionnement hormonal joue un rôle indiscutable, mais la socialisation différente qu’expérimentent les garçons et les filles dès la naissance a également une influence. De sorte que leurs pensées, émotions et comportements lors de la préadolescence peuvent suivre des chemins et des rythmes différents.

En quoi la préadolescence est-elle différente pour les garçons et les filles ?

La préadolescence est le stade de développement qui survient entre 9 et 12 ans. A ce titre, elle constitue une passerelle entre l’enfance et l’adolescence, un état intermédiaire difficile à appréhender et à gérer tant pour les mineurs que pour leurs familles.

De nombreux changements se produisent au cours de cette période, à tous les niveaux. Les garçons comme les filles se lancent dans un processus de construction identitaire, pour lequel ils doivent parfois se rapprocher de leurs pairs et s’éloigner de leur famille.

La recherche d’indépendance, la maturation progressive et le besoin d’acceptation du groupe sont indépendants de nombreuses variables, telles que le sexe. Les manifestations de ces besoins peuvent toutefois différer.

La maturation sexuelle à la préadolescence

Il y a une augmentation du niveau hormonal (œstrogènes et progestérone chez les filles et testostérone chez les garçons) lors de la préadolescence. Cette augmentation entraîne des changements importants dans l’organisme.

Il peut être difficile pour les deux groupes d’accepter leur nouvel aspect plus adulte et moins enfantin. Les filles tendent néanmoins à être plus affectées par les complexes inhérents à la pression sociale. Leur développement commence en outre plus tôt que celui des garçons, bien qu’il puisse prendre davantage de temps.

Aptitudes sociales

Les filles ont une meilleure maîtrise du langage et une meilleure capacité supérieure à s’exprimer. Il leur est plus facile de communiquer, car elles trouvent généralement les mots justes plus rapidement et facilement.

Elles tendent par ailleurs, lors de cette étape, à augmenter la communication avec leurs pairs. Elles peuvent ainsi passer des heures au téléphone ou en appels vidéo, ce qui en fait l’une des activités qu’elles apprécient le plus.

Il a par ailleurs constaté que les garçons préadolescents ont tendance à préférer l’interaction avec leurs pairs par le biais d’activités telles que le sport. Ils tendent à moins développer l’empathie que leurs homologues féminins, ils ne sont donc pas aussi habiles à interpréter les états émotionnels des autres.

Attention et concentration

L’attention et la concentration sont aussi des aspects que les filles développent plus tôt. Elles parviennent donc à être plus efficaces dans leurs projets et tâches scolaires. Les garçons, quant à eux, peuvent mettre davantage de temps à concentrer leur attention et se distraient plus facilement.

Les différences inhérentes à la qualité et à la durée de l’attention entre les garçons et les filles diminuent toutefois à mesure qu’ils avancent en âge. Le niveau devient similaire à l’âge de 16 ans environ.

Communication avec les parents

La communication avec les parents pendant la préadolescence est moins importante qu’auparavant. Et ce, car les parents ne sont plus la principale source de référence.

Les filles tendent néanmoins à être plus ouvertes au dialogue et à partager leurs expériences et leurs sentiments avec leur famille. Les garçons, en revanche, peuvent être plus réticents. Ils s’ouvrent spécifiquement au parent qu’ils perçoivent comme étant davantage disposé à les écouter et à les comprendre.

États émotionnels

La préadolescence peut être une phase d’émotions intenses et changeantes. Les humeurs dominantes chez les deux sexes peuvent néanmoins être différentes. Les filles tendent à ressentir davantage la tristesse et l’insécurité. L’agressivité et la difficulté à contrôler les impulsions sont plus fréquentes chez les garçons.

Comment faire face aux différences entre les garçons et les filles lors de la préadolescence ?

Tout d’abord, être conscient que ces différences est important. Et ce pour concevoir des stratégies d’intervention de groupe lors de l’adolescence.

Il est en effet possible que votre garçon ait besoin de davantage de soutien pour s’exprimer verbalement ou ait besoin d’acquérir des ressources pour améliorer sa concentration. De même, votre fille peut avoir besoin de travailler et de renforcer son estime de soi lors de cette étape.

Nous avons précédemment évoqué des différences qui reposaient sur des études basées sur des statistiques moyennes. Il est donc possible de rencontrer des cas pour lesquels ces différences n’existent pas ou s’inversent.

Il est important de souligner que chaque processus de maturation est unique. Par conséquent, le plus important est d’identifier et de reconnaître les besoins de chacun de vos enfants et d’agir en gardant à l’esprit l’idée que, quel que soit leur sexe, ils ont besoin de votre compréhension et de vos conseils dans la recherche de leur identité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
Quand commence et se termine l’adolescence ?

Savez-vous quand commence et quand se termine l'adolescence ? C'est une question à laquelle il est difficile de répondre.



  • Ives, E. (2014). La identidad del Adolescente. Como se construye. Revista de Formación Continuada de la Sociedad Española de Medicina de la adolescencia2(2), 14-18.
  • Rebollo-Catalán, Á., Ruiz-Pinto, E., & García-Pérez, R. (2017). Preferencias relacionales en la adolescencia según el género. Revista Electrónica de Investigación Educativa19(1), 58-72.
  • Cornett, H. E. (2014). Gender differences in syntactic development among English speaking adolescents. Inquiries Journal6(03).
  • Papini, D. R., Farmer, F. F., Clark, S. M., Micka, J. C., & Barnett, J. K. (1990). Early adolescent age and gender differences in patterns of emotional self-disclosure to parents and friends. Adolescence25(100), 959.