La peur de l’échec

La peur de l’échec

Tout au long de notre vie, si nous échouons à plusieurs reprises, «la peur d’échouer à nouveau» peut être très présente.

A cause de cette peur, nous évitons les situations d’échec, en nous éloignant toujours plus de nos projets, de nos rêves et de nos objectifs. 

Un sentiment d’échec et de frustration nous inonde, nous nous sentons «malheureux/se» et «frustré/e». Tant d’efforts pour quoi ? Si j’échoue à nouveau, pourquoi essayer de recommencer ? 

Et c’est avec ces sentiments que nous restons, que stagnons, que nous abandonnons. Nous essayons d’être plus forts face à l’adversité de la vie, de ne pas mentionner le sujet, nous tentons de ne pas nous approcher de l’échec à nouveau, mais c’est très difficile et c’est un chemin douloureux. 

De manière injuste, la vie et les personnes nous rappellent souvent nos échecs. Mais pourquoi est-ce qu’ils ne nous laissent pas oublier cela et tourner la page, une bonne fois pour toutes ?

Notre réaction se traduit par la douleur, la souffrance, la colère et l’énervement.

Vous vouliez cacher la douleur pour toujours, et devenir plus fort ? En réalité, comme dans de nombreux processus émotionnels, ce qui ne guérit pas laisse son empreinte.

Et dans de nombreuses occasions, même si vous pensiez l’avoir accepté, vous vous étiez en fait résigné.

Parfois, vous avez tout simplement essayé de faire l’effort d’oublier, d’occulter, de le couvrir, de ne plus y penser, même si vous ne réussissiez pas vraiment. La douleur émotionnelle est comme une blessure dans notre corps physique, si nous ne la guérissons pas.

Elle finira pas se fermer et par cicatriser superficiellement, mais il est probable qu’à l’intérieur, ce soit comme infecté.

Alors, n’importe quel heurt nous fera souffrir, et nous nous sentirons plus sensibles, ce qui signifie que la blessure n’est pas bien soignée.

Que faire alors ?

La frustration est une émotion qui nous permet d’éviter ce qui nous fait souffrir. Si nous avons échoué et que nous nous sentons frustré, il est probable que nous évitions cette douleur à nouveau. L’échec est un essai manqué, et cela nous fait souffrir.

Pourtant, ce n’est pas toujours ainsi. Pensons à des situations ou à des projets que nous n’avons pas réussis, mais qui ne nous ont pas fait souffrir pour autant. Qu’est-ce qui les rend si différents ?

Quand il y a quelque chose que nous ne réussissons pas, mais que nous savons que nous avons d’autres choix, et que nous pouvons emprunter d’autres chemins, ce sera un échec, mais nous ne nous sentirons ni malheureux ni frustré.

Si nous acceptons que cela n’a pas été possible, nous apprenons de cette expérience, et nous sommes déçu de ne pas avoir réussi, mais nous ne souffrons pas pour cela.

Nous continuons à explorer différentes manières d’arriver à nos objectifs, voire même nous nous motivons plus pour aller de l’avant.

Cependant, quand nous nous sentons malheureux, c’est que nous considérons qu’il y avait une seule opportunité pour réussir ce que nous voulons, nous croyons qu’il n’y avait qu’une seule possibilité.

Alors, la peur nous envahit, «J’ai échoué», «Je ne réussirai jamais», «Je dois me résigner à une vie tronquée». Et nous éviterons un nouvel échec, en refusant toute nouvelle tentative de réussir nos projets.

Cependant, il existe d’autres chemins. Alors, à chaque fois que nous échouons dans nos essais, nous allons analyser les multiples chemins qui nous permettent d’atteindre nos projets et nos rêves. Il n’y en a jamais un seul.

Ainsi, un échec ne sera rien de plus qu’un chemin exploré et duquel nous apprendrons qu’il nous en reste bien d’autres à découvrir.

De cette manière, la peur n’apparaîtra pas, nous continuerons à aller de l’avant, en luttant pour nos projets et en explorant d’autres perspectives.

Même si nous ne réussissons pas, nous nous sentirons fier de nous-même car nous n’arrêterons pas de poursuivre nos désirs et, à chaque étape, nous aurons grandi et de nouvelles opportunités se seront ouvertes à nous.

Nous arrivons à des destins insoupçonnés, et parfois encore plus satisfaisants que l’objectif que nous nous étions fixé.

La vie n’arrête jamais de nous surprendre, et de nous offrir des opportunités, et nous serons disposé à continuer à avancer, et à chercher notre propre bonheur en permanence. 

Photographie de Sergey Nivens