Loading...
 

Comment être une personne moins négative en 7 étapes

Tout le monde peut changer, et cela inclut de changer votre regard sur la vie, sur la réalité. La première étape consiste à commencer à valoriser le bien et à relativiser.

Dernière mise à jour : 12 octobre, 2021

Vous considérez-vous comme une personne qui ne voit que le mauvais côté de tout ce qui lui arrive ?

La négativité est une attitude qui nous amène à nous concentrer sur les points négatifs plutôt que sur les points positifs ; ainsi, toute notre attention est dirigée vers ce qui « ne s’est pas bien passé ». Cela implique également de perdre espoir (désespoir) ou de croire que les choses ne peuvent pas changer ou ne dépendent pas de nous (impuissance acquise).

Dans cet article, nous allons vous proposer quelques idées pour que vous puissiez commencer à vous éloigner de cette négativité et être une personne moins négative. Il ne s’agit pas de favoriser un positivisme naïf, mais plutôt de mettre un petit contrepoids à la balance qui juge tout, afin de vérifier que l’on peut trouver quelque chose de bien au beau milieu du négatif.

7 clés pour être une personne moins négative

Comment être une personne moins négative ? Voici 7 lignes directrices pour commencer à travailler sur ce point :

1. Trouvez quelque chose de bien chaque jour

Un petit exercice qui peut vous aider, lié à la façon d’être une personne moins négative, est le suivant : essayez de trouver quelque chose de bien chaque jour et valorisez-le.

Ce ne doit pas forcément être quelque chose d’énorme. Ce peut être le fait d’avoir croisé, dans la rue, quelqu’un que vous n’aviez pas vu depuis longtemps, de discuter avec votre sœur, de voir un beau paysage, de vous sentir plus sûr de vous, de lire un fragment d’un livre tous les jours… Il s’agit de valoriser les gestes du quotidien pour sortir petit à petit de la négativité.

2. Écrivez ce que vous aimez chez vous

Vous pouvez faire cet exercice avec vous-même ou avec votre entourage. Il s’agit d’écrire ce que vous aimez chez vous. Qu’est-ce que vous appréciez chez vous ? En quoi êtes-vous doué ?

Il s’agit d’une façon d’entraîner un langage un peu plus positif dans votre quotidien. Le but est de trouver non seulement les choses que nous aimons chez nous mais aussi les mots que nous pouvons utiliser pour les décrire.

3. Appliquer le yin et le yang

Le yin et le yang est un symbole enveloppé dans deux concepts du taoïsme et utilisé pour représenter la dualité. Cette philosophie décrit les deux forces fondamentales opposées et complémentaires que l’on retrouve en toute chose (c’est-à-dire tout le bien et tout le mal).

Essayez cet exercice : lorsque vous sentez que la négativité vous envahit, essayez de trouver le côté positif de ce qui vous est arrivé. Bien qu’il soit parfois difficile de le trouver, ou que ce point soit parfois minime, il y a toujours quelque chose ! Souvent, le positif est « simplement » l’apprentissage.

4. Éloignez-vous de la victimisation

Il est bon de pratiquer l’autocompassion quand nous sentons que nous devons nous accompagner nous-mêmes, accepter notre douleur, nos émotions… Une chose négative serait de passer de l’autocompassion à la victimisation (la ligne entre les deux est très mince).

En effet, « il y a une différence entre faire preuve d’autocompassion et s’apitoyer sur soi-même ». Il s’agirait de la fine ligne entre l’autocompassion (s’écouter, se comprendre et s’autoriser à se sentir mal) et la victimisation (se livrer à la souffrance en cherchant des coupables). Par conséquent, une autre idée liée à la façon d’être une personne moins négative est de s’éloigner de la victimisation.

5. Ne soyez pas extrémiste

L’extrémisme (se placer à un extrême lorsqu’il s’agit d’évaluer les choses) se cache souvent derrière de nombreuses pensées négatives. Mais pourquoi tout devrait-il être noir ou blanc ?

Une autre attitude qui peut vous aider à être une personne moins négative est d’être moins extrême dans vos pensées et vos actions.

Essayez de relativiser lorsque vous pensez à ce qui vous arrive : est-ce vraiment si « mauvais » ? Êtes-vous capable de vous éloigner des extrêmes et de vous placer au milieu ? Essayez et vous remarquerez la différence !

6. Utilisez la créativité

Cela peut sembler un peu surprenant, non ? Être créatif pour être plus positif ? Eh bien, la vérité est que les idées créatives nous permettent de sortir de notre zone de confort, d’ouvrir notre esprit, de devenir plus flexible… Et ces qualités sont des alliées du positivisme.

Ainsi, penser de manière créative vous permettra d’ouvrir les portes à de nouvelles perspectives. Et avec cela, la possibilité que celles-ci ne soient pas aussi négatives que vous l’avez imaginé au départ.

« Quand une personne est confrontée à l’adversité ou à un problème majeur, elle le résout en l’abordant de manière créative. »

-Albert Ellis-

7. Entourez-vous de personnes positives

Notre entourage influence ce que nous ressentons et ce que nous pensons. Par conséquent, si vous voulez être un peu plus positif, vous devrez vous entourer de personnes également positives (ou qui, du moins, ne sont pas des personnes négatives, et encore moins toxiques).

Essayez ; entourez-vous de personnes qui vous transmettent de bonnes ondes et, surtout, qui ne se complaisent pas dans la plainte. Vous verrez à quel point votre énergie sera différente.

Et vous, pensez-vous être plutôt positif ou négatif ? Avec ces conseils pour être une personne moins négative, il ne s’agit pas de tout voir en rose et de se nourrir d’un « faux » optimisme.

Il s’agit de changer d’attitude, de relativiser et de voir au-delà de la négativité, qui dérive souvent de la peur du changement ou de la méfiance. N’oubliez pas que si vous changez votre façon de voir les choses, les choses que vous voyez changeront.

Cela pourrait vous intéresser ...
Lisez-le dans Nos Pensées
6 stratégies pour arrêter votre discours interne négatif

Apprendre à arrêter votre discours interne négatif est possible avec différentes stratégies qui vous aideront à mieux vous traiter.



  • Emmons, R. A. y Stern, R. (2013). Gratitude as a Psychotherapeutic Intervention. Journal of clinical psychology: in sesion. 69(8): 846–855.
  • García-Alandete, Joaquín; Gallego-Pérez, José Francisco; Pérez-Delgado, Esteban. (2009). Sentido de la vida y desesperanza: un estudio empírico
    Universitas Psychologica, 8(2): 447-454.