L’attachement fait-il de nous des victimes ?

L’attachement fait-il de nous des victimes ?

Il y a des situations dans la vie que tout être humain est malheureusement «forcé» de vivre, telles que des déceptions amicales, le premier chagrin d’amour, les infidélités, les mensonges, un licenciement, etc.

Mais toutes ces situations, qui sont potentiellement négatives, peuvent avoir un revers positif, si l’on en tire des leçons et qu’on arrive à surmonter de nouveau ce genre de situations.

Cependant, de nombreuses personnes ne sont pas capables de sortir la tête de l’eau. Si tel est votre cas, voici quelques points qui pourront vous aider à surmonter ces moments négatifs que vous traversez dans votre vie.

L’auto-compassion ne mène à rien

Imaginez un instant que votre moitié vous a quitté ou que vous avez perdu votre poste de travail. Il est fréquent, dans un premier temps, de rejeter la faute sur l’autre pour se sentir mieux.

Cependant, il est évident que pleurer le passé ne sert à rien, tout comme le fait de se positionner en victime en permanence.

Dans ces moments, l’auto-critique peut s’avérer bénéfique, car le fait de savoir que vous avez mal fait les choses pour ensuite réparer vos erreurs, vous permet de ne pas les répéter dans le futur.

De nombreuses personnes devraient parfois se demander : «Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? En quoi puis-je m’améliorer ?»

Vous pourrez ainsi observer vos problèmes de façon plus globale, pour les surmonter et les résoudre rapidement et sans vous faire de mal.

Êtes-vous ouvert au changement ?

Certaines personnes préfèrent vivre dans le passé plutôt que dans le présent ou le futur. En général, ces personnes emploient fréquemment les temps du passé.

De plus, elles s’attachent à des choses superficielles, qui, avec le temps, sont condamnées à disparaître et périr. Et que se passe-t-il lorsque ces choses n’existent plus ? Et bien les moments de bonheur laissent fréquemment place au malheur.

Et cela est particulièrement vrai pour les ruptures amoureuses, lorsque votre moitié vous avoue : «je ne ressens plus la même chose», «ce n’est plus aussi fort qu’au début entre nous…».

Rien ne dure, les choses sont susceptibles de changer. Il faut parfois accepter les changements quand ils se produisent et savoir s’adapter aux situations comme de vrais caméléons. Et si vous n’y parvenez pas tout de suite, ne vous en faîtes pas, il y aura d’autres occasions pour y parvenir.

Pour conclure, le changement est une chose présente dans votre vie, et le fait de s’adapter vous rendra plus fort autant physiquement qu’émotionnellement. Le bouddhisme repose sur ce principe, car c’est ce que reprend l’une de ses «quatre nobles vérités«.

Pour être heureux, il ne faut pas devenir esclave de «l’attachement». Ces sentiments qui nous manquent ou ces moments passés qui nous ont rendu si heureux ne peuvent être permanents, car ils risqueraient de nous nuire.

Si vous parvenez à simplement percevoir ces moments comme une étape passée de votre vie, vous atteindrez le bonheur bien plus facilement et vous vous ouvrirez à des expériences bien plus bénéfiques.

Photographie publiée avec l’aimable autorisation de Rasmustein.