Secrets et mensonges

Secrets et mensonges

Reconnaissons-le (au moins intérieurement): dans une mesure plus ou moins grande, nous disons tous des mensonges et gardons des secrets de quelque chose dont nous ne devons pas nous sentir fiers, mais il est indéniable que c’est une attitude profondément enracinée dans la nature humaine.

D’un enfant qui fait semblant de pleurer car il nécessite une attention de ses parents à des escrocs tels que Bernard Madoff, à tout âge et à toute échelle, le mensonge fait partie de nos vies. Mais d’où vient cette impulsion de tromper ou de cacher la vérité?

Un réseau vicieux

Selon des études scientifiques, des étrangers se mentent entre eux environ 300 fois pendant les dix premières minutes au cours desquelles ils font connaissance.

Bien qu’il semble impressionnant, ce chiffre n’est pas si surprenant quand on sait que les mensonges sont un pont entre nos fantasmes sur ce que nous voulons être, et ce que nous sommes vraiment.

En inventant certains faits sur nous-mêmes, nous pensons que nous remplissons un vide d’une certaine qualité ou des choses qui nous feraient sentir plus estimables.

Les chercheurs affirment également que nous disons entre cent et deux cents mensonges par jour… Incroyable, non? Y a-t-il quelqu’un en mesure de reconnaître cela?

Si en plus, nous considérons que nous sommes inondés de mensonges tels que les spams, les faux amis numériques, les voleurs d’identité et les escrocs de toutes sortes, le panorama n’est pas flatteur.

Tout cela crée un environnement hostile duquel nous devons nous protéger pour éviter de tomber en proie à ces amateurs et professionnels du mensonge, mais il s’agit de mensonges auxquels nous participons aussi d’une certaine façon.

Mensonges avec un «m» minuscule

Tous les mensonges ne sont pas destructeurs. Il existe aussi ce qu’on appelle les » mensonges blancs» ou  les «mensonges pieux», par lesquels nous protégeons les autres, pour éviter d’endommager leurs sentiments ou pour empêcher des conséquences négatives.

Par exemple, lorsque nous recevons un cadeau que nous n’aimons pas, et que nous faisons semblant du contraire pour éviter que la personne, qui a fait ce geste de générosité envers nous, se sente mal.

Un autre exemple poignant de mensonge blanc est le film La vie est belle, dans lequel, en plein Holocauste nazi, un père faire croire à son jeune enfant que toutes les personnes qui sont dans un camp de concentration participent à un jeu amusant, seulement pour le protéger de la souffrance.

Les secrets, quant à eux, peuvent également être maintenus pour éviter d’endommager la réputation d’une personne ou éviter de divulguer des informations douloureuses. 

C’est le cas par exemple d’une mère qui épargne à ses enfants des détails sur des conflits ou des disputes entre le couple, qui seraient douloureux pour eux.

Cependant, il y a d’autres secrets qui pourraient être douloureux, mais que nous devons révéler parce que tôt ou tard, la personne saura, ou simplement parce qu’elle a le droit de savoir.

Tel est le cas des enfants adoptés ou des maladies graves qui frappent une personne. Dans ces circonstances, il est important de préparer la personne et d’être très prudent sur la façon dont vous allez révéler les renseignements afin de ne pas provoquer un impact plus important que nécessaire.

Si nous ne sommes pas prudents, les mensonges créent un enchevêtrement dans lequel nous nous empêtrons. Ils ont une puissance destructrice qui peut sérieusement endommager les relations et faire des ravages dans la vie des autres.

Et bien que dans le monde réel les mensonges pieux sont parfois nécessaires, vivre dans un monde de mensonges pour prétendre ce que nous ne sommes pas ou manipuler les autres, à la longue crée un effet boomerang, parce que … il n’y a rien de caché sous la lumière du soleil.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de (cup)cake_eater