Arrêtez de contrôler vos émotions !

27, avril 2015 dans Emotions 24 Partagés

Sur le chemin vers le surpassement de soi, on cherche parfois à atteindre un but qui n’en vaut en fait pas la peine.

En effet, on veut avoir un contrôle total sur nos émotions ; on fait tout pour être heureux et de bonne humeur en toutes circonstances, et on croit donc qu’il faut éviter au maximum d’être de mauvaise humeur et qu’il faut réprimer la colère ou toute autre émotion négative.

Mais avoir un tel comportement n’est finalement pas très efficace, car les émotions sont éphémères. On ne peut pas être heureux en permanence, tout comme on ne peut pas dormir toute la journée, ou éternuer continuellement.

Certaines personnes cherchent à cacher leurs émotions négatives, et du coup, elles compensent en mangeant mal, en se droguant, en regardant excessivement la télévision, en fumant, ou en passant leur vie au travail.

Si ce comportement porte ses fruits, ce n’est que temporairement, car même si elles sont enfouies, les émotions négatives existent toujours.

De tout cela ressort un détail très important : nos gènes nous rappellent continuellement que l’on a des choses à régler. En fait, on se nourrit du besoin de tout contrôler, même nos sentiments.

D’où vient le problème?

Essayez de fixer un objet du regard et de le déplacer à la seule force de votre esprit. C’est possible ? Même si vous vous concentrez, vous ne pourrez pas déplacer un objet juste en vous imaginant en train de le faire.

Là, vous vous demandez sûrement pourquoi prendre cet exemple ? Tout simplement car il peut vous permettre de comprendre que vos pensées ne peuvent avoir un impact sur la réalité que si vous les transformez en actes.

Même si vous aimez énormément quelqu’un, une relation ne pourra exister que si vous agissez, que si vous transposez vos émotions en actes.

Les êtres invisibles ne peuvent pas vous affecter physiquement

Essayez de voir vos émotions comme des êtres imaginaires qui vous harcèlent à longueur de temps, mais qui ne sont pas en mesure de vous affecter pour autant. Il est important de comprendre et de se convaincre du fait que, même si vos émotions sont là, elles n’ont pas le pouvoir de vous détruire.

Réprimer nos émotions ou ne pas vouloir les voir, c’est ne pas accepter toutes les facettes de notre personnalité, c’est nier une part de nous-même. Mieux vaut ressentir ses émotions, les identifier, les observer, et faire en sorte qu’elles ne prennent pas le dessus. Une fois qu’on a compris ça, on peut réussir à tirer profit de chacune de nos émotions.

Par exemple, la tristesse ou la colère ne sont pas des émotions foncièrement négatives, car elles peuvent nous aider à être davantage créatif et à faire plus de sport. Du coup, on fait en sorte que les « être invisibles » que sont nos émotions puissent être une source d’inspiration dans toutes les activités auxquelles on s’adonne.

La peur, par exemple, peut nous mener à prédire des événements futurs et ainsi à se méfier davantage lorsqu’on considère une activité comme dangereuse.

Les grandes œuvres d’art n’ont pas été réalisées en situation de catharsis. La musique, par exemple, ne peut se développer que si on met à profit ses sentiments pour la composer, tout comme les romans ne peuvent exister que si l’écrivain prend en compte ses émotions afin de comprendre ses personnages.

En d’autres termes, les artistes ont conscience de leurs émotions et les dirigent vers quelque chose de positif, ce qui leur permet d’obtenir le fruit de leur création.

Tout ce qu’il faut savoir sur les émotions

En bref, contrôler de manière excessive ses émotions ou les réprimer, c’est une des plus grandes erreurs qu’on puisse commettre sur le chemin vers le développement personnel.

Il faut à tout prix que l’on évite d’étouffer nos émotions, et qu’on comprenne qu’elles ne sont que passagères. La meilleure des choses à faire, c’est les laisser se développer sans interférer et cohabiter avec elles dans un état d’esprit positif.

On doit s’autoriser à ressentir notre humanité, et les émotions qui vont avec. C’est ce que faisaient les grecs, qui comprenaient l’Homme dans tout sa complexité et qui prenaient en compte toutes les émotions humaines.

Se connaître soi-même, c’est une partie importante du processus. Si on sait comment réagir face à certaines situations, on est alors capable d’anticiper nos émotions et de cohabiter avec elles.

On s’autorise sans problème à vivre certains sentiments comme le bonheur, la joie ou l’enthousiasme car ils donnent lieu à une sensation de bien-être. Pourtant, même les autres sentiments moins agréables font aussi partie de la vie et il n’est pas bon de les cacher, ni de les nier.

Il est par exemple difficile d’atteindre la satisfaction, puisque pour cela il faut d’abord passer par des phases de frustration, de colère ou de tristesse.

En revanche, une fois que l’on ressent la satisfaction, cela peut durer longtemps et on se remerciera d’avoir eu le courage et la patience de passer par diverses émotions négatives afin de parvenir à un état de satisfaction.

A découvrir aussi