Essuyer un véritable échec, c’est cesser d’essayer de faire quelque chose

Essuyer un véritable échec, c’est cesser d’essayer de faire quelque chose

Avoir peur de l’échec est quelque chose d’assez commun. Cette peur fait partie des pensées qui limitent nos capacités, qui nous paralysent et qui nous empêchent de nous lancer dans des projets intéressants, simplement parce que l’on pense qu’ils ne sont pas à notre portée.

Cependant, essuyer un véritable échec, c’est cesser d’essayer de faire quelque chose par simple peur d’échouer ; s’autoriser à commettre des erreurs, c’est l’essence-même de l’apprentissage, et ce dans tous les aspects de la vie.


«Chaque échec apprend à l’home quelque chose qu’il avait besoin d’apprendre»

-Charles Dickens-


Au cours des premiers mois de notre vie, on ne fait rien de plus qu’essayer d’affronter chaque pas que l’on fait ; on tombe, on se relève, on essaye, on analyse, et on explore le monde qui nous entoure.

On n’aurait pas appris à marcher si on n’avait pas eu le courage d’affronter chacune de nos chutes. Il en va de même pour tous les apprentissages importants : afin d’apprendre, on a dû faire des efforts ainsi qu’essuyer des échecs.

Affronter les moments difficiles de la vie

Les moments difficiles que l’on est tous contraints d’affronter au cours de nos vies ont une grande valeur. Non seulement ils nous permettent d’évoluer, mais en plus, ils nous aident à comprendre et à acquérir la valeur de l’effort.

Grâce aux difficultés qui se présentent à nous, on s’endurcit et on acquiert de nouvelles capacités qui nous aident à affronter chacun des défis que nous rencontrons.

shutterstock_161671757

Ces obstacles peuvent être des pensées, des peurs, des circonstances, etc. L’important, c’est de s’occuper de ces difficultés, afin de comprendre pourquoi elles sont là, quel rôle elles jouent pour nous, et quelle leçon peut-on en tirer.


«Parfois, pour atteindre l’équilibre,

il faut apprendre à s’arrêter

sur les pierres de notre chemin»


Il existe un apprentissage précieux que l’on peut découvrir si on prend conscience du type de choses que l’on évite, que l’on affronte, et que l’on écarte de façon automatique car on croit que l’on ne pourra pas les atteindre.

Si on se sent mal à l’aise face à une situation, inconsciemment, on fera tout notre possible pour que cette situation ne se concrétise pas, aussi bénéfique et enviable soit-elle, et bien qu’elle puisse nous permettre de faire un pas de plus vers nos rêves.

Le triomphe pourra être atteint par quiconque aura le courage d’essayer de s’en approcher

Il est très simple de penser qu’on ne pourra pas obtenir ce qu’on désire, et de considérer nos rêves comme quelque chose de très éloigné requérant des efforts. Ne pas essayer ; voilà ce qu’est le véritable échec.


«Plus la tentative est grande, plus le triomphe est glorieux»

-William Shakespeare-


Les personnes qui atteignent vraiment le triomphe sont celles qui ne s’arrêtent pas pour se plaindre de l’effort qu’il faut réaliser, celles qui poursuivent pas à pas chacun de leurs buts jusqu’à aller au bout de tout ce qu’elles ont entrepris.

Ce sont les personnes qui voient l’échec comme quelque chose de nécessaire, comme une opportunité d’apprendre et de s’améliorer.

Ce sont ces personnes qui se demandent chaque jour si elles sont bien là où elles sont, et si elles font ce qu’elles aiment réellement, ce qui les passionne.


Atteindre le véritable triomphe, c’est avoir le courage d’essayer ; quiconque adopte cette attitude va de l’avant en empruntant divers chemins jusqu’à atteindre son propre succès personnel.


shutterstock_192340022

Le succès, c’est pour ceux qui comprennent l’échec

Cela suppose une grande croissance personnelle que de comprendre que la frustration fait partie du chemin, puisque ne pas réussir, c’est une opportunité de changer de perspective.

L’échec face à la concrétisation de quelque chose n’est pas si frustrant si on a la conscience tranquille, et si on sait que l’on a fait tout ce qu’on pouvait.

Rien ne sert de se sentir coupable ou de craindre «l’échec» de ne pas avoir su obtenir quelque chose qu’on a essayé d’atteindre, et qui nous a demandé de gros efforts.


C’est quand on est capable de comprendre l’échec

qu’on se rapproche de la réalité de notre propre nature


Ce qui est vraiment important et courageux n’est pas lié au succès, ni même à la reconnaissance des autres. Cela réside plutôt dans les apprentissages que l’on peut acquérir pendant le processus, autour de nous-même.

Osez essayer d’atteindre ce que vous voulez, peut-être n’obtiendrez-vous pas ce que vous vouliez, mais ce qui est certain, c’est que vous ne regretterez pas d’avoir essayé. En chemin, vous pourrez trouver un monde enrichi de possibilités.

Par: Camille Legrand