Les souvenirs, les briques qui construisent nos vies

Les souvenirs, les briques qui construisent nos vies

Les souvenirs sont comme les vagues de la mer, ils viennent et s’en vont, capricieux et même malveillants, ils nous amènent à un moment du passé: une voix, une odeur, un son, une époque marquée par la tristesse ou la joie…

Nous, les êtres humains, sommes faits de souvenirs qui déterminent et construisent, qui retracent nos racines et ce que nous sommes. Nous sommes des êtres qui expérimentent, grandissent, mûrissent et qui apprennent.

La double face des souvenirs

Les souvenirs sont des images du passé qui sont stockées dans la mémoire, des reproductions successives à un moment déterminé sur lesquelles nous avons tendance à donner une interprétation qui, souvent, est liée à une charge émotionnelle donnée.

En fait, ces deux concepts «mémoire / émotion» sont si proches que, parfois, le simple fait de nous sentir heureux, effrayés ou malheureux, implique presque toujours l’émergeance d’un souvenir particulier du passé. Ce sont des réactions afectives qui nous montrent le poids important qu’ont les souvenirs dans notre personnalité.

Mais, comme disait Cervantes, «Oh mémoire, ennemi mortel de mon repos«, parfois les souvenirs nous font également souffrir.

Il peut arriver  que nous nous accrochions trop à un souvenir en particulier jusqu’à nous éloigner de notre réalité et de nos responsabilités, et ainsi tomber par exemple dans une dépression ou une crise de nerfs.

Le problème ce n’est pas de regarder en arrière et de se souvenir, ce qui est inquiétant c’est quand on vit en permanence dans le passé. Cela peut conduire à une peur du présent, aux défis que la vie nous lance.

Il est vrai que le fait de nous ancrer dans le passé nous donne un sentiment de sécurité permanent, mais nous devons tenir compte que ce n’est pas une situation réelle ou mature.

Des souvenirs positifs pour mieux vivre

Les bons souvenirs sont souvent utilisés en psychologie pour créer des liens avec des expériences personnelles significatives de notre passé.

Tout ce qui est chargé positivement, ce qu’on a vécu à un moment de notre existence, a le potentiel de nous recharger en bonne humeur dans le présent.

Le mystère qu’il y a derrière tout cela est que les bons souvenirs peuvent être utilisés pour améliorer nos souvenirs présents.

Cela nous montre souvent que nous ne sommes pas loin de là où nous voulons être, et que nous avons déjà une partie de la solution à l’intérieur de notre coffre d’expériences.

Nous pouvons l’expliquer, par exemple, par les études sur ce qu’on appelle les neurones miroirs. En plus de renforcer notre empathie et notre compréhension, ils nous permettent de nous connecter avec un souvenir de notre cerveau recréant le même état vécu lors du moment d’origine, que ce soient des émotions agréables ou désagréables.

Ainsi, si par exemple nous voulons apprendre à être plus affirmatifs, ils vont nous aider à nous souvenir des moments où nous avons agi avec confiance et facilité, et vont nous renouer avec des sentiments positifs que nous a produit ce comportement que nous désirons développer.

En outre, nous pouvons aussi apprendre à faire ressurgir nos souvenirs agréables, et ainsi bénéficier des effets positifs de revivre une situation que nous avons vécue comme satisfaisante, émotionnante et motivante.

De plus, si nous évoquons de bons souvenirs en permanence pour nous aider à renforcer nos ressources actuelles d’adaptation, nous pouvons créer un système de protection et de bien-être qui s’auto alimente.

Plus nous nous concentrons sur ce qui nous est arrivé de positif dans la vie, plus nous rechargeons nos batteries d’énergie positive.

Cette énergie positive nous fait nous sentir bien, et elle augmente également la possibilité que nous réagissions aux événements négatifs avec moins de pessimisme. C’est ce qu’on appelle la résilience en psychologie.

Nous pouvons donc conclure que, même si il est vrai que nous ne devrions pas vivre sur des souvenirs, les souvenirs nous aident à vivre.